LES GRANDS HOMMES DE L'ALCHIMIE

 RETOUR

Parmi les " grands hommes " qui ont marqué l'alchimie, on ne retient généralement pas beaucoup de noms. Certains sont connus, souvent parce qu'ils ont réalisé et qui est resté dans la science actuelle.

On peut noter, parmi les alchimistes célèbre, quelques noms :

Albert le Grand 1193 - 1280.

C'était un alchimiste allemand très influent à son époque dans le monde occidental. Dominicain, maître de St Thomas d'Aquin, il fut plus chimiste qu'alchimiste, il s'intéressa beaucoup à la sublimation, à la séparation des éléments et étudia les moyens d'y parvenir au plan des instruments à mettre en oeuvre. Il faisait ce que nous appelerions de la science appliquée.

C'est lui qui décrivit la technique du bain-marie, largement utilisé depuis des siècles, aussi bien dans les laboratoires que dans les cuisines de nos ménagères.

Il traita aussi d'imposteurs ceux qui prétendaient faire de l'Or.

 

Raymond Lulle 1235 - 1315

Alchimiste catalan, né à Palma de Majorque, il était médecin, très croyant, c'était un religieux, un apôtre qui mourut à 80 ans en Afrique où il était allé évangéliser le pays. Il n'était pas loin d'avoir découvert l'élixir de longue vie !

Il a beaucoup écrit et voyagé, on lui connaît 500 écrits.

Il désignait les objets et corps par des signes, comme carré, triangle, cercle...

 

Nicolas Flamel 1330 - 1417

C'est sans aucun doute le plus connu en France des alchimistes. Il est né dans la région parisienne, à Pontoise et il est mort à Paris. C'était un écrivain qui fut juré de l'Université de Paris. Il fait partie de ces alchimistes qui ont beaucoup " laissé parler ", et c'est une démarche assez typique.

Il avait acquit une très grosse fortune, ce qui fait que l'on dit de lui qu'il avait bien trouvé la pierre philosophale.

 

Paracelse 1493 - XXXX

Paracelse, encore un nom très connu des français, de son vrai nom Théophrastus Bombastus von Hohenheim est né à Zurich vers 1493.

C'est le père de la médecine hermétique, c'est lui qui ouvre la voie à la thérapeutique chimique.

Il fut titulaire de la première chaire de chimie créée au monde à Bâle en 1527.

Il avait des théories sur beaucoup de choses, il décrivit les moyens de produire artificiellement un être humain, ça ressemble étrangement au bébé éprouvette des années 1980.

Il utilisa de nombreux composés chimiques comme médicaments, il utilisa les sels de mercure pour lutter contre la syphilis, il tenta aussi d'extraire des plantes les principes actifs. 

Paracelse

 

Basile Valentin

Basile Valentin, alchimiste du XV ième siècle, né en Alsace, il étudia l'antimoine qu'il utilisa comme médicament, c'était souvent utilisé comme vomitif, et il aida à préparer l'acide chlorhydrique.

 

JAHIR IBN HAYYAN 725 - 812

Geber dont le nom est plus compliqué, puisqu'il s'agit de Abu Musa Djabir al-Sufi ou encore Jahir Ibn Hayyan est un alchimiste arabe né sur l'Euphrate, il vivait vers l'an 800. Il sera considéré au Moyen Age comme le maître des alchimistes. Il écrira beaucoup d'ouvrages dont beaucoup sont perdus. Il a écrit un livre de chimie, le premier sans doute, et il aurait découvert l'acide sulfurique et l'acide nitrique. Il a décrit la fabrication de l'acier, la teinture du drap et du cuir, la distillation du vinaigre pour obtenir l'acide acétique.

 

Cet homme est un symbole de la science arabe.

C'est en effet ainsi que nous arrivera par l'intermédiaire des Arabes du XIII ième au XVI ième siècle l'alchimie.

Ils ont eu la chance de pouvoir travailler leur art en dehors des pressions de la religion.

Ils sont à l'origine de nombreuses inventions de matériels et Jahir ibn-Hayyan met au point plusieurs procédés comme la distillation en utilisant :

- la cucurbite surmontée d'un alambic.

- le mortier pour la trituration des solides

- des accessoires pour les sublimations, calcinations,... etc

 

Jahir ibn-Hayyan fut donc le plus grand des maîtres de l'alchimie et de la chimie car il n'y a pas beaucoup de différence entre les deux. Son nom exact a fait l'objet de plusieurs versions. Il serait né en 725 à Coufa en Iraq, et mort en 812.

Sous son emprise, des ouvrages sont écrits, il y en a eu plus de 3000 titres traitant de l'alchimie, il ne nous en est resté que 215.

Le nombre de termes arabes passés dans notre langage et considérable, Alambic, alcali, alcool, élixir, drogue, benzène, laque, soude, alun, antimoine, et des centaines d'autres ont été légués par les savants arabes chimistes.

Ils surent préparer les sels d'amonium, l'acide nitrique, le nitrate d'argent, le minium et l'orpiment qui est un sulfure d'arsenic utilisé dans les peintures et dans les tanneries.

 

Les Alchimistes ne sont ni de doux réveurs, ni des charlatants, ce sont des hommes de science, des savants à qui nous devons beaucoup.