Bourges, le blog de Roland NARBOUX


Roland NarbouxSite personnel sur Bourges avec des sujets comme les livres publiés par Roland Narboux, les sites internet, les blogs les conférences et des sujets comme les Alchimistes à Bourges, les souterrains de Bourges, Jacques Coeur et Agnès Sorel... etc

 RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL 

SOMMAIRE DU SITE

BIOGRAPHIE BLOG Roland LES ALCHIMISTES LES SOUTERRAINS JACQUES COEUR YEVRE ET MARAIS
AVERTISSEMENT
Dans cette page, j'ai placé tous les écrits que je place dans le blog, au cours du temps. Ce sont des petits articles, écrits souvent "à chaud", mais c'est une trace d'une certaine forme de pensée qui reste assez modeste.
 
Ceci est l'année 2010,
mais vous pouvez consulter
l'année 2011

 

l'année 2009
 
l'année 2008
 
l'année 2007
 
l'année 2006
PRESENTATION

Roland Narboux est berruyer d'adoption, il a fait toute sa carrière professionnelle à l'Aérospatiale de Bourges (32 ans) .

Il s'occupe dès 1989 d'écriture (La Bouinotte) et donne des conférences à l'Université Populaire. Il a écrit plus de 25 ouvrages sur Bourges et le Cher les derniers étant consacrés à l'Histoire de Bourges au XXe siècle en trois volumes et aux souterrains de la cité de Jacques Coeur .

AUTEUR DE LIVRE
LES LIVRES DE ROLAND NARBOUX
LES SITES GERES Par Roland Narboux
http://jacques-coeur-bourges.com/
 
http://www.encyclopedie-bourges.com/
 
En coopération :
www.bourges-info.com

Blogs :
http://rolandnarboux.wordpress.com
Les Conférences
de Roland Narboux
Une douzaine de conférence par an, la dernière sur "l'influence d'Agnès Sorel sur la politique de CharlesVII".
En préparation :
Bourges au féminin

.

ELU DE BOURGES
Maire Adjoint de Bourges depuis 1995 ayant en charge
le tourisme
l'urbanisme
l'écologie
le chauffage urbain
 
 
Et aujourd'hui :
l'écologie et le développement durable
le chauffage urbain

2010 LES TEXTES DE L'ANNEE 2010
 
Fin 2010 :
 
L'année 2010 se termine et je ressent un peu de lassitude, sans doute l'âge, et puis il faut sans doute savoir tourner la page.
je vais poursuivre avec détermination et assurance ma délégation d'adjoint au maire de Bourges dans le domaine de l'écologie et du développement durable.
Mais je ne serais plus candidat sur aucune liste dès la fin de ce présent mandat.
Cette année 2010, j'ai publié 5 ouvrages sur Bourges ce qui, en toute modestie, n'a jamais été fait. Ce fut un travail considérable qui laisse des traces. 5 livres sur Bourges, aussi différents que L'Histoire des Noms des rues de Bourges, Les Marais de Bourges ou encore le Bourges de A à Z et les balades à Bourges en terminant par le livre dont je suis le plus fier, sur Marcel Haegelen.
Ces 5 ouvrages n'ont jamais fait la "une" des journaux locaux, quelques entefilets et deux articles de mon ami Rémy Beurion. La radio n'a jamais été aux rendez-vous, quant à la télévision, "il ne faut pas rêver", FR3 n'a jamais évoqué le moindre de ces livres.
Récemment, pour la sortie de ces 5 livres de l'année, j'ai fait une dédicace à l'Office de Tourisme de Bourges, quelques amis "sûrs" sont venus, quelques personnes que je ne connaissais pas ont acheté tel ou tel ouvrage, de manière très sympathique, Isabelle Coudrat du Berry Républicain était là, mais aucun de mes collègues élus à qui j'avais envoyé un mot très personnalisés n'est venu. Le milieu politique est parfois cruel.
Alors progressivement , je vais en 2011 diminuer mes activités, honorer les conférence pour lesquelles je m'étais engagé, et n'en reprendre aucune, et même à l'UP. Ne faire qu'un article dans l'année dans La Bouinotte, et ne publier aucun livre, j'en ai d'ailleurs plusieurs de terminés, comme celui sur "l'Alchimie à Bourges" qui est uniquement sur Internet, de même qu'un "polar" sur Bourges "cité Première", ou encore" les Sculptures de Bourges" et enfin "Les Grandes énigmes de Bourges". Ces ouvrages sont terminées, avec ceux publiés sur papier cela fait 25 ouvrages de toute nature avec pour point commun, Bourges !
Quant aux sites Internet, Wikipédia m'a contacté pour faire migrer des articles de l'Encyclopédie de Bourges sur un wikiBourges, je vais voir comment cela peut se faire. Quant à Bourges-info.com, il va se poursuivre et se saborder fin 2013, si je suis toujours là.
Comme le dit Candide, "je m'en vais progressivement cultiver mon jardin" et me consacrer à ma famille et à mes nombreux petits enfants.
J'ai le sentiment de m'être beaucoup dépensé, d'avoir brûlé de l'énergie plus que nécessaire, j'ai été sans doute très naïf, mais ce que j'ai fait sur le plan professionnel, ou comme élu ou encore dans l'écirture, ce fut avec passion et fougue, et j'en ai retiré de vrais instants de bonheur.
Mais le temps passe, un certain manque de reconnaissance, ce qui est courant, et quelques coups bas, comme le refus d'héberger mes sites pour "cause de blogs engagés trop à droite" me font retourner sur d'autres créneaux, plus personnels, moins engagés et "cultiver l'art d'être grand père" n'est-il pas la plus belle des activités.
 
Il y a bien deux France, celle d'en haut et celle d'en bas, c'est vrai et j'en reparlerais, mais je veux parler de l'Ile de France et du reste du pays, que l'on peut appeler "la province".
Lorsque l'on est ces dernières semaines devant les informations de la télévision, à écouter les radios nationales ou à lire un journal national, il y a Paris / Ile de France eavec ses millions d'habitants et la province comme nos villes moyennes, Bourges, Blois, Nevers, Châteauroux .. etc L'Ile de France est bloquée par 10 centimètres de neige, et c'est la seule information que nous recevons en boucle.mais dans cette zone, il suffit d'un peut de crachin et c'est un fort ralentissement routier, c'est la pluie forte et c'est une succession de bouchons, alors avec la neige, c'est l'asphixie !
Les parisiens sont bien malheureux, mais pour rien au monde ils ne voudraient venir en province, où si il y a un peu de neige, il faut attendre.
Sur le logement, c'est la même chose, il ne s'écoule pas trois jours sans qu'une manifestation sur le droit au logement se déroule à Paris, car il y a vraiment un problème de manque de logement. Alors qu'en province et à Bourges, il y a des logements sociaux disponibles et d'autres en cours de construction ou de réhabilitation.
Pourquoi cet attrait de Paris ? ce n'est pas pour les musées, l'Opéra ou les concerts de Bercy, non, c'est pour le travail. Le travail se trouve plus facilement, surtout en période de crise à paris plutôt qu'à Bourges et c'est tout le problème.
Paris continue à construre des immeubles pour des bureaux, des bureaux, et encore des bureaux, alors que les techniques d'aujourd'hui permettent de travailler dans de nombreuses professions en Berry avec Internet, les E Mails, la visio conférence ... etc
Il faut à mon sens revoir la répartition économque au niveau des territoires et comme dans les années 1970, favoriser la décentralisation massive, faire une vraie révolution et cesser de ne penser qu'à paris et à l'Ile de France.
mais il n'y a pas de volonté politique, et surtout avec la mondialisation et le libéralisme, c'est une culture qui s'en va, une manière de vivre et de bien vivre.
...
 
Je dois des excuses à ceux qui sont venus à Cultura afin que je dédicace chacun des 5 ouvrages que j'avais publié en 2010, je n'y étais pas. Au dernier moment, alors que des accords avaient été pris début décembre avec une personne du servcie livres de Cultura, les supérieurs ont refusé ne trouvant pas de place ... problème de sécurité. Un manque d'élégance que et une arrogance que je regrette.... Je n'irais plus chez ce commerçant ! car si les auteurs ont besoin de libraires, les libraires ne seraient rien sans les auteurs.
 

22 décembre 2010 : Berrichons et fiers de l'être même si ...
 
