Bourges, le blog de Roland NARBOUX


Roland NarbouxSite personnel sur Bourges avec des sujets comme les livres publiés par Roland Narboux, les sites internet, les blogs les conférences et des sujets comme les Alchimistes à Bourges, les souterrains de Bourges, Jacques Coeur et Agnès Sorel... etc

 RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL 

SOMMAIRE DU SITE

BIOGRAPHIE BLOG Roland LES ALCHIMISTES LES SOUTERRAINS JACQUES COEUR YEVRE ET MARAIS
AVERTISSEMENT
Dans cette page, j'ai placé tous les écrits que je place dans le blog, au cours du temps. Ce sont des petits articles, écrits souvent "à chaud", mais c'est une trace d'une certaine forme de pensée qui reste assez modeste.
l'année 2011
 
l'année 2010
 
l'année 2009
 
l'année 2007
 
l'année 2006
 
PRESENTATION

Roland Narboux est berruyer d'adoption, il a fait toute sa carrière professionnelle à l'Aérospatiale de Bourges (32 ans) .

Il s'occupe dès 1989 d'écriture (La Bouinotte) et donne des conférences à l'Université Populaire. Il a écrit une dizaine d'ouvrages sur Bourges et le Cher les derniers étant consacrés à l'Histoire de Bourges au XXe siècle en trois volumes et aux souterrains de la cité de Jacques Coeur .

AUTEUR DE LIVRE
LES LIVRES DE ROLAND NARBOUX
LES SITES GERES Par Roland Narboux
http://jacques-coeur. bourges.net/
http://encyclopedie.bourges.net
www.la-bouinotte.org
En coopération :
www.bourges-info.com

Blogs :
http://spaces.msn.com/members/
rolanddebourges/

Les Conférences
de Roland Narboux
Une douzaine de conférence par an, la dernière sur "l'influence d'Agnès Sorel sur la politique de CharlesVII".
En préparation :

.

ELU DE BOURGES
Maire Adjoint de Bourges depuis 1995 ayant en charge aujourd'hui :
le tourisme
l'urbanisme
l'écologie
le chauffage urbain
    Mon année 2008
     
    Que retenir à titre personnel de cette année 2008 , puisqu'il s'agit d'une page perso ?
     
    Sur le plan politique, la victoire de la liste de Serge Lepeltier à laquelle j'avais l'honneur d'appartenir. Ce fut difficile, surtout dans le contexte national, mais ce fut une victoire au premier tour.
     
    Je me suis alors retrouvé avec une charge moindre que dans les 2 mandats précédents( tourisme, environnement et surtout l'urbanisme) puisque je n'ai, si j'ose dire "que" l'écologie et le développement durable, auquel il faut ajouter la gestion des déchets et le chauffage urbain. Je dois ajouter aussi la participation au CA (Conseil d'Administration) de Lig'Air, de Jacques Coeur Habitat, de l'EPL, Etablissement Public Loire, et la présidence du syndicat de la vallée de l'Yèvre.
     
    Sur le plan général, et de l'écriture de livre, j'ai participé avec mes amis de PABB, Association Patrimoine Aérospatial Bourges et Berry à un livre sur l'Album de l'Aérospatiale, et toujours d emanière collective à l'écriture d'un ouvrage qui fera date qui est l'Histoire de l'Aéronautique à Bourges et dans le Cher qui devrait paraître en 2009.
    Pour rester dans ce domaine, de l'écriture un roman devrait paraître aux éditions de la Bouinotte dans le premier semestre 2009, il a été écrit en 2007.
     
    2008 a vu la disparition de Bernard Royer qui éditait mes livres depuis 10 ans, c'était un grand professionnel des livres régionaux. Il va manquer à beaucoup.

    2008, ce sont aussi mes démélées avec le Berry républicain, dont les articles qui concernent les sites que je gère comme l'Encyclopédie de Bourges, Jacques Coeur ou Bourges-info, ont été odieux.
    Je me suis souvent demandé pourquoi tant de haine à mon égard de la part de quelques personnes qui se croeint au-dessus de sautres ? Je n'ai pas répondu, mais je pense qu'un livre devrait leur être dédié.
    J'espère que 2009 à cet égard sera moins passionnel.

    Sur le plan plus personnel et familial, avec Marie France mon épouse, nous regardons grandir nos 5 petits-enfants, c'est un vrai bonheur, et je n'en dirais pas plus, car nous entrons dans la sphère privée.

    Je me suis aussi beaucoup amusé avec des participations multiples dans les visites secrètes de l'Office de Tourisme. Dans les visites alchimique dont le succès ne se dément pas, je prend un véritable plaisir et une sorte de revanche sur ceux qui refusentr de voir dans l'alchimie à Bourges une réalité historique. Et puis une participation à d'autres visites sous les traits d'un Léonard de Vincy.

    Et puis 2008, ce sont aussi les Amis de Jacques Coeur que préside Marie France mon épouse, avec les Nuits lumière costumées, la nuit des luciole, les accompagnements et cette année 2008, une belle exposition photographique.

     


29 mars : le bouclier fiscal
Il faut de temps à autre remettre les pieds par terre à la suite de l'écoute des grands médias comme la radio et la télé, où en lisant les propos de certains personnages politiques.
Un exemple avec le "bouclier fiscal", mis en place pour récupérer des finances que des français fortunés ont mis à l'étranger, visiblement ce n'est pas un grand succès mais dire que le redistribuer réglerait le sort des français est une énormité car le calcul démontre que si on redistribuait à chaque français ce que coûte à l'état le bouclier fiscal, cela ferait par an une somme de 7,5 Euros pour chaque français. Celui qui traite le problème actuel de la crise en pensant que 7,5 Euros suffisent est un escroc.
On met le projecteur chaque semaine sur quelques "patrons" qui quittent le navire de leur société avec plusieurs millions d'Euros en bonus et autre stock options. C'est vrai que moralement, c'est indécent, surtout que dans le même temps des milliers de salariés se retrouvent à la porte de l'entreprise, licenciés.
Mais attention, la France est un état de droit, et il existe ce qui s'appelle le contrat de travail et malheureusement, le haut dirigeant a signé ce type de contrat, et en partant il en profite.
Il faut faire très attention de ne pas remettre en cause ce contrat de travail pour dirigeants ou simple salariés, car ce serait la porte ouverte à l'anarchie. Et je trouve que les syndicat devraient défendre le contrat de travail.
Quant aux dirigeants, c'est en signant le contrat avec ses directeurs et autres cadres de haut niveau que le conseil d'administration doit mettre des barrières et récompenser le succès pour les salariés et les actionnaires et non donner des sommes folles même en cas d'échec et de faillite.

Le pays est en difficulté, et la situation économique échappe à beaucoup et en particulier aux politiques.
A droite, on entend beaucoup de paroles, quelques gestes auxquels l'homme de la rue que je suis ne comprend rien, tout comme la sortie de crise, ça ne veut rien dire.
Ils, nous sommes perdus, sans solution ni vision de l'avenir et c'est le plus grave.
A gauche, on peut observer au niveau national que la grande manifestation au Zénith pour la défense des libertés a été un échec, tout comme les quelques personnes qui se réunissent régulièrement devant le palais de justice pour telle ou telle cause, et dont certains n'espèrent que leur photo dans "le journal".
Inversement, les gens ont un vrai sens de ce qui est important pour leur avenir et celui de leurs enfants. Lorsque à Paris et de la même manière à Bourges ils sont des milliers à défiler pour manifester contre la politique économique du gouvernement ils donnent au moins un sens à leur action, car si les libertés publiques et républicaines en France comme à Bourges ne sont pas menacées, la situation économique est dramatique car elle échappe à toute solution logique, rationnelle et immédiate.
Le "peuple" a un sens inné de ce qui est important et de ce qui est factice et "politicien".


3 mars : Bourges et la crise
Il y a toujours des paradoxes lorsque l'on écrit, dans un récent éditorial, je parlais qu'il fallait donner des nouvelles et des informations équilibrées, et ne pas donner que les "mauvaises nouvelles", ce qui est généralement le cas. Les trains qui arrivent à l'heure n'intéresse pas l'auditeur ou le lecteur.
Et pourtant, ces derniers jours, avec la crise, ce n'est pas simple , la bourse a plongé, et ça ne concerne pas "les gros" qui se sont enrichis avec les actions, en effet, de nombreuses personnes ont mis leurs économies dans des supports comme des assurances vie, et si certaines sont sécurisées, d'autres ne le sont pas, et les réveils seront difficiles.
La croissance est négative, le pouvoir d'achat en baisse, les prix montent, et surtout le chômage, avec 300 000 chômeurs de plus en 2009..
Le chômage est ce qui fait le plus peur, en particulier dans notre région de Bourges.
La encore, rien n'est simple, il faut savoir que plus de 30% des revenus dans notre ville sont issus de systèmes sécurisés comme les pensions et retraites, les personnels de la fonction publique, qui sont peu touchés, à cela il faut ajouter les revenus sociaux.
Dans notre ville, certaines industries ou services ne sont pas touchées par la crise, les Etablissements militaires, NEXTER ou MBDA, la semaine dernière, en parlant de crise avec un cadre de l'ex-Aérospatiale, il me disait "la crise chez nous et pour les salariés, on ne l'a pas vue " Même si rien n'est figé.
Alors que reste-t-il ? Et bien les perdants, ceux qui sont en chômage partiel, ceux qui sont au chômage tout court et qui ont de moins en moins de chance de trouver un emploi, et ceux qui vont être licenciés, le secteur automobile mais les PME de tout type d'activité.
En fait la crise touchera pour l'instant peu de monde à Bourges, mais ce sera dramatique, et aboutira à une ville à deux vitesses, ceux qui ont un travail sûr, qui travaillent dans les administrations, qui sont à la retraite, qui travaillent dans de grandes entreprises d'armements ... et les autres qui n'auront plus aucun espoir de vivre de manière correcte, passant du chômage au stage d'insertion, avant de retrouver le chômage.09:42 | Ajouter un commentaire | Lien permanent | Afficher les rétroliens (0) | Ajouter au blog | Actualités et politiqueBourges et le basket
Quelques mots sur le basket et les filles de Bourges qui ont été battues à Sopron et elles ne seront pas en final four. J'étais à côté de Monique Charles au Conseil municipal lorsque le maire a donné le résultat, comme d'autres Monique était effondrée.
C'est dommage, mais c'est le sport, et les joueuses n'ont pas démérité.
Pourtant, depuis plusieurs semaines, on sentait la fatigue, et le victoire face à Brno aurait pu être inversée.
Il faut rester confiant, Bourges reste une des grandes équipes de l'Europe et la première de France, mais l'argent dans ce domaine a prit les devants. Les équipes de l'est, avec l'argent roi joueront bientôt entre elles, c'est une cruelle réalité.
Et puis il ne faut pas remettre en question le futur palais des Sports, même si le syndrome du stade des Grosses Plantes plane sur la ville. Ce stade a été décidé alors que le FCB de football était au somment (en D2) et plusieurs années, le stade terminé, l'équipe était 4 divisions plus basses et de 5000 spectateur le chiffre avait été divisé par 10.
Mais en Berry,, le mauvais sort peut se conjurer.

 

 

 

ANNEE 2008 Les écrits du blog de Roland Narboux de Bourges
9 décembre - la crise, quelle crise ?
La crise est bien présente mais oh combien sournoise, puisque rien ou pas grand chose n'a bougé chez les Berruyers. Il n'y a pas eu de licenciements massifs et même MBDA a procédé à plusieurs dizaines d'embauches, mais la crise se sent. C'est la bourse qui n'intéresse que peu de monde et elle a perdu entre 30 et 50%, mais celui qui "va en bourse" sait généralement ce qui l'attend.
par contre la crise arrive bien, l'intérim à Bourges est le premier secteur touché, et puis ce sont les deux dernières semaines de l'année, avec du chômage partiel. Chacun attend la suite, avec pessimisme, mais surtout avec un sentiment d'impuissance. Que faire ? la crise est mondiale et les politiques ne peuvent sans doute pas faire grand chose.
Il faut alors faire le dos rond, et attendre, et ... profiter des fêtes de fin d'année, chacun faisant son travail le mieux possible.
C'est ce sentiment d'impuissance, de fatalité qui ruine aussi le moral des personnes et qui freine les achats.
Car sans êrtre un spécialiste, il semble bien que le spectre du chômage dans notre département et à Bourges soit en vue dans les mois à venir.
 

Jacques Genton
Début décembre, je voudrais saluer la mémoire de M Jacques Genton que je ne connaissais pas, mais j'avais beaucoup lu, lorsque j'avais écrit l'histoire de Bourges au XX ième siècle, ce qu'il avait fait au cours d'une très longue et fructueuse carrière.
Il avait voulu à deux reprises s'implanter dans sa ville natale, et en particulier en 1973. C'est un point d'histoire locale important. Il était sénateur depuis 2 ans, en pleine force de l'âge, et il se présenta aux élections cantonales de Bourges pour devenir conseiller général, ce qui pouvait le mettre en bonne place pour succéder au maire Raymond Boisdé.
Et puis, il y eut plusieurs candidats à droite et au centre, et l'arrivée d'un homme totalement inconnu, venu de Vierzon et il se présentait sous l'étiquette communiste dans une ville quelque peu centriste et bourgeoise.
Et bien l'impossible est arrivé, puisque Jacques Rimbault, c'était lui, l'emporta et quatre ans plus tard, sur sa lancée et après avoir assuré par une présence forte et continue à Bourges, il se présentait aux élections municipales de la ville et il devint maire de Bourges pour 3 mandats.
On peut penser que la droite et le centre, et donc Jacques Genton avaient perdu une bataille, celle de Bourges.
 

27 novembre 2008
Rien de particulier sur Bourges, alors quelques mots sur le national avec la situation économique et une très forte dégradation de tous les indicateurs économiques du pays. Ce sont les emplois mais aussi la dette, en conséquence, le chômage va redevenir le soucis légitime des citoyens, en lieu et place du pouvoir d'achat.
A côté de cela, les pérégrinations du PS et de la lutte Aubry - Royal tiennent du grand guignol. Mais ce spectacle donne une image détestable de la politique, de gauche comme de droite.
Comment des gens sérieux en sont-ils arrivés là ? Le pouvoir, l'ambition, la volonté de puissance sont devenus des ressorts qu'il n'est plus possible de freiner. C'est triste.
6 novembre Berry Républicain et Encyclopédie de Bourges
LETTRE OUVERTE A DES JOURNALISTES DU BERRY REPUBLICAIN
Sur Internet, l'Encyclopédie de Bourges reçoit près de 600 visites par jour, et depuis sa création, cela fera en fin d'année plus d'un million de visites pour les 400 articles disponibles.
L'Encyclopédie de Bourges n'avait, jusqu'à ce jour, jamais fait l'objet d'un article dans un journal local, jusqu'à un écrit dans le Berry Républicain signé par Mlle Sabine Blanc, qui avait auparavant trempée sa plume dans le vitriol.
J'ai bien conscience que des améliorations sont à apporter, mais je récuse vos propos affirmant que cette Encyclopédie n'est pas impartiale, que les contenus sont inégaux, que le nom même d'Encyclopédie est abusif, que l'esthétique est au-dessous de tout…. J'arrête , car cette diatribe est une somme d'affirmations sans preuve, sauf les fautes d'orthographe, que Mlle Sabine Blanc répète à plusieurs reprises, comme si le lecteur n'avait pas compris la première fois.
Mais cette Encyclopédie avec soi-disant tant de défauts, les journalistes sont les premiers à l'utiliser, la recherche d'une date locale, l'histoire d'un lieu berruyer, la biographie d'un personnage de Bourges que Wikipédia ne cite pas…. C'est en parti dans l'Encyclopédie que vous trouvez ces informations.
Il aurait été honnête de dire, qu'avec ses imperfections cette Encyclopédie rend de précieux services aux journalistes, dans leur travail quotidien. Ils gagnent du temps et cela leur donne même parfois l'idée d'un article dans les périodes creuses du mois d'août.
Alors demain, lorsque, après un simple clic, cette Encyclopédie aura disparu du Net, vous chercherez ailleurs les conditions de la création de l'Aéroport de Bourges, ou ce que fut l'école du Tamalet, ou encore la mise en eau du lac d'Auron, la liste des préfets du Cher ou les résultats des élections municipales de mars 1989, et bien vous irez à la recherche de l'information dans vos archives papier ou aux archives municipales des 4 Piliers ou rue Bertaut.
Cette Encyclopédie de Bourges, gratuite, accessible et sans pub, peut-être qu'elle vous manquera.
Roland Narboux

28 octobre : La démocratie et le temps de parole...
Je voudrais revenir sur le départ de l'Opposition lors du dernier Conseil municipal, et proposer un éclairage différent de ce que l'on peut généralement entendre.
C'est le théme de la démocratie locale et de la limite du temps de parole, on pourrais avoir un sujet au futur bac du genre : " Peut-on limiter le temps de parole dans une démocratie locale ?".
En effet, au Conseil municipal, tout commence avec un propos assez court du maire sur la politique générale de la ville, puis, les chefs de file de l'Opposition, ils sont 3, prennent la parole chacun à leur tour, le maire leur répond, et c'est à nouveau sur le même sujet, une nouvelle prise de parole des élus de l'opposition.... et cela dure 1 ou 2 heures.
Le résultat, c'est qu'au bout d'un moment chacun s'écoute parler, les arguments des uns et des autres sont repris, parfois avec les mêmes mots et les mêmes phrases. Le débat devient stérile, "on tourne en rond".
Le temps passe et les heures aussi, la presse prend des notes pour trouver une phrase percutante qui fera la "une" du lendemain, et sous prétexte de discuter sur les problèmes généraux, le temps passant, la fatigue aidant, les délibérations attendent et lorsque les sujets arrivent sur le sport, le social, le tourisme ou l'urbanisme, alors, plus personne dans l'Opposition ne répond à la Majorité, c'est bientôt la "course", les délibérations sont à peine lues, et l'Opposition est alors muette.
Très forte dans les généralités, l'Opposition ne s'intéresse pas aux délibérations concrètes qui feront demain la vie des Berruyers.
Il faudrait que chacun apprenne à prendre la parole que s'il a quelque chose de pertinent à dire et si cela apporte des éléments nouveaux au débat.
Enfin, la démocratie c'est aussi le respect des autres, sans se tromper d'enceinte.
 

23 octobre : crise financière

J'avais évoqué il y a deux semaines la crise financière en signalant que je n'y comprenais rien? J'avais reçu des messages, parfois lointains me disant que j'avais raison, nul ne comprenait plus rien.
Après les derniers événements, concernant la Caisse d'Epargne et la perte de 600 millions et puis les 360 milliard (oui milliards), je pensais avoir compris, il s'agissait de redonner la confiance aux banques et ce n'était qu'une possibilité de prêter de l'argent en cas de besoin. C'est courant dans les villes lorsqu'une société de HLM fait un emprunt, elle demande à la commune de se porter garante du prêt et en général la ville se porte caution et ne débourse rien.
Sauf que les banques ont déjà demandé 10 millions d'Euros.
Où l'Etat prend-t-il cet argent ? Il emprunte et cela n'aura a dit la ministres des finances aucune influence sur les impôts, ni sur notre endettement ni sur rien .
Qui croire ? Que comprendre.
Comment expliquer que pour trouver un milliard pour le RSA, ce fut la galère, comment dire que les caisses sont vides et que tout à coup, on retrouve 10 milliards ou 360 on ne sait même plus.
Il faudra beaucoup de pédagogie pour que l'on retrouve la sérénité.
Seule consolation et encore, à gauche comme à droite, ils ne sont pas meilleurs.