Je ne me suis jamais exprimé sur les propositions de rebaptiser les "Berrichons " par "Berrysiens", car cela ne mérite pas de grands débats, et surtout c'est une opération consternante qui coûte aux contribuables puisque cette trouvaille a été faite, moyennant beaucoup d'argent, et j'aimerais savoir combien cela a coûté, vient d'un bureau d'études.
Les bureaux d'études, en ce début de XXI ème siècle peuvent être la meilleure et la pire des choses. Il faut effectivement, lorsque le problème à résoudre est complexe ou très technique, avoir à faire et à payer à ce type de structure, parfois, c'est plus soft, "on se fait accompagner" par un bureau d'études. Mais combien de fois, ont ils apporté de mauvaises solutions, combien d'argent jeté par la fenêtre, combien d'études qui ne sont que des "copier-coller" d'une étude antérieure, combien de rapports jetés dans une armoire sans être lus et qui ne sortiront jamais.
Les sujets ne manquent pas, j'y reviendrais dans quelques temps, mais la dernière escroquerie avec les Berrysiens, montre l'ampleur des dégâts.
Nous sommes Berrichons (de naissance ou d'adoption) et devons d'une part être fiers de l'être, mais surtout capable d'être innovant, d'être dans les meilleurs dans la qualité de vie, dans la solidarité, dans l'humanisme.
Sans en rajouter, en restant à notre place, nous devons rester nous-même mais aussi des entrepreneurs.
Le Berrichon, nous dit la légende, pendant les grands conflits, étaient mis en première ligne, ils n'avançaient pas toujours, mais ils ne reculaient jamais. Alors sachant que nous restons nous-mêmes, en place, stables, solides, essayons d'avancer un petit peu, et nul ne voudra nous changer le nom.

15 décembre 2010 .Les Marais de Bourges, la pluie et la neige
Est-il possible de rester sérieux lorsque l'on évoque le temps et les marais de Bourges ?
Il y a une dizaine de jours, il a beaucoup plu dans notre région, et l'eau des rivières est montée, Yèvre, Auron, Moulon, et ensuite, il a neigé, quelques jours plus tard, la neige a fondu, et l'eau de ces mêmes rivières a continué à monter, avec des camps inondés et même quelques routes.
Lundi matin, coup de téléphone, un maraîcher, en colère monsieur P. car il y a de l'eau dans les marais de Bourges et c'est à cause de la ville et les pelles ont été mal réglées…. " c'est inadmissible, la ville ne fait pas son boulot ".
Et oui, lorsqu'il pleut beaucoup ou que la neige fond, les marais inondent, cela dure depuis environ 900 ans….
L'après midi, cette fois c'est la presse qui me demande une réaction aux propos de M Joël Crotté, qui a fait le tour des médias locaux, se répandant à dire que les marais sont inondés car les pelles ne sont pas ouvertes, " parce que l'on ne veut pas que le site d'Avaricum ne soit inondé ", et d'évoquer l'Yèvrette… qui est cela sevrait se savoir busée !
On nous avait déjà fait la même chose il y a quelques années, avec les marais inondés pour sauver les cinémas CGR, et comme plus c'est gros, plus cela a des chances de passer. Alors après les CGR, hier, aujourd'hui, c'est Avaricum.
Que répondre ? Rien,
Les niveaux des pelles sont fixes depuis des lustres et définis par les services de l'Etat.
Le reste, c'est que les marais sont là aussi pour être inondés lorsqu'il y a trop d'eau et rien n'y pourra changer.
La nature a ses lois et elles sont souvent plus fortes que l'homme ou le jardinier des marais.

8 décembre 2010 : Wikileaks et Internet
Un mot sur Wikileaks, c'est le moment avec plusieurs réflexions :
- Tout d'abord pour l'instant rien qui ne soit connu, dire que M Sarkozy est un peu excité, nous le savions, dire pour reprendre les Guignols que Israël et les Palestiniens ne s'entendent pas, quel scoop !
Peut être que demain il y aura d'autres dépêches plus subtile, mais aujourd'hui, c'est un peu raté.
Ce qui me surprend, c'est d'une part que les dépêches des ambassades des Etats Unis soient aussi peu protégées, qu'un simple bidasse, même un peu hacker puisse les copier montre que le FBI devrait embaucher Bill Gates.
Et puis autre surprise en évoquant les hackers, c'est que la grosse machine informatique américaine soit incapable en cas de nécessité vitale pour leur pays de bloquer les serveurs de Wikileaks. Une telle action ne serait pas très populaire chez les internautes mais dans domaine, celui d'Internet, sans droit ni loi, on pourrait penser que certains agissent avec ce principe de la fin qui justifie les moyens.
 
Sur internet j'ajouterais dans ce domaine, que c'est un peu tout et surtout n'importe quoi. Ainsi, il y a quelques années, un site m'a personnellement "dégommé" sur un écrit à propos de ma vision historique de Bourges au XX ème siècle. Et bien cette critique est toujours en ligne en bonne position sur Google et cela depuis plus de 5 ans, alors que j'avais reçu un courrier atténuant les propos d'origine, mais cela n'a servi à rien, et rien n'a été effacé.
Autre exemple, au tout début des sites Internet, j'avais commencé des pages sur les souterrains et des alchimistes, c'était sur Liberty-Surf. Il y eut beaucoup de visites de ce site qui monta dans les moteurs de recherche. Et puis, il changea Liberty Surf a disparu au profit de Tiscali , c'est aujourd'hui Alice .... mais je ne suis jamais parvenu à supprimer mes propres pages. Elles sont toujours sur Internet, alors que depuis, j'ai un site perso sur Orange avec lequel je traite les souterrains et alchimistes.
je serais mort depuis 20 ans et ces pages seront toujours en ligne.
1 er décembre 2010
Il est toujours question de concertation avec les citoyens, j'entendais Arnaud Montebourg chez Ruquier parler de "sa sixième République", qui serait axée sur la participation des citoyens dans les décisions de tous les jours...
Il a raison, mais concrètement, que faire ?
Cette semaine, il y avait une réunion de concertation au Moutet, sur le PLU, le Plan Local d'Urbanisme qui fixe les grands axes et les modalités de l'urbanisme à Bourges, si on enlève les élus et les techniciens des services de la ville, il n'y avait personne ou presque ! Circonstance atténuante, le Moutet c'est un peu loin et il ne faisait pas chaud.
Alors les absents, dans quelques mois, écriront de manière anonyme dans le Berry Républicain pour dire que telle mesure du PLU est ... "une connerie" et qu'il est incompréhensible que des élus votent de telles mesures sans l'aval des citoyens.
Et oui, nous sommes bien en France et en Berry, les gens se détournent de la chose publique, puis se mobilisent lorsqu'il est souvent trop tard, et ils envoient des courriers vengeurs en mairie.
Rien n'est simple et lorsque des élus quittent un conseil municipal comme la dernière fois à Bourges, est-ce que cela a une efficacité quelconque ? Notre pays est un pays démocratique, et ce n'est pas en ne votant pas, ce n'est pas en quittant un conseil municipal lorsque l'on est un élu que l'on peut faire changer les choses. C'est au contraire en participant de manière continue et avec beaucoup de travail sur les dossiers que l'on peut servir la chose publique.
la suite :

24 novembre 2010 : la biennale d'art contemporain
LA biennale d'art contemporain de Bourges est devenue un rendez-vous important dans notre cité, et après avoir reçu un mail de la galerie l'Autre Rive sur la rémunération des artistes, je me suis posé des questions d'une manière plus large concernant le milieu artistique, que ce soient des peintres, des sculpteurs ou des comédiens.
Bien peu arrivent à vivre de leur art, pour quelques comédiens qui ont réussit, combien sont au seuil de pauvreté, et dans ce que j'ai vu à la biennale, s'il y a quelques artistes qui devraient un jour vivre de leur art, combien n'y parviendront jamais, car est-ce toujours à l'Etat, aux collectivités de subventionner l'ensemble du milieu artistique ?
Il est certain que pour un jeune, il est plus excitant de devenir un artiste en art plastique que plombier ou plâtrier. Et il est difficile de faire comprendre que pour vivre il faut recevoir un salaire ou un revenu, et que ce dernier ne peut pas venir essentiellement de l'Etat ou des collectivités.
J'aurais aimé être écrivain, je suis devenu responsable de fabrications aéronautiques pendant près de 35 ans, Mais le choix qui n'en était pas un, l'objectif était de vivre et de faire vivre une famille, et pour cela, mon talent d'écrivain n'était pas suffisant, même largement insuffisant.
Tous ces jeunes gens, forts sympathiques ne doivent compter que sur eux-mêmes, et éviter de demander à l'Etat... éviter de se plaindre en permanence, La France peut-elle accueillir tous les artistes et pseudos artistes du monde ? je ne crois pas.