15 octobre : l'écologie, optimisme ou pessimisme
Le festival du film écologique de Bourges, avec une grande variété de propositions, et il est à noter par exemple que le salon de l'éco-construction a eu beaucoup de succès avec des Berruyers qui se sont intéressés de manière très forte au sujet. Ils n'étaient pas venus en simples badauds.
Sur les films, j'ai noté la qualité des films au niveau de la forme, ils sont devenus pour l'image et le son, très professionnels, pour les sujets, il y a toujours cette notion de faire savoir ce qui se passe sur la planète, et cela débouche souvent sur le film catastrophe.
Attention a vouloir trop prouver, à vouloir trop "en rajouter", il y a le danger que les gens se détournent de ces films. Un bon film catastrophe, c'est bien, mais il faut aussi donner des touches plus optimistes.
Bien sûr, l'espèce humaine peut disparaître, comme pour l'Homme de Néanderthal, bien sûr, la grande peste de 1437 a tué les deux tiers de la population de l'Europe, bien sûr que l'on ne sait rien de prochain virus qui va muter... Tout ceci, nous le savons, alors, cherchons les moyens d'être plus zen. Par exemple, on ne meurt plus en moyenne à 35 ou 40 ans, mais ce chiffre est parfois doublé, on vit jusque vers 80 ans dans nos pays industrialisés. Sur la famine dans le monde, depuis un siècle, certains pays s'en sortent, comme la Chine et son milliard et quelque choses d'habitants.
Enfin, les initiatives individuelles comme le montre les films de la série de Sylvain Braun dans son film "Artisans du changement" donnent un souffle d'air pur dans ce monde difficile.
Il faut une écologie responsable, qui dénonce ce qui ne va pas, mais qui propose. On donne toujours une liste et un nombre d'espèce qui vont disparaître ou qui ont disparu, mais il y a des espèces qui arrivent.....

8 octobre : la crise financière

J'avais l'intention d'évoquer le problème de la crise financière, et pour cela j'ai lu la presse, j'ai regardé la télé, suivi des émissions spécialisées, ouvert des sites sur Internet et .... désolé, mais je n'y comprends rien.
Les questions posées sont nombreuses, et dans les conversations de madame Michu, j'ai entendu :
"que devient l'argent de mon livret A à la Caisse d'Epargne ? ", sa voisine ajoutant " et l'Assurance Vie que j'ai depuis 10 ans au Crédit Agricole" alors que ce retraité de MBDA s'interroge " le placement FCP, Fond commun de placement que j'avais eu du temps où je travaillais et que les dirigeants d'alors m'avaient "donné , il vaut combien ?"
Je n'ai pas su répondre, car je ne sais pas, et ce que j'entends est si lénifiant que j'ai quelques doutes.
Aussi je m'arrête !


1 er octobre : "Entre les murs"
J'ai vu le week end dernier, après le séminaire des élus (et pas à la place), le film "entre les murs". Un film qui met en scène une classe de quatrième, d'un collège difficile de Paris intra-muros. Hormis le fait que ce film ne méritait pas la palme d'or de Cannes, c'est un document très fort et remarquable et chacun devrait aujourd'hui se précipiter aux CGR pour le voir.
Un collège bien tenu, en bon état, pas de tags, un mobilier neuf, mais aussi et surtout des professeurs compétents, et des élèves d'aujourd'hui. Le résultat est catastrophique pour notre société.
Ce prof de français, héros du film est un saint laïque, il y croit, il se donne à fond, il explique , il discute et pourtant au milieu du film, tout spectateur un peu sensible a envie de lui crier : "abandonne, va enseigner dans la Creuse ou en Berry, et si c'est pareille, change de métier ".
A l'issue du film, je me suis dit, que l'on mette dans une classe 15 ou 20 élèves au lieu de 30 par classe ne changera rien. Que l'on augmente le nombre d'enseignants, que l'on ajoute des millions d'euros dans le système, rien n'y changera.
La conclusion : "on ne sait pas quoi faire ", "on ne sait plus faire", car des profs comme le Monsieur Marin du film, encore faut-il en trouver ! L'école du primaire ou du secondaire ne peut pas remplacer l'action éducative des parents. Et lorsque cette éducation à minima est inexistante, alors il faut créer autre chose, redéfinir une structure qui aille au-de la du simple enseignement. Sur ce plan ce qu'a fait Jules Ferry autrefois allant jusqu'à braquer les parents qui ne voyaient pas ce que faisaient leurs gosses à l'école, et bien il faut imaginer une solution qui, aujourd'hui, n'existe pas.
 


23 septembre : Technopole Lahitolle
J'ai assisté ces derniers jours à plusieurs réunions et présentations de la technopole Lahitolle, par un cabinet d'études.
J'ai noté que le risque industriel dont "on" parle depuis 15 ans, a une bonne image, mais ça ne donne pas beaucoup d'entreprises et encore moins d'emplois.
La mécanique et les matériaux, c'est bien pour un pôle d'excellence, sauf que c'est une activité locale très traditionnelle, sans trop d'innovation, et donc sans trop d'avenir.
Reste l'environnement et plus particulièrement l'énergie et la domotique. C'est l'avenir mais d'autres sont partis avant nous et sur ce" créneau, nous n'avons aucune expérience.
Que faire ?
Se souvenir que Bourges avait un pôle important dans l'aéronautique. Elle est partie et je ne connais pas beaucoup de monde qui se soit battu pour garder en Berry les activités aéronautiques.
En conclusion, des études bien faites par le cabinet d'études Katalyse, réalistes, mais assez démoralisantes. Il faut un thème pour le technopole Lahitolle, et nous ne l'avons pas.
Nous devons faire un choix thématique que personne n'a encore trouvé.
La suite ?
il faut compter (à mon sens) avec les opportunités qui pourraient se présenter (comme avec le centre d'appel de Bouygues en 97) ou la chance comme en 1928 avec l'usine Hanriot, ou encore la volonté d'un industriel comme Michelin dans les années 1950. Sinon aller mettre des cierges à Saint Henri, comme l'on disait parfois à l'Aérospatiale lorsque la situation était désespérée.

17 septembre 2008 , le boson de Higgs et Lourdes

Drôle de semaine passée, avec deux évènements totalements différents et pourtant ils pourraient être assez proches.
Le premier, c'était jeudi dernier avec l'a mise en route du LHC, c'est cet accélérateur de particules d'une circonférence de 27 kilomètres, à 100 mètres sous terre. Il est au CERN à la frontière franco-Suisse.
Il doit permettre aux physiciens de trouver en bombardant des protons de trouver le célèbre boson de Higgs, cette particule appelée parfois "la particule de Dieu", et qui doit exister mais que l'on a jamais vu. La trouver enfin serait un pas considérable dans la physique des particules.
Et la même semaine, le pape Benoît XVI était à Paris et à Lourdes, avec un discours sur le monisme,
Et à Lourdes tous ces gens qui viennent croirent aux affabulations d'une gamine qui a vue la sainte vierge 18 fois.
Quel contraste entre ceux qui recherchent les particules du Big Bang et les apparitions d'une dame en bleu.
Il y a dans cette approche catholique, une forme d'obscurantisme qui fait frissonner. mais en étant philosophe, si cela apporte un peu de joie et d'espérance à une partie de ces personnes, pourquoi pas, c'est leur affaire.
Quant à moi, j'attends de voir .... le boson de Higgs !
roland narboux

13 septembre : la presse
Il y a une différence extrême entre l'information distribuée par les grands médias radio et télé et une certaine réalité de tous les jours.
Si tel sujet est à la "Une", c'est sans doute parce que cela intéresse le l'auditeur ou monsieur lambda devant sa télé ou écoutant la radio.
Ces derniers jours, de quoi et de qui parlons nous ? Le premier, c'est bien entendu Raymond Domenech ! l'entraîneur de l'équipe de France de football. Il a raison : si la guillotine existait, ce mardi soir, il serait dans la charrette.
Second sujet, c'est l'île de la tentation avec des jeunes gens dont parlent abondamment une certaine presse. La futilité est au coin du bois.
Lorsque je relis la presse du siècle dernier, je pense que les journaux, qui avaient moins de place, qui n'avaient pas de sondage, allaient davantage à l'essentiel.
Je reçois de nombreuse lettres par internet, et le Nouvel Observateur m'envoie chaque matin à 8 heures, sa lettre qui donne les informations essentielles de France et du monde, en une page, et si sur tel sujet je veux en savoir plus, je clic sur l'article en question généralement bien documenté.
L'avenir est là, nous voulons savoir en deux mots et quatre lignes ce qui compte et ensuite, selon la sensibilité de chacun et pouvoir aller plus loin. Une info à deux vitesses mais accessible à tous.
Pour une ville comme Bourges ou pour le département c'est cela que nous devons creuser. Mais ce n'est pas simple.