17 novembre 2010 : remaniement ministériel
Nouveau gouvernement : le retour ... des mêmes et surtout le resserrement du bloc des droites appelé "l'Ex RPR canal historique", et exit l'ouverture et même fermeture vers les alliés de l'UMP. Devant ce remaniement qui n'en est pas un, un seul regret, que Charles Pasqua ne fasse pas parti de ce nouveau gouvernement, le symbole aurait été encore plus fort.
Je suis dans les très sceptiques du renouvellement du gouvernement, et François Fillon reconduit avec la plupart des ministres précédents, il y a de quoi être "grigniau", et sauf événement au niveau de la planète qui bouleverserait la donne nationale, c'est un boulevard qui s'ouvre pour la gauche en 2012. Pour ne pas gagner en 2012 les présidentielles, il faudrait que' la gauche y mette du sien. mais c'est encore possible. Pour perdre il faudrait :
- que ce soit Benoît Hamon le leader du PS aux présidentielles.
- que le PS se retrouve avec 2 candidats au premier tour, par exemple Ségolène Royal et François Hollande.
- que les écolos de tout poils appellent à voter au premier tour pour M Sarkozy.
Pour être plus sérieux, Jean Louis Borloo à Matignon, cela aurait permis de voir, dans une situation difficile, si la droite modérée et humaniste était,comme je le pense, capable de faire du social, aider les plus fragiles, en maintenant les grands équilibres économiques du pays sans déraper comme la Grèce ou l'Irlande.
Quant à la prestation de Nicolas Sarkozy, hier soir à la télévision, il fut très bon, comme toujours dans ce genre d'exercice mais n'est-ce pas trop tard ? A moins que le président ne s'achète une conduite de Président, avec la tenue et le langage de Président, et songe aux plus démunis.

10 novembre, on attend 2012 !
Retour au calme semble-t-il à Bourges et ailleurs jusqu'à la prochaine érruption sociale, et s'il reste encore quelques irréductibles, la majorité des gens se sont résignés d'une part à la réforme des retraites et au fait qu'il y avait sûrement quelque chose à faire, à condition "que je ne sois pas touché". Ce qu'il faut, c'est faire "payer les riches".
Que chacun sache que nous sommes dans une démocratie parlementaire et qu'il faut en tenir compte, celui qui n'est pas d'accord, il lui reste à aller voter dans le sens de ses idées dans quelques mois et au plus tard en 2012. mais les chiffres sont tétus, et la connaissance économique de nos contemporains n'est pas un de leur point fort.
Nous ne pouvons, nous ne devons pas dépenser plus que ce que nous gagnons, c'est élémentaire, et valable pour un particulier comme pour un Etat.
La suite :http://rolandnarboux.wordpress.com/

3 novembre, les retraites
Un dernier mot sur les retraites, avec quelques éléments simples :
- le premier c'est le déficit annuel qui sera de 30 milliards d'euros si rien n'est fait, et sur ces 30 milliards qui manqueront en 2020, la réforme actuelle n'en a retrouvé que la moitié, c'est à dire 15 milliards par les allongement du travail. Il faudra donc trouver encore des solutions plus contraignantes, puisque aujourd'hui c'est l'emprunt qui permet de boucher le trou.
- le second, c'est le fait que rechercher l'argent chez" les riches" est un leurre totalement démagogique, à qui prenez-vous l'argent ? à Mme Bétencourt bien sûr, c'est si simple, et aussi aux footballeurs, et aussi à mon notaire qui a une grosse maison en centre ville. C'est le degré zéro de la démagogie.
- le troisième concerne la réforme fiscale est à faire mais sauf à la marge nul n'en voudra, car les "riches" comme l'on dit s'en iront ailleurs et tout tombera sur les classes moyennes qui seront dans la rue à leur tour.
- le dernier élément venait ce matin de M Le Bras, qui signalait ce que je dis depuis longtemps pour Bourges, le revenu actuel en France (en en moyenne) des retraités est supérieur aux actifs. Il faudrait donc, et c'est légitime vis à vis de la dette que nous laissons à nos enfants et petits enfants, de baisser un certain nombre de pension, avec le risque de casser un peu l'économie, les retraités étant parmi ceux qui dépensent le plus. Pas simple à faire passer et demain, les retraités seront dans la rue....
La réforme actuelle n'est sans doute pas très justes mais le pire est à venir.
Et on termine par cette phrase à l'attention des jeunes collégiens et lycéens entendue à la radio : "quant il n'y a pas de cours à sécher, la retraite, ça les intéresse beaucoup moins".
 

 
27 Octobre 2010 : manifs au conseil municipal
 
Les syndicalistes les plus extrêmes sont venus perturber le conseil municipal, et après avoir écouté « religieusement » le maire de Bourges sur les orientations budgétaires de 2011, ils ont crié, chanté, vociféré durant le discours de … Irène Félix, chef de file de l'opposition !
Ne pouvant plus rien entendre, le maire a fait voter le huis clos, et la police a fait évacuer les perturbateurs.
Ainsi, ni Yannick Bedin ni Colette Cordat n’ont pu s’exprimer, ce qui est un comble et montre surtout que les manifestants n'avaient rien à faire de la gauche socialiste et communiste pas plus que cette malheureuse Colette Cordat ou du représentant de la gauche gauche.
Il serait temps que les extrémistes sachent ce qu'est une démocratie, et c'est dans les urnes que tout doit se passer.
la légende et certains historiens affirment qu'au temps de la révolution, (1789 et suivant), la Convention qui siégeait et était conspuée par quelques femmes et hommes hystériques, ne pouvait délibérer sous une telle pression. Alors certains conventionnels cherchèrent un lieu plus calme pour délibérer en toute sérennité, et ils portèrent leur choix sur une ville calme : Bourges.
Finalement cela ne se fit pas. Aujourd'hui, il y a une trentaine d'agitateurs professionnels qui perturbent les différentes assemblées, dont lundi soir le conseil communautaire et sur 100 000 habitants de l'agglomération de Bourges, cela ne représente pas une majorité.
Et puis, ce matin, à la radio, une intervention surréaliste d'un syndicaliste de Marseille qui reprend le travail et enlever les déchets de la rue et ... il demande la protection de la police ! Comme quoi la popularité d'une grève n'est pas ce que l'on croit !
 
 

12 octobre : le feu à Bourges
Cette rubrique aurait due se faire sur les grèves et manifestations, et l'entrée des lycéens dans le mouvement, et un seul mot : lamentables, jeunes gens ! Vous êtes lamentables.
Alors je vais parler du feu, et à Bourges, le feu est une constante, depuis la nuit des temps. La cité de Jacques Coeur est placée sous le signe maléfique de l'incendie.
On ne sait quant cela a commencé, sans doute lors du siège d'Avaricum par Jules César et par la suite, durant 2 millénaires ce fut régulièrement une suite de catastrophes dues au feu.
On connaît 588 et un grand incendie rappelé par Grégoire de Tours, puis 1252 et surtout 1487 qui voit partir en fumée les 3/4 de la ville dit-on. Ce dernier feu précipita la chute de la vie économique locale.
Il y eut aussi St Fulgent, le palais des Archevêques en 1871 et entre ces grands incendies, de multiples plus petits....
Récemment, si l'on peut dire, ce fut le Grand Incendie des Nouvelles Galeries en 1928, et le Carrousel place Séraucourt en 1932. Chacun se rappelle aussi le plais du duc jean où ce qui en restait en 1986 et le domaine de Bourbon trois ans plus tard.
En 1986, au mois de janvier, la cathédrale "eut chaud au portail".
Enfin, il y a 3 jours, l'immeuble du restaurant du Grand Argentier, qui a fait une malheureuse victime.
Bourges ville d'incendie, on ne le dira jamais assez.


 
5 octobre : Livres de Roland Narboux
J'ai corrigé ces dernières semaines deux ouvrages conséquents, le premier avec une petite association Patrimoine Aéronautique Bourges Berry sur la vie de Marcel Haegelen, dont le nom a été donné en 1950 à une grande avenue de la cité. Chacun pourra voir dans ce livre qui fut ce pilote et surtout ce que Bourges lui doit à deux périodes clés, 1928 puis 1944. C'est considérable, j'en reparlerais.
Le second est très attendu, cet un ouvrage sur les noms des rues de Bourges avec environ 960 noms de rues (une place et une rue au même nom ne comptant que pour 1) et c'est ainsi que les Berruyers vont découvrir, (ce que je souhaite) pourquoi tel nom a été donné, quand, et quelles furent les anecdotes, et il y en a, aussi intéressantes que la rue Emile Martin et Pierre Emile Martin.
Deux ouvrages sur notre ville et la mémoire, et il reste encore de nombreux thèmes a aborder, et faire des ouvrages "tout public" et non réservés à des spécialistes comme cela se fait assez souvent, dans des revues ou ouvrages confidentiels.

Kerviel condamné à 5 ans de prison et il devra payer 5 milliards à son ancien employeur.
Une justice toujours aussi peu compréhensible, il est le seul à payer, et personne d'autre à la Société Générale n'a été inquitété.
Comprenne qui pourra.