5 septembre : l'animation à Bourges

C'est la rentrée, sur tous les plans, et en particulier la rentrée de la Ville.
L'été a semblé calme, et les problèmes des uns et des autres subsistent.
J'ai noté l'importance de l'animation à Bourges, entre les Nuits lumière, parfois costumées, un Eté à Bourges tous les soirs et les visites secrètes de l'Office de Tourisme, il n'y a pas beaucoup de villes en France qui ont cette offre dans l'animation.
Je crois qu'il faut faire preuve d'imagination, de fédérer les bonnes volontés et ensuite travailler et foncer. Je suis en désaccord avec les partisans d'une fête médiévale à Bourges en achetant à une société spécialisée ce type d'animation. Non nous devons être plus imaginatif, car des fêtes médiévales il en existe beaucoup, parfois bien conçues, parfois nulles. Mais souvent coûteuses pour une collectivité.
Je pense que nous devons chercher des animations de tous ordre qui soient de qualité et populaires. A ce titre, trois manifestations méritent un détour.
- les feux d'artifice du lac d'Auron, très très populaire, traditionnels et qu'il faut acheter, et le coût n'est pas négligeable, mais cela peut réunir 10 000 Berruyers.
- la Nuit des lucioles, qui coûte rien ou presque à la collectivité mais beaucoup d'huile de coude aux deux associations organisatrices dont les Amis de Jacques Coeur. Mais cela enchante 2500 à 3000 personnes en les faisant rêver.
- Enfin, sur un autre plan, les visites magiques ou celles alchimistes de l'Office de Tourisme, c'est entre les deux. Cela coûte un peu, mais il faut un milieu associatif fort et beaucoup de matière grise. Par contre cela est payant et s'adresse à 50 à 70 personnes par soirée.
C'est à partir de ces trois exemple qu'il sera possible de trouver encore des idées. Mais reconnaissons qu'aujourd'hui la ville de Bourges est exemplaire. Des animations populaires mettant en oeuvre le milieu professionnel et associatif local, sans perturber les fiances publiques.

19 août : JO de PEKIN
Les JO de Pékin ont commencé depuis 4 jours, et si la récolte des médailles reste encore modeste, il faut remarquer plusieurs éléments:
- tout d'abord, à la télévision, on voit enfin d'autres sports que le football, le cyclisme et le tennis, on peut suivre de la gymnastique, du judo, du canoë, l'escrime, et quelques autres sports que les médias ne ressortent que tous les 4 ans. Cela fait du bien, d'autant que l'on trouve ici des sports où l'argent n'est pas encore roi.
- second élément, c'est le doute qui est toujours présent, avec les record du monde qui tombent comme des mouches ... comment ne pas penser que des sorciers n'ont pas trouvé l'élixir de "grand force" ? J'entendais Pierre Fulla qui déclarait à la radio, j'ai terminé au cinquième rang des épreuves d'haltérophilie cette année là, et je puis dire que j'étais pourtant le premier des "non-dopés".
- Mais parler de sport en dehors du football est un grand plaisir.
Enfin, à la télé, ce sont des images tout à fait remarquables.
 

30 juillet : le tour de France cycliste
Un mot sur le sport et le Tour de France, et comme monsieur "tout le monde", j'ai suivi les coureurs (d'un peu loin), et les problèmes de dopage sont toujours présents, et comme chaque année, certains se font prendre, permettant aux organisateurs de dire que l'on traque effectivement les tricheurs.
Non, on prend les coureurs qui ont une génération de produit en retard sur la science et la technique.
Aujourd'hui, les coureurs qui prennent de l'EPO de seconde génération sont pris car les laboratoires ont trouvé un moyen de détection qui n'existait pas l'an dernier. Sauf que l'EPO ou autre drogue de troisième génération, aujourd'hui indétectable est sans doute en utilisation ou en expérimentation.
Le sport n'est plus le sport, c'est une belle animation qui fait vibrer les foules, il n'y a jamais eu autant de monde sur les routes du Tour... et le comble ce furent les commentaires sur France Info de Virrenque "dopé à l'insu de son plein gré", comment vouloir un sport sain dans de telles conditions ?
Il serait peut être plus simple de faire sponsoriser les coureurs (et autres sportifs) par des laboratoires, ce serait plus honnête.

8 juillet Ingrid Bettancourt
Comme beaucoup, j'ai été ému lorsque le bandeau de la Télé a signalé que Ingrid Bettancourt était libre. Puis, à la radio et à la télé, j'ai entendu et vu cette femme, c'était encore de l'émotion.
6 ans passés dans une jungle hostile dont 3 enchaînée, parfois torturée, c'est aussi une belle leçon de courage de celle qui est devenue une icône nous a donnée.
La délivrance, les conditions, tout ce qui pourrait faire polémique est petit et subalterne.
Ce qui est important c'est que beaucoup et j'en étais ne pensaient pas en janvier dernier que cette femme reviendrait vivante de cet enfer vert.
C'est une leçon de courage, c'est aussi la nature humaine, d'un côté une sorte de sublimation avec, et c'est sans doute étrange, l'appui psychologique de la foi en Dieu. Mais c'est aussi une image de l'homme à la fois inhumaine et tragique ; finalement ces hommes des Farcs sont de la même veine que les pires des tortionnaires de l'Histoire humaine.
Que ceux qui adorent Che Guevara, Castro et autres Mao (il y en a encore) qui arborent ces tee shirt avec l'image du Che, sachent que les Farcs, leurs méthodes et leur action, c'est l'école de Guevara.
Rappelez-vous que Fidel Castro a été connu le jour où il a procédé à l'enlèvement de Jean Manuel Fangio, le champion automobile des années 50. Par une prise d'otages.
Alors, plus de Guevara, je préfère aujourd'hui les tee Shirt avec Ingrid Bettancourt.
Nul ne sait ce que sera désormais son parcours politique, mais ce qu'elle a dit depuis sa libération mérite notre respect, même s'il est souhaitable quelle soit moins médiatisée.

1 juillet : les 80 ans de l'Aéroport de Bourges

Comme les autres, je vais prendre un peu de vacances et en profiter pour mettre à jour les sites que je gère comme l'Encyclopédie de Bourges (700 visites par jour) ou celui de Jacques Coeur (200 visites par jour, que je vais retravailler.
Je vais me consacrer à la suite de l'écriture d'un livre d'Histoire des avions à Bourges et dans le Cher avec mes amis de l'association de PABB, et aussi d'un autre ouvrage sur Bourges pour La Bouinotte.
Quant à la politique, un peu de recul ne fera pas de mal. On reverra les dossiers de ma compétence (liaisons douces, qualité de l'air, ordures ménagères, l'eau et les marais) à la rentrée, sauf si des événements importants se déroulaient dans les semaines à venir.
Ce matin, je suis allé avec mes amis de l'association PABB, Patrimoine aérospatial de Bourges et du Berry à la Grande pelouse, en face de l'aéroport, car il s'agissait de l'anniversaire (80 ans) de l'aéroport et de l'Ecole de pilotage Hanriot.
Si les représentants des pouvoirs publics étaient venus, ils auraient entendu comment un maire de Bourges avait réussit à implanter en 7 mois, un Aéroport et une Ecole qui deviendra deux ans plus tard, une entreprise et ensuite moins de 10 ans après la plus importante usine du département du Cher.
Je rappelle que tout ceci s'est fait avec des personnages comme Laudier, Haegelen, Hervet ou D'Arenbert, ils étaient à la tête de la CCI, de la Mairie, du Conseil général ou de l'Aéro-Club.
Puisse les responsables d'aujourd'hui à Bourges se souvenir du savoir-faire de nos anciens.

Visite à Bourges de Nicolas Sarkozy

Tout d'abord je veux revenir sur la visite du Président, sur laquelle chacun peut avoir une appréciation différente.
Une visite présidentielle devrait être un grand évènement, ce fut le cas autrefois avec Albert Lebrun ou le général De Gaulle. D'autant que le Théme traité par M Sarkozy était un sujet de société touchant tout le monde. Que chacun relise la place faite à ces époques qui ne sont pas si lointaines, et faites la différence.
Je n'ai pas trouvé le texte intégral des propos de M Sarkozy lors de la Table ronde, quelques phrases que l'on a retrouvé dans les agences de presse, dans les journaux quelqu'ils soient et surtout sur Internet. C'était pratiquement toujours les mêmes citations, très courtes, et non pas "de longs extraits" que le sujet si délicat méritait.
Il est évident qu'actuellement, il est très "tendance" de "taper" sur le Président, et beaucoup applaudissent. Sauf que sur un sujet comme les soins palliatifs, le discours que j'ai écouté était sérieux, humain, et très structuré, avec des éléments particulièrement positifs.
Aussi ai-je été un peu seul à écrire que les propos du Président étaient remarquables, ce qui n'est pas le cas dans toutes ses interventions sur d'autres sujets...
Lorsque la Dépêche du Berry parlait de la visite d'Albert Lebrun à Bourges, c'était la moitié du journal .
Autre point, la colère des berruyers sur la circulation. J'ai été moi aussi un peu agacé par un déploiement de forces de l'ordre rarement vu à Bourges. Après un instant de colère, je me suis raisonné :
Compte tenu que quelques dizaines de manifestants à pied, en voiture ou en camions sont capables de bloquer un cortège, fut-il présidentiel, imaginez que M Sarkozy ait été bloqué dans Bourges où à l'Hôpital Jacques Coeur et soit resté 1 heure ou deux avant d'être dégagé, qu'aurait-on vu le soir même à la télé :
"Nicolas Sarkozy, bloqué plus d'une heure à Bourges par les routiers ! ", et le tout avec des images de la police dégageant la voiture du président. Le discours sur la fin de vie... personne n'en aurait parlé.
C'est bien de cela qu'il s'agit.
Alors il faut expliquer, faire oeuvre de pédagogie et éviter la démagogie si courante en ces temps. Je ne suis pas certain que privilégier le match de football des bleus ou le prochain disque de Carla Bruni soit plus important que l'intégralité "du discours de Bourges" de Nicolas Sarkozy sur les soins palliatifs". 19:35 | Ajouter un commentaire | Envoyer un message | Lien permanent | Afficher les rétroliens (0) | Ajouter au blog | Actualités et politique

18 juin : Les Marais de Bourges, encore et encore.
Eternel feuilleton que celui des Marais de Bourges, avec "les uns qui traînent les pieds et les autres qui sont de mauvaise foi". (dixit une maraîchère à la sortie de la réunion des maraîchers à l'ENSIB où ils étaient 60 pour 1100 maraîchers, la grande majorité ne se sentant pas concernée).
Depuis plus de 10 ans, à titre personnel ou comme élu, je me suis battu pour que vivent les Marais, pour les générations futures. Aujourd'hui, je le dis, c'est perdu. Dans 5, 10 où 20 ans, il ne restera plus d'eau dans les marais.
Chacun doit prendre ses responsabilités.
Un jour futur, on parlera des Marais à sec, comme est évoquée aujourd'hui la remise en eau du canal de Berry, la où il a été rebouché. On dit " mais qui sont ces gens qui ont comblé le canal ?" et on dira "mais qui sont des irresponsables qui ont refusé un système de gestion cohérent pour les Marais de Bourges"?
Si après deux ou trois étés non pluvieux, les marais sont à sec ou presque, il y aura une prise de conscience de la population, une actions avec défilés et pancartes ... et la Ville sera bien obligée de faire tous les travaux, sous une forme juridique plus ou moins approximative, surtout si l'on est à la veille d'élections politiques locales.
C'est ce qui s'est passé Digue de Voiselle, après les crues de 2001/2002, les riverains n'ayant pas les possibilités techniques de refaire la digue détruite, la ville a acheté la digue et fait pour plus d'1 million d'Euros des travaux, avec l'argent du contribuable Berruyer.
Cet exemple est-il extensible à l'ensemble des 1500 parcelles ? Non assurément non. Il faut que la raison l'emporte et que les maraîchers soient davantages responsables.
 

11 juin 2008 : LE TGV et Bourges
Le TGV intéresse-t-il la population berrichonne ? Pas simple de répondre. En effet, il semble que les hommes politiques de tout bord soient bien ancrés dans le sujet et pour eux l'arrivée du TGV serait une opportunité intéressante.
Seulement, Bourges et le Berry ne changeront pas. Comme pour le train de 1847, chacun attend que les choses arrivent, que les hommes politiques fassent arriver le train (1847) ou le TGV (2008), ce n'est pas l'affaire de la population.
Ils ne vont pas barrer l'autoroute ou le chemin de fer à la gare, non, ils attendent. Le dernier grand entrepreneur local ne serait-il pas Jacques Coeur ?
Les Berrichons sont des légalistes, le TGV qui est dans de nombreuses régions doit passer un jour à Bourges, c'est comme ça, il suffit d'attendre et les gens de Paris, un jour vont bien nous construire la ligne.
A la manifestation de la gare pourtant bien emmenée par Philippe Bensac, il y avait 60 personnes, alors que sur Bourges et l'agglo, ce sujet devrait intéresser 100 000 personnes !
Il faut dire aussi que l'organisation de manifestations par la droite n'est jamais évidente, et sur ce sujet, la gauche ne va rien faire pour manifester. La droite n'a pas la culture de la manifestation, dans l'Histoire à ma connaissance, il n'y a eu que 2 manifs de droite qui ont marché, le 30 mai 1968 pour soutenir De Gaule et en 1984 pour l'école catholique sous Mitterrand. Sinon, les manifs, c'est la gauche.
Pour le TGV, la situation est grave mais pas désespérée, à condition de ne pas laisser les politiques, déjà divisés seuls face aux "technocrates" de Paris pour reprendre le vocabulaire de Ph. Bensac.
Peu d'exemples semble-t-il ont été positifs, j'en signale un, c'est l'arrivée de l'Ecole Hanriot à Bourges le 1 er juillet 1928. Demandez vous pourquoi ce qui deviendra Aérospatiale est venu à Bourges !.
 

4 juin : Les 100 esclaves de l'énergie
Les 100 esclaves que nous possédons dans notre vie quotidienne, c'est surprenant, mais c'est la réalité calculée par des spécialistes comme M. Jean Marc Jancovici.
En effet, l'énergie dont nous disposons dans nos pays occidentaux, cela représente l'équivalent de 100 personnes que vous appelez domestique ou esclave, comme vous l'entendez.
C'est considérable, pour nous chauffer, pour aller faire les courses, pour partir en week end ou en vacances, pour s'éclairer, pour utiliser des appareils électro ménagers, et bien toutes les sources d'énergie que nous utilisons, gaz, essence, électricité, c'est comme si nous avions à plein temps, à notre disposition 100 esclaves.
C'est bien sûr une moyenne chez nous, mais cela montre l'ampleur des dégâts, et lorsque le coût de l'énergie augmente, c'est comme si l'on nous enlevait des esclaves, et alors nous n'y arrivons plus.
Nous sommes tous devenus de petits seigneurs du Moyen Âge, de grands patriciens du monde gallo-romain, ou de châtelains du XVIII ième siècle.

27 mai : Le principe de précaution
Je voudrais revenir sur les "ondes", non pas sur le téléphone mais sur la FM, et aujourd'hui le WIFI.
Que provoquent ces ondes ? Nul ne le sait. Il faudra faire des études et des essais et les résultats ne seront pas probants avant une ou deux générations. C'est à dire dans 20 ou 40 ans.
Alors que faire ? Le principe de précaution utilisé de manière stricte dit simplement de ne pas utiliser ni le téléphone portable, ni le WIFI ni d'autoriser la modulation de fréquence (les radios FM).
Que nous dit le passé ?
Que ce principe de précaution stricte n'aurait pas permis le développement du chemin de fer, car les fumées allaient asphyxier les voyageurs.
Mais quel est aujourd'hui l'élément matériel qui provoque le plus de morts ? C'est simplement et malheureusement l'automobile. 15 000 morts par an dans les années 1975 et 5000 encore aujourd'hui. Un instrument qui provoque autant de décès doit être mis hors la loi et interdit !
C'est cela le principe de précaution, car si le train n'a pas asphyxié les voyageurs et si l'automobile a permis de transformer (en bien ) la société, il faut savoir que parfois, il y a des erreurs et que si le principe de précaution avait été appliqué il y aurait eu des vies sauvées. C'est le cas connu et dramatique de l'amiante.
Il faut mesurer le risque et surtout accepter certains risques. Quel bénéfice et quel risque ?
Peut-on se passer du WIFI ? Aujourd'hui oui, demain non. Nous sommes peut être dans l'erreur, nous ne le saurons qu'en 2030..
roland narboux

PS pour les jeunes gens de l'Agitateur : en ce qui concerne l'information, je n'ai pas attendu Internet et l'Agitateur pour être un acteur dans l'information locale. Je voudrais juste rappeler que j'écris dans les journaux et magazines depuis 1990, et j'ai été à la fois journaliste et chroniqueur à la radio "libre" Recto Verso pendant 15 ans, c'était juste après 1981

20 mai : Bourges et le TGV
Un simple mot sur le TGV et Bourges.
Il y a 5 ans, nous avions reçu à Bourges les Assises du Tourisme Urbain, j'étais vice président de cette structure nationale, la présidente était de Lille, le secrétaire de Rennes et l'autre vice-président d'Angers.
Nous avons beaucoup travaillé et Bourges, au milieu de "ces villes de gauche " était à la fois bien considérée et dans le tourisme, il faut davantage de bon sens et volonté que de "politique politicienne".
Au cours des débats, un spécialiste nous avait parlé, c'était au Palais d'Auron, et avait montré, graphique à l'appui, que les villes qui se développaient sur le plan touristique étaient situées sur les axes où passait le TGV.
Le TGV pour le tourisme Urbain devenait un élément essentiel. Pour développer le Tourisme, il fallait développer le TGV.
Je me souviens aussi à l'époque que j'en avait parlé autour de moi, il n'y avait pas eu à cette époque, il y a 5 ans, d'enthousiasme particulier.
Je suis heureux aujourd'hui de voir l'engouement de tous.

13 mai : Mai 68 par un berruyer ?
Mai 68 : que de déclarations, de livres et autres émissions de télé et de radio. N'en déplaise à certains, je dois bien être une des rares personnes habitant aujourd'hui Bourges à avoir été étudiant à Paris à ce moment au Quartier Latin.
Je terminais effectivement mes études d'Ingénieur des Arts et Métiers, j'étais en 4 ième et dernière année et je logeais à la Cité Internationale, boulevard Jourdan. J'avais été élu par ailleurs délégué culturel dans cette Cité de plusieurs milliers d'étudiants de toute nationalité. Et j'ai ainsi vécu "mon Mai 68"
40 ans après, ils sont bien nombreux les marchands de souvenirs, les donneurs de leçons, les paumés qui cherchent encore, bref, tous ces gens qui veulent raconter et raconter encore, je n'en suis pas.
Non, un jour j'écrirais ce que furent pour moi ces deux mois à Paris, pour mes petits enfants, je leur parlerai de Jean Paul Sartre que je cotoyais à la cité U, ou encore d'un secrétaire de Trotsky qui était lui aussi présent !
Mais le temps n'est pas venu.
--------------------------------------------------------------------------------
Sur les "agitateurs professionnels", de mon dernier blog, je ne pensais pas du tout à l'Agitateur et aux personnes qui écrivent dans ce site. Non, c'était plus général, il s'agissait de ces personnes qui l'on voit partout dès lors qu'il faut contester une autorité ou un pouvoir. Ils ne sont généralement pas très nombreux, mais ils font du bruit et des effets de persse comme s'ils représenaient la population alors qu'ils ne représentent qu'eux mêmes.
Quant à l'Agitateur, qu'il vive sa vie, et je me demande ces temps derniers ce qu'il écrirait si je n'existais pas
 