30 septembre : Haro sur les hommes politiques,
Haro sur les hommes politiques, c'est un peu le débat, et les hommes politiques actuels, comme les anciens, ce qui est oublié dont vilipendés, décriés, mis au pilori quelque soit leur étiquette. C'est injuste et l'aspiration de chacun de vouloir posséder et gagner plus en travaillant moins est un slogan populiste qui fonctionne. Dire l'inverse c'est se faire battre aux prochaines élections.
Pourtant il y a des nuances, ainsi le pouvoir au plus haut niveau est mal en point, et être ministre aujourd'hui, vouloir gérer le pays, c'est une vraie galère. Localement c'est moins net, d'autant que l'habitant de la rue Fulton ou de la rue Renoir ne sait pas qui est son député. Quant aux sénateurs du Cher, je serais curieux de voir les résultats d'un sondage qui demanderait aux habitants de Bourges qui sont leurs sénateurs !
Je crois que seul le maire est connu et apprécié, il est perçu d'une manière positive, même si le "poujadisme" des uns s'entend lors de rencontres comme celles de l'aéroport. C'est la proximité qui veut cela. De même le président du conseil général du Cher est sans doute moins connu, mais il est lui aussi très apprécié, car il est proche des gens de "son" département.
La proximité est importante loin des milles et unes rumeurs parisiennes qui sont le propre de la télé, de la radio et d'interne
t.
7 septembre : OGM, Vigne, Retraites, crime,
Je voudrais m'exprimer sur plusieurs sujets, un peu en vrac mais de manière succincte :
- j'ai lu un article dans le BR, signé Sabrina Vernade, qui explique que la maladie des pieds de vigne, une maladie du bois pourrait provoquer la perte de 10% de la récolte de l'année, et il s'agit en réalité de l'ESCA, une maladie qui existe depuis la nuit des temps mais qui est assez mystérieuse. Et les travaux scientifiques de l'INRA sur des OGM portent sur ce type de maladie, et ce sont des faucheurs berrichons, inconscients et attardés qui ont fauché les pieds de vignes alors que les scientifiques cherchaient des solutions. Cela me conforte dans les mots que j'utilisais en parlant d'obscurantisme de la part des faucheurs berrichons.
- Dans une étude récente, portant sur Bourges, il apparaît que les retraités ont des revenus (pensions) qui sont plus élevées que ceux qui travaillent et qui ont entre 30 et 50 ans. Cela doit donne à réfléchir, et si la solidarité jouait, ces retraités donneraient un peu plus...
- Sur madame Betencourt, et l'argent qu'elle "gagne", c'est vous madame, qui lui procurait, car vous achetez son rouge à lèvre, et vous messieurs ses déodorants, car l'Oréal, c'est une puissance, mais c'est aussi parce qu'il y a des clients qui achètent très chère ces produits souvent futiles. Faut-il nationaliser l'Oréal ?
- Enfin, sur ce nouveau crime odieux, près de Lille d'une joggeuse, assassinée par un homme, récidiviste, condamné pour viol à 10 ans de prison, et sorti après 4 ans, et il a tué. En fait, je ne voudrais pas être à la place de l'homme de justice qui a signé sa mise en liberté.

1 septembre : Quelques réflexions sur l'actualité

C'est la rentrée des classes et aujourd'hui, alors que cette rentrée est prévue pour jeudi prochain, certains syndicats d'enseignants annoncent une grève pour lundi (et) ou mardi ! deux jours après être rentrés. On croit rêver. Où sont, les hussards de la république ?
Sur un autre plan, toujours à l'école, j'ai entendu que le ministre voulait et demandait que les élèves se lèvent en classe lorsque l'instituteur (ou le professeur des écoles) entrait dans la classe. J'ai raté un épisode, car je croyais que cela se faisait toujours !
Sur l'absentéisme, je racontais à mon petit fils que jusqu'à l'âge de 24 ans, j'étais contrôlé pour entrer dans la classe, et il n'était pas question, ni de manquer ni d'aller dans un établissement qui n'était pas le sien.
Les temps ont changé, les mentalités et les comportements aussi, mais il y a tout de même une responsabilité familiale et c'est le premier niveau qui doit manquer dans pas mal de lieu.
Quant à la médiatisation de certaines situation, il faut voir que nous sommes informés par des "gens" de Paris, que ce soit la radio ou la télé, mais à Bourges, dans les villages du Cher, nous n'avons pas les mêmes difficultés, sachant que tout n'est pas rose. Il y a encore des vrais instituteurs, de vrais professeurs et des classes où il fait bon travailler avec des gosses qui ne veulent qu'apprendre. la province a du bon.

16 juin 2010 Le chapeau de La Maison de la Culture
J'ai eu la chance d'apercevoir un plan montrant le nouveau toit de la Maison de la Culture, tout ceci pour permettre d'avoir des pièces de théâtre comportant des décors monumentaux. C'est une exigence de la DRAC, la direction de la culture pour que Bourges conserve sa vocation de scène nationale.
J'ai envie de crier "Malraux, reviens, ils sont devenus fous!".
Il faudra m'expliquer quels sont les grands spectacles que nous avons manqué et que nous aurions reçus si la scène avait été plus haute.
Il faudra que l'on m'explique, madame l'architecte des bâtiments de France comment on peut interdire les panneaux solaires à Bourges et autoriser une caisse de 5 à 8 mètres de hauteur sans abîmer la vue que l'on a sur la cathédrale. Je vous réserve d'ailleurs une surprise pour la semaine prochaine.
Nous ne sommes pas raisonnables et ce qui va se passer est tout à fait lamentable, et face au pouvoir tout puissant des technocrates de Paris ou d'Orléans, il y a de quoi dégoûter les citoyens de droite comme de gauche.
Cela me rappelle le refus de la même DRAC d'autoriser les Nuits Lumière à l'intérieur du palais Jacques Coeur, avec comme argument que l'on ne doit pas enlaidir la cour intérieur avec de la lumière ! le résultats, c'est que l'on a été privé d'un chef d'oeuvre sous forme d'un scénographie dans la cour du Palais.
Il faudra un jour que se lève une Révolution culturelle, et chasser de leurs bureaux dorés, ces directeurs tout puissants.La suite :
9 juin 2010 la voiture en ville
 
Je peste régulièrement lorsque je passe en voiture au Pont d'Auron, au Lautier ou à Juranville. Oui je n'ai qu'à prendre un vélo !
C'est vrai que j'attends au moins 1 à 3 minutes, et "c'est quoi ce b..." disent les plus jeunes dans la même situation, ce que je ne fais pas.
C'est vrai qu'il y a de plus en plus de voitures en ville affirment les uns et pour d'autres, c'est "à cause des travaux de la mairie".
Je voudrais apporter deux ou trois éléments à la discussion :
Sur le nombre de voitures, il y en a plus, mais le trafic a diminué de 9% en quelques années. Ceci pouvant s'expliquer par la présence et l'utilisation des rocades, ... à moins que ce soit le vélo ou la marche à pied.
Lorsque l'on attend signalait le spécialiste Bruno Cordier, le temps d'attente perçu n'a rien à voir avec le temps réel, il y a souvent un facteur multiplicateur.
Enfin la semaine dernière j'étais à Orléans dans le cadre d'une réunion sur l'EP Loire, et pour sortir de la ville avec les travaux en centre ville d'Orléans et la circulation, c'était plus près de 3/4 d'heures que de 15 minutes.
Mais c'est pour la bonne cause : une nouvelle ligne de tramways.
Je lisais dans le Berry Républicain du jour une interview de M Jacques Caron qui a écrit un livre "Quartiers brisés, habitants spoliés" dans lequel cet auteur dit "... ce qui me désole, c'est que certains bâtiments auraient pu être rénovés". Ce monsieur connaît mal le sujet en particulier sur Bourges, en effet, certaines rénovations du passés se sont avérés tout à fait inadaptées. Les barres d'A. de Musset avaient été rénovées, et personne ne voulait plus y aller. Alors elles ont été détruites et à la place des maisons individuelles HLM ont été construite pour la grande joie des nouveaux habitants.
Et puis il y a eu un choix de rénovation pour certains types de logements, la somme est de 3000, ce n'est pas rien !
Pourquoi tant de contre vérité ? Je ne sais pas mais il y a toujoirs eu des idéologues chargés de jeter de l'huile sur le feu.
2 juin 2010 penser à tous
 
J'écoutais la semaine dernière l'hommage de la France vers la jeune policière municipale qui avait été assassinée par des malfrats, et cette jeune femme de 26 ans mère d'un petit enfant a ainsi perdu la vie dans l'exercice de son métier.
Et je me suis dit qu'un jour, les assassins seraient attrapés et jugés, et condamnés à quelques années de prison. Et je me suis dit aussi que lorsque de bons esprits manifestent pour que les prisons soient plus humaines, que les détenus soient mieux logés qu'ils aient des aides psychologiques ... que sais-je encore ? Et c'est un peu vrai, une prison doit être digne, mais celui qui est ainsi défendu par ces belles âmes, c'est l'assassin de la jeune policière. Et dans ces manifestations, nul ne parle plus des victimes. Les victimes ce sont alors les détenus, sans faire aucune distinction entre le petit casseur et l'assassin. l
Je voudrais que lorsque "les manifestants professionnels" vont secouer les grilles de la préfecture ou placer leurs pancartes devant le palais de justice de Bourges aient aussi une pensée pour cette jeune femme assassinée. merci pour elle.
 