7 mai : Faut-il gérer une ville ou un pays à base de sondages diffusés en continu ?
J
e ne le crois pas. Il faut dans une démocratie que l'on évite la démagogie et le populisme. C'est ce qui se passe de plus en plus souvent.
Sur le plan national, je ne suis pas surpris par l'année de N. Sarkozy. J'ai été agacé par le côté "Fouquets", ou "Bling bling", mais si les français avaient été informés de la double vie de F. Mitterrand, peut être que tout en étant un chef d'Etat, il aurait été rejeté dans les sondages. Cela est allé jusqu'aux écoutes téléphoniques, indignes de ce grand homme.
Sur le reste, Sarkozy fait ce qu'il a dit pour être élus. Alors, les opposants professionnels peuvent manifester, cela ne doit rien changer, qu'ils attendent 4 ans... Il y aura des élections.
Sur le plan local, il faut que le maire et son équipe aient un programme et le suive, c'est la même chose. Et chaque fois que vous mettez en place des éléments nouveaux il y a à Bourges 5 à 10 personnes, souvent les mêmes, des gaucho- populistes qui ameutent la presse, se font prendre en photo devant une banderole et développent leur thèse, même les plus irréalistes. Ce sont des agitateurs professionnels, démagogiques à en pleurer.
Ils en ont le droit, mais il faut rester calme et déterminé. Les élections sont passées, une liste a été élue. Point. Rendez-vous dans 6 ans.
Ecouter la population est un devoir pour les élus, concerter, dialoguer, oui, mais avoir quelques illuminés chaque fois qu'il y a une modification ou une initiative, faire comme s'ils représentaient la population, ce n'est pas cela la démocratie.
29 avril : Les antennes à Bourges
Je voudrais revenir sur les antennes, car le principe de précaution a des limites. Si l'on estime qu'il y a un danger d'avoir des antennes sur les toits de Bourges, alors il faut les enlever. Nous n'aurons plus de téléphone, mais en 1970, nous n'avions même pas de téléphone chez soi. Et nous vivions !
Seulement aujourd'hui, 90% des adolescents utilisent chaque jour ce téléphone portable. Demain on leur supprime, et vous verrez les résultats.
Sur ce principe de précaution poussé à l'extrême, l'automobile fait 5000 morts par an sur nos routes, au nom du principe de précaution, nous supprimons la voiture et nous économiserons 5000 victimes. On peut se déplacer à vélo ou en train !
Si les Berruyers ne veulent pas d'antennes, supprimons les.
Sur les études, soyons prudents, mais dans les deux sens. Il y a deux ans, j'avais reçu des plaintes de riverains qui avaient "depuis que les antennes avaient été placées sur un château d'eau, des maux de tête et des malaises". Une enquête avait été diligentée, et j'avais constaté que cette antenne avait bien été mise sur le pylône, mais qu'elle n'avait encore jamais émis...
Il faut aussi vérifier que les ondes qui arrivent sont bien en dessous du niveau autorisé. C'est sans aucun doute la meilleure solution pour rassurer les riverains, et voir qu'il n'y a pas de dérive. Une solution de type "association Lig'Air" serait intéressante.
Mais attention, si on diminue la puissance des ondes, il y aura davantage d'antennes.... et c'est à la campagne que les puissances sont les plus importantes.
 

22 avril Tibet et la Chine
Les belles âmes nous parlent depuis un mois du Tibet et de ce qui s'y passe. En fait, pour l'instant, on n'en sait pas grand chose puisque le gouvernement chinois n'autorise pas les journalistes à s'y rendre.
Cela signifie que la Chine n'est pas une démocratie, mais cela nous le savions, même avant que Pékin ne soit désignée comme ville Olympique pour 2008, et les efforts pour améliorer les Droits de l'Homme dans ce pays ne peuvent pas se faire en deux semaines ou en un an.
J'ai travaillé avec des ingénieurs chinois, il y a quelques années, ce que j'avais retenu, c'est que le temps n'existait pas beaucoup. Les choses se feraient .... un jour ou bientôt.
Il ne fallait tout de même pas espérer que la Chine qui a fait des progrès dans de nombreux domaines reste une dictature et les gesticulations d'un Menard (il m'agace celui-ci) n'y changeront rien.
Dernier point, j'ai rarement relevé, sauf chez Pierre Bénichou (du Nouvel Obs) que le Tibet, avant l'entrée massive des troupes chinoises c'était tout sauf une démocratie.
Le Tibet, et je me méfie des "chefs religieux", était un pays de type médiéval avec un système de castes, et les moines ne voulaient que revenir à ces pratiques d'un autre âge.
Il a été nécessaire chez nous pour avoir une démocratie acceptable attendre plusieurs siècles, alors regardons notre Histoire, et cessons de donner des leçons à la terre entière.
Nous avons des principes, commençons à tous les appliquer.

15 avril : le basket à Bourges
Et si je parlais de sports, car après avoir vu sur grand écran le match de l'équipe de basket de Bourges face à Brno, il y a certains aspects qui deviennent troublants.
Cette fois à Brno, ce sera un sentiment amère. Et si c'était un peu "truqué" ? Si Brno devait être en finale pour assurer le spectacle et la recette de la finale ? Si au basket comme aillieurs, on est en droit de se demander, l'argent n'a pas tout pourri ?
A lire les commentaires de Pierre Vincent, entraîneur pourtant calme et sérieux, il évoque "l'arnaque des dernières minutes".
"Les filles ont le sentiment de s'être fait voler et je pense la même chose, a commenté Vincent. Ce sont des choses qu'on ne peut pas contrôler. On peut toujours se plaindre mais la raison dit qu'on n'avait qu'à faire mieux."
Bien entendu si les filles de Bourges avaient mené à 1 minute de la fin de 10 points, rien ne pouvait être fait, mais lorsque la différence de points est de 2 ou 4, alors, le coup de pouce sur une faute sifflée ou non peut faire la différence.
Cela ne change pas le fait que le match des Tango a été excellent, mais que des erreurs ont été commises.
Nous sommes de moins en moins dans du sport pur et dur et de plus en plus dans du spectacle et de l'animation.
8 avril : Bourges dans 6 ans : 2014
L'équipe municipale est en place, et chacun trouve ses marques, les grands dossiers de la campagne s'affinent, c'est ainsi que les études se lancent, pour le centre nautique nouveau au Prado ou encore le Palais des Sports / salle des fêtes, mais aussi les liaisons douces à venir et les Marais.
Comment sera Bourges dans 6 ans ?
Le Prado avec les cinémas CGR, la patinoire et la piscine ludique sera au Top, avec le bowling qui ouvre dans quelques semaines .
Le renouvellement urbain sera terminé, et les berruyers parmi le splus modestes auront un logement à leur goût et même pour certains une maison individuelle. A cela se sera ajouté le gymnaste des Merlattes et le Centre commercial de La Chancellerie.
Avaricum sera plébicité, avec son parking et ses commerces, prenant le pas sur la Route de La Charité.
Les liaisons douces permettront de faire le tour de Bourges, quartier par quartier, en toute sécurité, et la rue Moyenne sera sans doute piétonne.
L'entrée de Ville route de Saint Florent deviendra L'EXEMPLE d'une belle entrée, efficace et écolo.
Et puis le Plais des Sports aura été terminé et inauguré.
Enfin, il y a la cathédrale avec sa nouvelle toiture, la Grange des Dîmes terminée et visible et puis.... Combien d'autres choses moins visibles, moins spectaculaires comme l'isolation des maisons ou l'arrivée (enfin ) des voitures propres.
Quant à l'emploi et aux entreprises nouvelles, c'est l'opportunité qui va faire la différence.
Mais ceci n'est pas un rêve, le rêve ce sera peut être ... ce que l'on n'imagine pas, comme en 1928 !

31 mars : sport et politique

Le sport s'invite dans la vie politique et c'est assez normal.Sur l'affaire de la "banderole", il y a longtemps que les faiseurs de troubles, ces petits "nasillons" devraient être repérés et exclus des stades. Par contre ils trouveraient d'autres moyen de cracher leur haine de la société dans laquelle ils vivent.
Sur les JO et la polémique de savoir si il faut ou non aller à pékin, il faut remettre les pieds par terre. On peut signer n'importe quelle pétition, s'exprimer partout, mais pour une personne du Berry, si il n'y a pas de jeu, elle regardera autre chose sur la télé, celui que ça gène, c'est Romain Girouille, et c'est vrai que c'est dommage.
Quant à la cérémonie d'ouverture, un vrai sportif s'en fiche !
Mais pour être acteur de ce problème, il faut que cela gène les chinois, et chacun d'entre nous veut que "l'autre" gène les chinois, sans rien toucher sur notre vie à nous autres français. Savez-vous que nos chaussettes viennent à 95% de Chine (comme l'électronique et les jouets), et bien n'achetons plus de chaussettes chinoise (ça évitera à certains dans le midi de tricher...) et nous marcherons "à l'ancienne" directement pied nu dans nos chaussures....
Nous sommes prêts à nous dresser contre les Chinois qui sont odieux au Tibet, à condition que cela ne modifie pas notre petite vie de tous les jours.
 

25 mars : voyance ou analyse ?
Il y a deux mois je crois, j'ai été brocardé (gentiment) car j'avais "prédit" la victoire de Serge Lepeltier en me fondant sur l'Histoire de Bourges. C'est vrai et j'assume, mais ce ne fut pas de la prédiction comme ce fut le cas d'un "voyant " qui avait "vu" la victoire du PC à Vierzon, de l'UMP à Saint Amand et la défaite de Serge Lepeltier à Bourges.Il en avait 2 sur 3 !
Ce voyant est assez proche de l'escroquerie, mais si il y a des gogos !
En effet, il suffisait d'être, comme moi et d'autres, de bons observateurs de la vie locale depuis 40 ans pour penser que Vierzon allait basculer à gauche, Saint Amand rester à la droite UMP, Serge Lepeltier gagner à Bourges (de peu) et que le Conseil général resterait sans difficultés à gauche.
Ce n'est ni de la prédiction, ni de la voyance, c'est de l'analyse politique et je suis assez fier de ne pas m'être souvent trompé.
Oh, si, une fois, et de manière surprenante, je n'ai pas vu la défaite de Serge Lepeltier aux dernières sénatoriales, il y a 3 ans, mais la trahison politique dans son propre camp (qui est assez courante dans ces milieux un peu carnassiers) ne permet d'analyse rationnelle.
roland narboux18:38 | Ajouter un commentaire

18 mars 2008 :
Quelques commentaires sur les municipales et cantonales à Bourges à l'issue du second tour.
En premier lieu, les résultats du second tour des municipales en France montrent que si Serge Lepeltier devait être élu, c'était au premier tour. Il y a eu dans le pays une amplification vers la gauche entre les deux tours.
Désormais il faut se mettre au travail pour un troisième mandat qui devrait être passionnant compte tenu des projets en cours ou à mettre en route.
Sur un autre plan, celui du Conseil général, il y avait une voix d'avance pour la gauche suite aux bévues de la Droite à Avord et Baugy il y a 3 ans, et Rémy Pointereau n'a pas réussit à enrayer la chute de la droite puisqu'il y a 3 à 4 voix d'écart aujourd'hui.
Il sera de plus en plus difficile dans les 6 ans à venir d'avoir à droite une majorité au Conseil général du Cher.
Il faut dire que les Berruyers ne comprennent pas trop à quoi il sert dans les villes, ils connaissent à peine leur conseiller général. D'ailleurs si un citoyen a un problème à Bourges, il va voir ... le maire (ou son adjoint) et non pas le conseiller général (ce qui est moins vrai dans le milieu rural.
Dernier élément sur Bourges, on a noté que Serge Lepeltier avait au premier tour, 5 à 8% de plus que le vote aux cantonales dans ces mêmes cantons.
L'équation "maire en place / Sege Lepeltier" a été, (ce que nous savions), mais cette fois les chiffres le démontre a été l'élément essentiel de la victoire du maire de Bourges. Les Berruyers ont montré leur attachement a leur maire pour son action passée et future, mais aussi leur mécontentement au plan national en votant à gauche aux cantonales, élection plus politique.

10 mars 2008 VICTOIRE !
Magnifique victoire de la liste Bourges Notre Force, au premier tour, et comme je l'avais dit, ou prédit, un maire de Bourges dans l'Histoire a toujours gagné pour un troisième mandat, et... au premier tour !
N'empêche que personnellement j'ai eu très peur, peur car avec un bilan élogieux pour Bourges sur 13 ans de travail de Serge Lepeltier, des résultats remarquables dans le domaine du logement social avec le PRU, et un grand projet pour les années à venir, comme Avaricum, il eut été désolant et injuste de tout perdre pour des considérations qui n'avaient aucun rapport avec notre Ville.
La victoire, c'est celle de la liste Bourges notre Force, mais c'est surtout la victoire personnelle de Serge Lepeltier. Dans un troisième mandat, c'est le maire qui est en première ligne et qui est seul à l'avant de ses troupes.
Serge Lepeltier a gagné avec un programme réaliste et une vision très juste de "sa" ville, il a su se projeter dans l'avenir, à la manière d'un Laudier, et surtout, il a toujours travaillé pour l'ensemble des Berruyers, et le Renouvellement Urbain le démontre.
La liste Gauche unie d'Irène Félix n'a pas percé, l'analyse peut se faire en trois directions pour expliquer cet échec.
La composition de la liste avec un Jean Michel Guérineau relégué loin sur la liste, un Yannick Bedin en second qui est un communiste "pur et dur", dont les prises de parole en Conseil municipal sont souvent pitoyables et d'un autre temps. Et puis quelques personnages qui ont effayé les électeurs, comme Colette Cordat et l'extrême gauche et Frédéric Terrier des "verts", qui ont "plombé" la liste toute entière. Quant à Irène Félix, sans programme, mettant en avant des sujets nationaux, elle a perdu car les Berruyers ont été lucides, et ils ont préféré une élection locale, avec la résolution de leurs problèmes sur le terrain.
Merci et bravo les Berruyers.
Demain est un autre jour, alors AU TRAVAIL.
roland narboux

29 février
A une semaine du premier tour, la campagne électorale se termine et la liste de Serge Lepeltier à laquelle j'ai l'honneur d'appartenir est la mieux placée pour poursuivre la marche en avant de notre ville de Bourges.
Je rappellerais juste qu'entre les mots utilisés par Irène Félix, et la réalité, il y a une différence : ainsi, souvenez-vous, Mme Félix a voté CONTRE l'implantation des cinémas Multiplexe au Prado. Elle est contre les maisons individuelle pour les logements sociaux et préfère les tours et les barres.
Non au dogmatisme et aux idéologues de la liste d'une gauche qui est désunie.
La seule réussite de Mme Félix, c'est d'avoir éliminé le Parti communiste de Bourges, qui était une force historique... Mais de l'avoir remplacé par une extrême gauche intolérante et dangereuse pour la cohésion de notre ville.
Voter pour la liste de Serge Lepeltier, c'est assurer le succès du Renouvellement Urbain pour les plus modestes des Berruyers , c'est revitaliser le Centre-ville avec le projet Avaricum que tous les Berruyers attendent, c'est poursuivre les liaisons douces et aussi faire la piscine ludique au Prado.
Sérieux, efficacité et vision forte de la ville de demain, c'est voter pour la liste de Serge Lepeltier, la personnalité politique la plus performante, actuellement dans le département du Cher.
Le maire de Bourges est dans la lignée des "grands" maires de Bourges qui ont modifié en profondeur notre ville, il est de la trempe des Laudier, Boisdé et Rimbault.
Merci d'avance à tous. roland narboux.

10 février 2008 : Avaricum et le logement social
La campagne électorale bat son plein ou presque, et je note qu'il est assez difficile de se faire entendre.
Sur Avaricum, après les incohérences du discours des "soi-disants" Verts de la liste de Mme Félix, qui ont accumulé les contres vérités, ce fut une campagne sur le logement social en centre ville, et là encore les chiffres sont tétus mais rarement pris en compte, on peut entendre des énormités, lire des propos totalement inexacts, et cela passe comme une lettre à la poste.
Ainsi, pour le logement social d'Avaricum, au terme de l'opération, sur les 220 logements sociaux qui existaient, il y en aura près de 290 logements HLM, et oui, vous lisez bien, 290 sur le site où à proximité immédiate. Et je ne compte pas les logements de la rue Jean Bart ou de la route de Dun ou des Pijoplin 2.
En plus vous aurez un parkin de plus de 900 places et un centre commercial indispensable pour revitaliser la ville, et éviter le scandale constitué par les commerces (des hangars) de la Route de la Charité.
Dernière chose, j'ai lu que dans le programme de mme Félix, il fallait réhabiliter les logements sociaux de la cité jardin : oui madame, j'ai même signé les permis de contruire et demandes de travaux, il y a plus de 1 mois...
Sans commentaire.

15 janvier 2008 Municipales et informations

J'ai décidé il y a deux ans de créer Bourges-info.com, et avec quelques amis, nous avons tenté de permettre en un clip d'en savoir un peu plus sur l'actualité et l'information à Bourges. Je n'ai jamais caché que j'en étais le responsable, ni que j'étais adjoint au maire de Sege Lepeltier.
Ce média, qui souffre, il faut le reconnaître d'un peu d'amateurisme, comme le fut autrefois Recto Verso, la radio dont j'étais un des journalistes, a le mérite d'exister. Il peut comporter des erreurs, mais il apporte un soufle nouveau, moins conventionnel , sans pub et gratuit, et qui donne le minimum de choses qu'il faut savoir sur l'actualité de Bourges d'une manière globale.
Nous ne sommes pas très nombreux, mais connaissant bien la ville, je lis aussi souvent des bétises sur Internet ou ailleurs... Alors celui qui ouvre Bourges-info, il sait que ce n'est pas Le Monde, ni le Berry Républicain, ni la Nouvelle République, ni l'Agitateur, non, c'est un site qui a des opinions à base d'humanisme, qui sait aussi qu'en période de campagne électorale, ce n'est pas simple d'être objectif, surtout lorsque l'on peut se retrouver sur une liste, en l'occurance celle de Serge Lepeltier. Alors il faut être honnête.
Cela permet aussi de remarquer par exemple que lorsque le programme de la liste de gauche parle de 5000 étudiants à Bourges, nous faisons remarquer que Alain Tanton, l'a écrit dans son blog il y a 15 jours. Qui d'autre l'a dit ? Sur la piscine ludique, elle est prévue et dessinée au Prado depuis plusieurs mois.
Quand je lis que sur Avaricum, l'écologie n'est pas prise en compte et que l'architecte F Blatter n'est même pas consulté pour répondre, alors je dis que Bourges-info est utile. Car dans ce cas particulier, nos remarques peuvent être lues, c'est pour nous "remettre les pendules à l'heure".
Demain, je poursuivrais ce site Bourges-info, même si les insultes des éléments les plus sectaires de la ville m'envoient chaque jour des mails incendiaires qui sont généralement anonymes.
 