 

26 mai 2010 Le débat sur les retraites
et deux ou trois réflexions:
- La première c'est qu'il faut trouver de l'argent, et une fois qu'il aura été pris "chez les riches", il faudra bien trouver des moins riches ( ou des plus pauvres pour payer).
- La seconde c'est cette sorte d'hypocrisie qui consiste à Bourges pour prendre un exemple local, à mettre la retraite actuelle par exemple à 60 ans et à faire partir dans un système de "pré-retraite" les employés de l'ex GIAT à 52 ans et ceux de l'ex Aérospatiale à 55 ans ! Cela se déroule depuis 25 ans, même si cette pratique a tendance à diminuer où à se faire plus discrète.
- Et puis il n'est tout de même pas normal que le pouvoir des retraités, soit, assez souvent et en tout cas à Bourges supérieur à celui des actifs. Gagner plus ou presque, en étant en retraite que ce que gagnent ses enfants en activité est quelque peu choquant. C'est ce qui explique que des retraités de Bourges "se paient des voyages de 3 ou 5 jours à New York en Airbus A 380, et leurs enfants vont faire du camping à Saint Jean de Monts". Ce n'est qu'une image mais il faut y réfléchir.
- Aussi faire payer les retraités aisés n'est en aucun cas choquant, même si certains pensent qu'ils ont payé des cotisations toute leur vie et qu'aujourd'hui ils en profitent. Pourtant cela ne pourra se faire que dans la mesure ou certains symboles tomberont comme certains articles du célèbre "bouclier fiscal" ou encore les primes des footballeurs qui pourraient toucher 300 000 euros s'ils gagent des matchs en Afrique du Sud !
Il faut avoir le courage de gommer certaines anomalies, et si cela ne sert à rien sur le plan des finances publiques, c'est indispensable au nom de l'équité.

19 mai 2010 : Football et basket
Nous sommes à la mi-mai, et c'est parti, pendant 2 mois, ce sera le foot, le foot, le foot, personne ne pourra y échapper. Journaux, radio, et surtout télé, il n'y en aura que pour la cheville de machin, le but de truc, et les petites phrases de Raymond.
Le football correspond bien à notre manière de vivre actuelle.. C''est un spectacle qui fait vibrer les foules. C'est aussi une sorte de pseudo-école qui permet à celui qui a quelque talent avec ses pieds plus que dans sa tête de devenir une "star", un personnage sorti de l'ombre qui va gagner beaucoup d'argent et à qui l'on "offrira une pute lors de son anniversaire".
Gagner ainsi 10 à 100 fois ce que gagne un chercheur au CNRS ou un chirurgien de l'hôpital Jacques Coeur, c'est le signe d'une société décadente et ce mirage se paiera un jour, même si il y a plus de 10 millions de téléspectateurs devant un match de l'équipe de France. Et chacun contribue d'une manière inconsciente à ce phénomène.
Jeunes et moins jeunes d'aujourd'hui connaissent les noms des 24 joueurs de la "liste à Raymond", mais le savant qui a découvert le transistor, celui qui a trouvé le principe du WEB ou encore la carte à puce, ce sont des inconnus.
Ce dimanche à Bercy, ils étaient des dizaines de Berrichons venus soutenir une équipe de basket ( la télé n'en parle que très rarement) et qui plus est, de basket féminin, (et là personne n'en parle). Pourtant les médias locaux jouent bien le jeu et le BR a fait la première page de la victoire de l'équipe de Bourges, et bien cela reste modeste mais c'est sain. C'est du sport de haut niveau qui reste à une échelle humaine et qui reste dans des financements acceptables par une cité moyenne.
Conservons notre basket, améliorons ce qui peut l'être, et soyons fiers.
 
12 Mai 2010 : le déficit dela France
En cette période de crise européenne, dans laquelle je n'ai pas tout compris, j'ai reçu comme d'autres la déclaration d'impôts pour les revenus de 2009, et sur une page, le ministre d'alors Eric Woerth a fait des schémas montrant ce que sont les recettes du pays et ce que sont les recettes.
Les chiffres sont éloquents :
    recette = 420 milliards d'euros
    dépenses = 270 milliards d'euros.
Donc pour équilibrer l'année, il faut 150 milliards d'euros qui est le déficit.
Alors tout ménage dans une telle situation serait à l'agonie et commencerait à diminuer ses dépenses.
Je ne dépense que ce que je reçois, c'était la maxime de nos parenst et grands parents.
Bien sûr, il faut faire payer les "riches" c'est comme les 200 familles d'avant guerre, mais les sommes sont toujours très fortes mais totalement insuffisantes par rapport au déficit, mais c'est indispensable sur le plan de l'affichage et d'un minimum de justice. Par contre, pour trouver de l'argent, c'est sur les classes moyennes qu'il faut "jouer" et là c'est le drame car ces gens sont " dans des revenus moyens" sans excès, mais ils sont très très nombreux. Par contre, ils sont capable d'aller massivemeznt manifester et donc de faire reculer le gouvernement quelqu'il soit.
5 mai 2010 : Avaricum revu
Dans le cadre du projet Avaricum, Irène Félix a fait de l'Histoire à la manière de l'Encyclopédie de Bourges (merci pour la contribution) et il faut se poser plusieurs questions :
- sur le projet commercial il n'y a pas de changement notoire, la surface commerciale vers 10 000 mètres carrés et les 350 places de parking (450 peut être ?) sont conformes à la revalorisation du centre ville, surtout si les enseignes sont attractives... et au rendez-vous.
- Sur les logements et la résidence hôtelière, 20, 30 ou 40 logements sociaux en centre ville, c'est bien quelque soit le chiffre, car le nombre de logements sociaux dans le Centre de Bourges est tel que le contrat est rempli. Les locataires à faible revenu peuvent désormais (Bouillet, Beauvoir, Hôtel Dieu ... etc ) s'ils le veulent habiter en centre ville et ne plus être cantonnés dans le Bourges nord comme ce fut le cas dans les années 1980.
- Quant au parking de 1000 places, prévu depuis l'an 2000, il s'agissait de donner au centre ville d'une manière presque indépendante du centre commercial 500 à 600 places supplémentaires en centre ville afin d'ajouter cela à Séraucourt, Hôtel Dieu et Anatole France et Cujas. Et ce manque pourrait devenir dramatique pour le Bourges de 2030!
Une certaine archéologie peut-elle faire mourir à petit feu uhe ville, c'est semble-t-il aujourd'hui possible, à moins que les Berruyers se convertissent au vélo ou à la marche à pied. Aujourd'hui ils n'en sont pas là, c'est dommage mais c'est la réalité.
 
28 avril 2010 : Le principe de précaution
Comment gérer le principe de précaution ? Et éviter les errements et contradictions que l'on a depuis quelques mois.
Car on a tendance à mélanger le principe de prévention, qui consiste à prendre des décisions en fonction d'un événement connu, et déjà vu, et puis le principe de précaution lorsque ce qui se passe ne s'est jamais produit.
Dans le cas de la grippe H1N1, il y a eu un peu de précipitation, mais les politiques écoutent les "experts" et il fallait mieux acheter des vaccins que l'inverse.
Sur le nuage et les avions, c'est vrai que si un avion, comme le Rio - Paris était tombé, qu'aurait-on dit. La seule chose choquante, c'est que l'on soit incapable d'aller en quelques heures mesurer le taux de particules et le type de particule à 6000 mètres d'altitude. Surtout lorsque l'on sait qu'à Bourges par exemple, les particules et d'autres molécules sont mesurées 24h/24 et diffusé en temps réel par Lig'Air.
Mais il est exact que le principe de précaution commence à poser des problèmes, et c'est la prudence extrême des experts, et celle encore plus prudente des politiques. C'est ainsi sur des plus locaux et plus futiles, il n'est plus possible de visiter la fontaine monumentale du Conseil général, qu'il n'est plus possible d'aller visiter les caves et galeries souterraines du palais Jacques Coeur. Et ceci au nom du principe de précaution.
Et pourtant, il est plus dangereux de se balader rue Moyenne ou rue Mirebeau un jour de grand vent, avec le risque de recevoir une tuile ou un cheminée sur la tête !
Le principe de précaution qui interdit en France (et pas ailleurs) de faire des essais scientifique avec l'INRA sur les OGM, avec des faucheurs irresponsables est un non sens.
Avec le principe de précaution,n le train n'aurait jamais fait carrière, selon un expert, François Arago .
C'est l'application de ce principe qui doit être revu.
 

21 avril : Le Printemps de Bourges
Je suis surpris par la demande de Yann Galut sur le Printemps de Bourges qui déclare :
"Mais même pendant le Printemps, je m'interroge sur la volonté de la Mairie de cantonner, celui-ci, dans un seul secteur de la ville et d'oublier de le faire vivre partout.
Il n'y a aucune mobilisation citoyenne et associative pour préparer cet événement et le faire vivre pendant toute l'année."
Mais il faut comprendre que vouloir disperser le Printemps est un non sens, au contraire, les Berruyers aiment se retrouver sur leur Printemps, dans un espace donné et ne pas courir dans tous les coins de la ville. C'est ce qui fait la qualité du festival.
Vouloir faire un spectacle à l'Aéroport, un autre aux Gibjons et le troisième au Val d'Auron, c'est la tournée des kermesses. Vraiment, monsieur Galut reprendre ces critiques sur le Printemps n'est pas de votre niveau, vous méritez mieux !
Cessez d'écouter les quelques gauchistes ou autres bobos de Bourges qui n'ont jamais aimé le Printemps et leur parole reste vide. Songez que Le Printemps de Bourges créé par Daniel Colling et Alain Meilland, et toujours dirigé par le premier est l'événement premier de la ville sur toute l'année et cela depuis 1977 !
Quant à le faire vivre toute l'année, rappelez-vous du Centre de la Chanson ou encore du réseau Printemps implanté quelques années sous le mairat de Jacques Rimbault et qui a capoté.
Le Printemps, c'est bien ce que nous avons de plus populaire au sens noble et de plus fort en terme de fierté.
14 avril : le temps des rumeurs
 
Le temps des rumeurs, c'est ce qui se passe depuis un bon mois en France à propos du Président de la République et de son épouse. Il faut dire qu'à jouer avec les médias en permanence, cela finit parfois mal. Mais la rumeur, celle qui a tuée Roger Salengros ou qui a ébranlé Georges Pompidou est une horreur des temps modernes, avec l'éternel "il n'y a pas de fumée sans feu".
Et aujourd'hui, cette rumeur nationale est venue simplement d'un petit c.. irresponsable qui a écrit sur Internet un billet repris par d'autres médias de ce type et c'est parti !
Internet, auquel je crois beaucoup, comme souvent a des failles et aujourd'hui rien n'empêche un jeune homme possédant un ordinateur d'écrire sur un site ou un blog les pires horreurs, sans aucun pouvoir de le neutraliser, les actions en justice sont rarissimes et souvent ce qui a été écrit une fois reste sur les moteurs de recherche même si c'est faux, mensonger et ordurier.
A Bourges les rumeurs ne sont pas courantes, mais elles existent, depuis 10 ans, j'en ai dénombré 3 importantes, pour lesquelles, il n'y a rien eu à faire. Comme le disait le préfet Tomasini, une rumeur, vous n'y pouvez rien, même si elle n'est pas relayée par la presse locale. le bouche à oreille fonctionne et la rumeur, comme un mauvais film se déroule, s'amplifie parfois, s'assoupit, mais ne s'éteint jamais.
C'est la nature humaine, mais ce qui est grave aujourd'hui, c'est la facilité d'utilisation de Internet pour dire ou propager n'importe quel bobard.
7 avril : Le film LA RAFLE
 
Je suis allé voir le film La Rafle, et c'est vrai que le film est excellent. Je me méfie toujours lorsque la pub précède un film et généralement j'attends un peu, car il y a souvent des critiques injustifiées.
Cette fois avec La Rafle, c'est un film très fort, et nombre de personnes sortent avec des larmes aux yeux.
Bien sûr, un connaissait la rafle du Vel d'Hiv, mais c'était dans l'ensemble de la guerre et de la lutte de Hitler contre les Juifs, comme il l'avait écrit dans son "Mein Kampf". Mais là, la réalisation est terrible, et on est dans le Vel dIV, on est à Beaune la Rolande, on est dans ce Paris de 1942.
Cela m'inspire deux réflexions, la première c'est sur les juifs en général et Israël en particulier, ce peuple après avoir vécu cela ne se laissera pas mourir une seconde fois, que ce soit par l'Iran ou tout autre pays. Ce film permet de mieux les comprendre tout en ayant une réflexion sur le peuple palestinien.
La second réflexion est plus française, c'est sur les expulsions et la nécessité d'une part de ne pas encourager l'arrivée massive d'étrangers en France, et de lutter contre les "passeurs", escrocs des temps modernes, donc d'aider les pays d'où ils viennent et en particulier aide rl'Afrique, sur place. Quant aux étrangers en France, et c'est sans doute un peu contradictoire, mais celui qui est dans notre pays depuis plusieurs années, qui a une famille et des enfants, il faut accepter qu'il reste en France. Le former sur ses droits et devoirs, et en faire un français qui aimera notre pays, avec ses valeurs et parfois ses insuffisances. Le respect des autres, des hommes et des biens, c'est un besoin impératif.
31 mars : BOURGES DE A à Z
 
Je suis très heureux de l'accueil fait à mon dernier livre intitullé "Bourges de A à Z" aux Ed Alan Sutton. Il est très demandé dans les librairies de la ville, à la FNAC et à Cultura, sans oublier l'Office de Tourisme.
Un ouvrage qui n'a pas fait l'objet d'une médiatisation excessive, c'est le moins que l'on puisse dire, mais il fonctionne bien, et c'est l'essentiel.
Ceci pour dire qu'après le succès des ouvrages de notre petite association PABB sur l'aéronautique à Bourges et dans le Cher, dont le dernier tirage "Un siècle de l'Histoire Aéronautique à Bourges et dans le Cher, 1900 - 2000", a été épuisé en 3 mois !
Nous travaillons aujourd'hui sur Marcel Haegelen, "un authentique héros de l'aviation".
Enfin, aux éditions CPE, je devrait "sortir" un ouvrage sur "Les Marais de Bourges", puis en fin d'année, sur "Les rues de Bourges".
En ces temps d'élection, de crise, de langueur monotone ... c'est ma modeste contribution à l'Histoire de notre ville de Bourges.
24 mars :
21 mars et premier jour du Printemps et jour de second tour des élections régionales.
 
Ce ne sont ni les Présidentielles, ni les municipales et pourtant les chiffres ne laissent pas indifférents pour qui s'intéresse à Bourges.
Sur le plan global de la politique de la droite républicaine, c'est une défaite cuisante, on peut manier les chiffres comme l'on veut, on peut mettre en avant l'abstention, c'est une claque dont chacun doit tenir compte.
Pour la région Centre, le PS avec ses alliés rouges et verts ont conservé et amplifié le nombre de leurs élus, il y aura peu de changement, d'autant que la population locale, hormis les lycées (plutôt bien gérés) ne connaît pas les prérogatives de la région.
Un mot sur l'abstention, très très forte, cela signifie que la politique en générale et les régionales en particulier ne font pas sortir les Berruyers de chez eux pour aller voter. "De toute façon, ça ne sert à rien", car ils sentent de manière confuse qu'une partie de leur vie quotidienne ne dépend pas des hommes politiques.
Il faut se poser des questions sur Bourges. 34%, c'est pas beaucoup si l'on songe qu'aux dernières municipales, c'était 50%.
Ce ne sont pas les mêmes élections et les mêmes enjeux, mais il faut y regarder de près, les travaux considérables dans la ville, même s'ils gênent de manière passagère c'est un gage pour l'avenir, les 320 millions d'euros du Renouvellement Urbain, qui en a conscience, et une réalisation comme la chaufferie urbaine au bois à plus de 80%, ça ne fait réagir personne.
Alors ces résultats ne seraient-ils pas le résultat d'un exécutif que nul ne comprend, des décisions souvent prises dans le même sens, vers les "nantis", un comportement du Président peu en adéquation avec la solennité de la fonction, un gouvernement aux ordres, et le sentiments de ne pas tout comprendre, et que la crise peut avoir bon dos.
Que ce soit la France, ou la ville de Bourges que de difficultés pour gérer pour l'ensemble de la population sans laisser de côté des personnes qui n'en peuvent plus, et puis les comportements individualistes, le manque de solidarité, et une opinion avide de petites phrases, de petites critiques, et le résultat est là.
Comment réagir ? ce sera pour la semaine prochaine.