6 janvier voeux 2008
Pas simple de présenter ses voeux, ils peuvent être sérieux, ironiques, souriants, mais le plus souvent, ils sont fades. Comment être original lorsque l'on a évoqué la santé, le travail, le bonheur pour chacun, à la fois sur le plan personnele et professionnel ? Je ne sais pas. les voeux se doivent d'être sympa et si possibles informatifs. Je reçois comme beaucoup d'élus, des dizaines de cartes de voeux, une bonne moitié sortent directement de l'imprimerie, ont une adresse issue du fichier d'un ordinateur et l'envoie n'est pas signé. A ceux voeux qui utilisent les secrétariats des structures, je ne réponds que très rarement. Par contre, pour les voeux qui sont personnalisés, où l'auteur a écrit un petit mot, alors je réponds de la même façon, avec ma plume.
Que souhaiter et à qui ?
- à mon épouse, la santé bien sûr, et aussi qu'elle rassemble toujours autant de monde avec les Amis de Jacques Coeur pour faire réver les berruyers et les touristes.
- à ma fille, pourquoi pas un autre enfant, une petite fille pour donner la main à Mathis, et à mes garçons, de poursuivre dans leur travail et leur vie familiale.
- à monsieur le maire de Bourges, qu'il soit réélu en mars prochain, il reste encore à faire pour le PRU, Avaricum... et beaucoup d'autres projets.
- à mon éditeur, qu'il publie bien les 2 livres qu'il a sous le coude et réédite une nouvelle version de l'énigme dévoilée.
- à monsieur le Préfet, qu'il intensifie sa lutte contre les chauffards du samedi soir imbibés d'alcool.
- à nos deux députés, qu'ils fassent accélerer les décrets applicables pour les nombreuses lois qu'ils ont voté et qui attendent.
- à monsieur le Président du Conseil général, qu'il continue à écrire des ouvrages historiques.
- à mon boucher de la rue Marcel Haegelen, de beaux morceaux de boeuf pour ses client.
- à mon buraliste, que sa santé soit meilleurs, et qu'il remplace les paquets de cigarettes, par des livres sur Spinoza ou Frank Thilliez.
- à chacun d'entre vous qui lisez ces lignes, beaucoup de bonheur pour 2008.
... C'est pas simple des voeux !
  Ajouter un commentaire

COMPLEMENTS

10 mars 2008 LES MUNICIPALES 2008 A BOURGES
VICTOIRE !
Magnifique victoire de la liste Bourges Notre Force, au premier tour, et comme je l'avais dit, ou prédit, un maire de Bourges dans l'Histoire a toujours gagné pour un troisième mandat, et... au premier tour !
N'empêche que personnellement j'ai eu très peur, peur car avec un bilan élogieux pour Bourges sur 13 ans de travail de Serge Lepeltier, des résultats remarquables dans le domaine du logement social avec le PRU, et un grand projet pour les années à venir, comme Avaricum, il eut été désolant et injuste de tout perdre pour des considérations qui n'avaient aucun rapport avec notre Ville.
La victoire, c'est celle de la liste Bourges notre Force, mais c'est surtout la victoire personnelle de Serge Lepeltier. Dans un troisième mandat, c'est le maire qui est en première ligne et qui est seul à l'avant de ses troupes.
Serge Lepeltier a gagné avec un programme réaliste et une vision très juste de "sa" ville, il a su se projeter dans l'avenir, à la manière d'un Laudier, et surtout, il a toujours travaillé pour l'ensemble des Berruyers, et le Renouvellement Urbain le démontre.
La liste Gauche unie d'Irène Félix n'a pas percé, l'analyse peut se faire en trois directions pour expliquer cet échec.
La composition de la liste avec un Jean Michel Guérineau relégué loin sur la liste, un Yannick Bedin en second qui est un communiste "pur et dur", dont les prises de parole en Conseil municipal sont souvent pitoyables et d'un autre temps. Et puis quelques personnages qui ont effayé les électeurs, comme Colette Cordat et l'extrême gauche et Frédéric Terrier des "verts", qui ont "plombé" la liste toute entière. Quant à Irène Félix, sans programme, mettant en avant des sujets nationaux, elle a perdu car les Berruyers ont été lucides, et ils ont préféré une élection locale, avec la résolution de leurs problèmes sur le terrain.
Merci et bravo les Berruyers.
Demain est un autre jour, alors AU TRAVAIL.
roland narboux
 

Pouvoir répondre dans ces 2 mois de campagne électorale à ce que je considère comme des écrits, aussi bien dans les journaux locaux, dans les sites, dans les tracts, et ceci en toute liberté, voilà une page de ce site perso. Ce sera sous forme de questions-réponses.

Un rappel au sujet des élections, savez-vous que Mme Irène Félix a été contre l'implantation d'un sinéma multiplexe à Bourges, et elle a voté CONTRE ce cinéma (en CDEC) ce qui a fait que le cinéma est arrivé un an après la date prévue. Lamentable position qui doit être portée à la connaissance des Berruyers.

Intéressant débat sur FR3 entre Serge Lepeltier et Irène Félix,
plus d'une heure d'émission, avec plusieurs sujets évoqués, comme le TGV, le Tramway, le logement, les bus, l'environnement, mais sur la culture le sport, le tourisme, rien.
A noter aussi que le BR du vendredi n'a pas évoqué ce débat... car il y avait un journaliste du confrère de la NR qui posait des questions. Et voilà comment des gens sont informés !

Pourquoi tant de haine de la part du Berry Républicain ? C'est la question que je pose à la suite d'un article paru le 19 février dernier et qui comporte des énormités sur le site de Bourges-info.com.
Réponse à M Bernard Stéphan:
Bonjour, J'ai été surpris du ton inutilement méchant de l'article "L'ambiguïté de Bourges-info.com", du BR de ce jour.
Je passe sur le propos d'un site qui "pille" les journaux locaux, alors que ces derniers ne se privent pas d'utiliser chaque fois que c'est nécessaire L'Encyclopédie de Bourges, souvent sans citer la source. Que chacun se regarde dans sa propre glace !
Par contre, sur la période actuelle, c'est à pleurer de rire !
Vous ignorez que le site de Bourges-info.com ne publie plus aucune information sur les élections municipales depuis la date du 22 janvier dernier, jour de la publication de la liste des municipales sur laquelle je me suis trouvé.
Oui, monsieur, je ne mélange pas tout, et à partir du moment où je faisais officiellement campagne, le site a été muet sur la campagne municipale en cours et le restera jusqu'au soir de l'élection. C'est ce qui a été écrit dans l'éditorial que j'avais signé le 22 janvier. Les internautes étaient alors priés d'aller voir, s'ils le voulaient, les sites des candidats.
Je ne comprends pas que cet aspect ait échappé à des journalistes professionnels.
Roland Narboux
Nota : Vous écrivez dans cet article : "maire-adjoint à l'environnement de la municipalité". Lors d'un prochain article, écrivez "maire-adjoint à l'environnement, au tourisme et à l'urbanisme", la rigueur est aussi une qualité journalistique.
Il faut réhabiliter les logements sociaux de la cité jardin, dit le programme de Mme Félix :
Réponse RN : C'est bien vrai ça, d'autant plus que les permis de construire ont été signés en janvier 2008.
Question posée lors d'une réunion publique : pourquoi ne fait on pas de maisons de retraites privées ?
Réponse RN : parce qu'il y a un refus du département et en particulier de Mme Félix, qui ne veut que des maisons de retraites publiques. Cela s'appelle du dogmatisme, et c'est une position totalement idiote. Il faut, à mon sens, mixer le public et le privé.
Avaricum, cette fois, Jocelyne a quitté son immeuble sous les flasches des journalistes et les caméras des télé nationales :
Réponse RN : Elle avait raison Jocelyne de protester, elle était dans son rôle de petite femme en butte aux "grands" mais comme elle a été manipulée, cette pauvre dame. Ce fut pitoyable. Quant aux télés, TF1, la 2 et la 3, quelle honte de les voir dans ce rôle. Cela donne une idée de ce que nous recevons tous les jours comme informations. Et quant je pense que l'on dit qu'il y a n'importe quoi sur Internet, regardez-vous messieurs de la télé !

Projet Avaricum,
on lit "vous cassez le logement social avec la destruction d'Avaricum, c'est pour rejeter les gens modeste qui sont en HLM, loin du centre-ville"
réponse RN : c'est faux où vous n'avez pas les bonnes informations. La réalité est celle-ci: à la fin du programme Avaricum, ce sont 220 logements qui auront été détruits. Sachez que dans la même période, ce sont très exactement 289 logements qui auront été construits, soit sur le site, soit à proximité immédiate.
Aujourd'hui, il y a déjà de construits l'Hôtel-Dieu pour 64, Bouillet 36, Terrasses des Prés Fichaux 40, Colvert/beauvoir 22, Littré 11, autres 5, additionnez cela fait 174.
Ajoutez des programmes financés à venir, Placis 30, Peterborougt 25, Avaricum 30, Jean Jaurès 9... etc et enfin quelques programmes comme Abbé Berthault 15, Edouard Vaillant 10 + 10.
  écrire : roland.narboux@wanadou.fr

 

L'ACTU 2008
Lettre ouverte aux journalistes du Berry républicain >>> cliquer
 
Les élections municipales de mars 2008>>>cliquer

juin 2007

Tous les sites de Roland NARBOUX sont hébergés par bourges.net

 Site référencé par Bourges.net 

  Ecrivez vos remarques, vos demandes de renseignements : roland.narboux@wanadou.fr
  Ajouter un commentaire