17 mars Jean Ferrat est mort
 
Samedi, un flash radio m'apprend la mort de Jean Ferrat. Je fus triste car il s'agissait d'un chanteur que j'écoutais depuis 1961.
J'avais assisté en 1961 (ou 62) à une fête de la CGT dans ma ville natale et là, un chanteur était venu interprété "Deux enfants au soleil", depuis je l'ai suivi, cela fait plus de 50 ans.
Lorsque j'achèterais un électrophone,e avec mon premier argent gagné en usine lors d'un stage, j'achetais aussi 3 disques, des 33 tours, il y avait la 9° Symphonie de Beethoven, ... un autre dont je ne me souviens plus et un disque de Jean Ferrat.
Plus tard, en 1965, je verrais Jean Ferrat en spectacle à Bobino, il y chantait "Potemkine" et "c'est beau la vie" puis à Bourges à la MC début des années 1970.
Bien entendu, je possédais tous ses disques en vinyle et aujourd'hui en CD, et je les écoute de manière régulière, avec Brel et Brassens.
Récemment mes "camarades" de promotion des Arts et Métiers me charriaient, en se souvenant qu'à Cluny, lors de mes études d'Ingénieur, je portais une chemise rouge, un gros foulard de laine et j'écoutais Jean Ferrat !
Ses airs m'ont accompagné pendant 50 ans et si j'ai beaucoup aimé le Ferrat Poète, celui qui chante Aragon et "Que serais-je sans toi", une chanson que j'écoutais encore ce samedi vers midi, alors qu'il rendait son dernier souffle, ce que je ne savais pas.
Le Ferrat engagé était attachant, avec "ma France", "Camarade" et surtout "Nuit et brouillard", même si certaines paroles sur Cuba dans un album réalisé à son retour du pays de Castro me laissaient circonspect, Ferrat, parfois, comme nous, s'est aussi trompé.
Mais il est resté fidèle à ses convictions, même s'il a pris du recul avec l'URSS et le stalinisme. Il rêvait d'un monde meilleur et plus éclairé, en étant de son temps.Généreux et idéaliste, c'était un utopiste comme il en faut, bref, un poète, et un vrai.
10 mars 2010 : Marais, Sarkozy et lycée Mermoz.
 
Sur la palissade des Marais, le Berry Républicain s'était étonné du peu de pouvoir de l'adjoint à l'écologie et citant mon non, un élu avec peu de pouvoir.
Sans tapage, avec diplomatie, j'ai obtenu le démontage le week end dernier de ladite palissade, mais je ne suis pas plus fier pour autant car ce riverain sympa et très à l'écoute que j'ai rencontré à plusieurs reprises a été écoeuré par les procédés utilisés par plusieurs maraîchers, et il en a été malade... et il abandonne le marais dont il n'était que locataire. Comme quoi médiatiser sans écouter toutes les parties en cause, même au niveau local peut faire des dégâts.

J'ai écouté la semaine dernière des responsables socialistes se déchaîner sur M Sarkozy qui "n'est pas venu le premier ou second jour au Salon de l'Agriculture", ils n'ont jamais regardé le passé de leur parti au pouvoir .... M Mitterrand n'est jamais allé au Salon de l'agriculture pendant ses 14 années de présidence (il y était en 1981 ... comme candidat).
"Il faut rendre constructible les zones inondables", c'est ce qu'a dit M. Sarlozy en 2009 à la cité de l'Architecture et cette phrase est repassée en boucle sur le Net, afin de montrer l'inconséquence du Président.
C'est bien là le danger du Net, car le reste de la phrase a été occulté, M Sarkozy ajoutait en effet,
"mais par des bâtiments adaptés à l'environnement et au risque."
Et oui, mais dans le Net, cette dernière phrase n'apparaissait pas, faisant du Président un être irresponsable.

Sur le lycée Mermoz à Bourges, et la possible suppression d'une option productique et machines à commandes numériques, il faut remettre les pendules à l'heure, en particulier, si aucun étudiant ne veut aller dans ce type de filière technique, il n'est pas possible de maintenir cette formation compte tenu du coût. Et les étudiants (et surtout les parents ont tord), c'est une filière qui a encore de l'avenir, mais ce n'est pas un travail de bureau, ce n'est pas un métier d'avocat ou de gestionnaire, ce n'est pas de l'informatique pure, non, c'est un vrai travail, avec de l'huile et des copeaux, et le premier travail de tous ces gens c'est de valoriser ce type de métier technique.
 

28 février : Marais et Humanisme
 
Vous avez peut être lu dans un journal local de la semaine dernière qu'une clôture en tôle de couleur beige avait été placée dans les marais et je cite l'article :
"... Quant on, sait que le site est classé et que les marais sont placés sous la haute vigilance du maire adjoint Roland Narboux, on peut s'interroger sur le poids de Roland Narboux pour faire appliquer les règlements..."
Et on peut aussi s'interroger sur le journal qui ne demande pas à l'élu ou à l'Architecte des bâtiments de France, tous deux mis en cause à plusieurs reprises, ce qui s'est passé et surtout ce qu'ils comptent faire.
Et bien c'est ce que je vais faire en quelques lignes :
Sachez que ce site des marais classé est placé sous l'autorité de l'ABF, Architecte des Bâtiments de France au même titre qu'un monument historique, comme la cathédrale.
Ensuite, ayant découvert cette clôture particulièrement choquante par rapport au site et au classement, il fallait savoir, élu et ABF, s'il s'agissait d'une provocation comme cela arrive dans les marais, ou d'une très malheureuse erreur d'appréciation, qu'il fallait tenter de règler.
Je dois avouer, et c'est ce qui m'est reproché, qu'en cette saison je ne suis pas matin, midi et soir dans les marais. Et la clôture a été installée.assez rapidement semble-t-il.
La personne qui a mis cette clôture est le locataire de ladte parcelle, propriété d'une vieille dame octogénaire. Le locataire a reconnu son erreur mais il avait été volé sur son marais et il voulait se protéger, et tout comme son voisin situé à 30 mètres, il a mis une clôture en tôle, sauf que ce voisin avait peint la tôle en vert et depuis le lierre avait poussé.
La suite, ce fut d'essayer de traiter ce problème de clôture avec une certaine humanité en demandant au contrevenant de la remplacer sous un mois avec du grillage, ce qu'il a accepté et signé devant l'ABF. (Une action plus musclée devant les tribunaux aurait sans doute duré plusieurs mois ou années !).
Enfin les riverains voisins et les responsables d'association plutôt que de vociférer après les faits, auraient pu lui parler avant de convoquer la presse et envoyer des photos à celle-ci , d'autant plus que le contrevenant a fait réaliser cette clôture en toute bonne foi, ne se rendant pas compte des conséquences de cet acte et il est aujourd'hui désolé de l'ampleur prise par cette affaire qui le dépasse.
Depuis d'ailleurs, des tags sont apparus sur les tôles en cause montrant l'échauffement des esprits et des excès répondant à d'autres excès.
Voilà ce que je voulais vous dire, et soyez certains que je vais suivre, bien entendu, le remplacement de cette clôture.
Je tenais à ce que chacun en soit informé...

24 février 2010 : Quant un journal local met en cause un élu de la ville sans l'entendre.
 
Ayant été mis en cause dans une rubrique non signée, d'une manière particulièrement déplacée à propos d'une cloture dans les Marais de Bourges, je me permets de répondre d'une part qu'il s'agit de la responsabilité de l'Etat, mais que je suis totalement solidaire de l'Architecte des bâtiments de France sur cette question. Les mots écrits comme "haute vigilance" de l'élu et sur "le poids de Roland Narboux pour faire appliquer les règlements", sont blessants et inutiles.
Car pendant que certains vociféraient, sur cette clôture, l'ABF avec l'élu de la ville a obtenu que cette clôture soit modifiée sous un mois, ce que la personne a accepté. Elle a reconnu n'avoir pas demandé d'autorisation , mais ceci s'est fait à la suite de vols et il remplacera les tôles par du grillage.Et si les voisins de cette personne lui avaient parlé lorsqu'ils ont vu construire cette clôture "en catimini", comme le dit le journal, nous n'en serions pas arrivé à ces extrémités. Jeter de l'huile sur le feu n'est pas dans ma conception de la vie publique.
L'efficacité ce n'est pas toujours celui qui crie le plus fort.

17 février 2010
 
Lorsque le Berruyer passe boulevard Gambetta, il faut reconnaître que le 50 kilomètres/heure n'est pas facile à respecter, avec le radar, désormais, chacun se fait violence, sachant que les vitesses sur des axes des grands boulevards étaient très excessives.
Les chiffres sont tétus et lorsque certains affirment que ces radras ce sont des "pompes à fric" pour le gouvernement et que c'est toujours "k'automobiliste qui trinque", deux chiifres à mettre en relation, les amendes et PV par les radars rapportent 400 millions par an, alors que l'insécurité (blésses, décès ..) pour une année coûte à la collectivité française 22 à 24 milliards d'Euros.
Alors sur autoroute, 130 est hien suffisant et sur nos routes berrichonnes particulièrement dangereuses, le 90 Km/h est une bonne vitesse pour se sentir en sécurité. En ville de Bourges le 50 Km:H est sans doute un peu idiot sur certains axes, mais il faut bien mettre des limites.
Et puis sur Bourges - Paris, de il y a 200 kilomètres, à 130 Km:H il faut 92 minutes et à 140 Km/h, il faut 86 minutes, un gain de 6 minutes ... Le jeu en vaut-il la chandelle d'autant qu'à partir de Saint Arnould en direction d ela porte de Chatillon, par exemple, il faut pour 50 kilomètres selon l'heure, mettre entre 1 heures et 3 heures..... et là, aucune "chance" de dépasser la vitesse autorisée, c'est le temps des "bouchons".
Le français en général et
 

3 février 2010 : les ondes électromagnétiques.
 
J'ai reçu plusieurs courriers sur les ondes et la maladie d'Alzheimer, mais je ne suis pas naïf et les ondes, comme les Rayons X peuvent être la meilleure et la pire des choses. Ce qui m'avait étonné c'est que pour la première fois une étude avait démontré (sur des souris) que ces ondes sous certaines conditions pouvaient être bénéfiques. Mais comme ingénieur ayant oeuvré sur des radars embarqués, je sais aussi qu'il faut être très méfiant avec des ondes. Aussi je remets un extrait d'un article de Philippe Bensac que je trouve intéressant : Les ondes des portables contre la maladie d’alzheimer.
"A intervalle régulier, paraissent des publications sur les supposés dangers des ondes générées par les téléphones portables. Sont-elles vraiment inoffensives ? Provoqueront-elles, à long terme, un véritable désastre sanitaires ? Les avis sont partagés et, remarquent des scientifiques américains, malgré de nombreuses études, il n’y a pas de preuve tangible que l’exposition aux ondes éléctromagnétiques à haute fréquence soient néfastes pour la santé”.
Le Journal of alzheimer’s disease publie, mercredi 6 décembre, une étude qui pourrait réhabiliter ces fameuses ondes. Selon l’équipe de Gary Arendash, professeur de neurologie à l’Université de Floride, les ondes électromagnétiques émises par les téléphones portables provoquent des “bénéfices cognitifs” chez les souris atteintes de la maladie d’alzheimer. Mieux, ces mêmes ondes permettraient de prévenir la maladie chez les souris saines qui l’auraient présentée. Les ondes auraient donc à la fois un effet neuroprotecteur et un effet neurostimulant. Pourtant, les chercheurs sont partis de l’hypothèse d’un effet négatif des ondes sur les souris.......
...... Les chercheurs expliquent que les ondes ont induit une légère élévation de température dans le cerveau des cobayes. Ce qui engendrerait la régression des plaques amyloïdes. Faut-il, alors, vivre collé à son téléphone pour prévenir la maladie ? “Pas encore”, conseille ce même neurologue.
“Je me garderai de tout effet d’annonce sur ces recherches. Il faudrait confirmer les résultats en renouvelant les expériences, y compris chez des humains utilisateurs et non-utilisateurs de téléphones portables.”
Le professeur Arendash estime que les effets des ondes électromagnétiques sur les patients atteints de la maladie d’alzheimer “valent vraiment la peine d’être étudiées chez l’homme”. Chuanhai Cao, un des co-auteurs de l’étude explique : “Si on peut déterminer la bonne fréquence électromagnétique pour empêcher efficacement l’accumulation d’amyloïde dans le cerveau, cette technologie pourrait rapidement s’appliquer au traitement d’Alzheimer chez l’homme.”

27 janvier 2010 : l'information manque de continuité.
La hiérarchisation des préoccupations des Berruyers n'est jamais très simple, pour les uns, c'est le football ou les filles du basket, pour d'autres, ce sont les lenteurs des travaux de la rue Alexandre Dumas, et pour certains,, c'est la fermeture de tel magasin du centre-ville , ou encore l'arrivée des "militaires" à Bourges.
Comment assurer la continuité de l'information et je vais prendre quelques exemples sur les médias nationaux, télé et radio.
Quelques exemples :
- Ingrid Bettencourt , alors qu'elle était captive, il y avait plusieurs centaines d'autres otages dans plusieurs coins de cette jungle. On en parlait beaucoup. Libérée, et c'est heureux, mais depuis, qui évoque encore les autres otages ? Sont-ils libérés, sont-ils encore otages ? nul n'en parle plus.
- Gaza, et cette bande de terrain qui rassemble des palestiniens à la recherche de leur nation. Pendant des semaines, on nous a parlé matin midi et soir de cette tragédie comprenant des bombardements sur Israël de factions palestiniennes extrémistes, puis des raids de Tsahal et même des occupations. Aujourd'hui qui en parle encore ? personne ou presque.
- Le Tibet, ce fut le "buzz" médiatique juste avant les JO. Des bonzes qui défilaient face à des Chinois et des Français qui défilaient à Paris pour manifester.Au fait, que se passe-t-il au Tibet aujourd'hui ? On ne sait pas trop.
- On va donc parler de Haïti pendant encore 10 à 12 jours, et ce sera terminé.
Alors, l'information est de plus en plus fugace et joue sur l'émotion et l'image.
Même si un journal local brocarde Bourges-Info.com sur un court article concernant le "bienfait" des antennes, il devrait s'informer, car pour la première fois, des scientifiques ont démontré que certaines ondes électromagnétiques.pouvaient être bénéfiques pour une maladie. C'est la première fois que les ondes font l'objet d'une publication positive et c'est ce qui est à noter. J'y reviendrais la semaine prochaine.

18 janvier : Bourges et l'armement

J'ai beaucoup travaillé sur un livre édité par PABB, sur l'histoire de l'Aéronautique à Bourges et dans le Cher depuis un siècle, et que ce soit à Avord, à Bourges ou dans les Ets militaires ou Michelin, c'est l'armement qui a permis le développement de ces entreprises depuis 1870, 1912, 1928 ou 1953, selon les cas, mais c'est cet armement qui "nous a sauvé".
Et chaque fois que des élus ou les circonstances ont cherché à transformé ces industries "de guerre" par des production pour la paix, ce fut l'échec. Et aujourd'hui, alors que la crise est là, que l'industrie se fait en Chine ou ailleurs et que l'armement des nations n'est pas toujours d'actualité, Bourges une fois encore, avec un peu de chance et beaucoup de savoir faire s'en sort, sans manifestation, sans cris et sans trop d'actions concertés des élus nationaux ... et on observe que les entreprises locales, même si elles ont perdu des effectifs, sont restées en place.
Et c'est alors que pour l'ESAM, (ex ESAM devrions nous dire), pour l'ETBS (ex ETBS), pour Avord, c'est un renforcement des effectifs avec des personnels venant d'Angers, Tours ou Satory ou d'autres bases aériennes.
Pourquoi, sans doute par l'Histoire, par le sérieux des Berruyers et berrichons dans ces travaux, par une expérience depuis 150 ans.
Une fois encore, alors que chacun ne jure que par la réalisation de logiciels, que par les services, la ville se retrouve confortée par son industrie d'armement et ce qui va autour.
 
13 janvier 2010 : Hypathie, la science et l'obscurantisme

J'ai vu un film aux CGR de Bourges cette semaine, il s'agit d'Agora (voir l'affiche), c'est un film tout à fait exceptionnel qui n'a pas eu le tapage d'Avatar (excellent au demeurant), mais qui pose le problème de la science, de la religion et de la laïcité.
Je n'ai jamais vu sur ce thème, un film aussi fort. Il met en scène à Alexandrie une femme, astronome et mathématicienne face à la toute nouvelle religion dite alors chrétienne qui est désormais autorisée par Rome.
Et c'est l'affrontement entre la science et le dogme, entre la tolérance et l'intégrisme.
C'est une tranche de l'Histoire ,( en date du 4 ième siècle) qui montre ce que Claude Allègre écrit aussi dans son dernier livre sur" la science au XXI ième" siècle, c'est l'obscurantisme des églises et religions qui ont depuis Galilée tout fait pour freiner les apports de la science, certaines et malheureusement pour nous la religion catholique plus que d'autres.
Alors cette belle histoire d'Hypatie, dans la grande et célèbre bibliothèque d'Alexandrie, lorsque l' évêque de cette cité, qui deviendra Saint Cyrille va tout détruire, montre une femme libre face à des hommes fanatiques.
Cela éloigne de Bourges mais c'est parfois salutaire de plonger dans l'Histoire ancienne, et montrer que le seul salut pour que les hommes et femmes vivent en bonne intelligence, c'est la laïcité. Et dans un temps où c'est l'Islam qui est plutôt montré du doigt, l'histoire de la chrétienté peut aussi faire réfléchir.
Celui qui veut croire en un dieu, en plusieurs ou en aucun doit pouvoir la faire, mais celui qui croit ne doit pas devenir un tyrans par rapport à l'autre quel qu'il soit.
On devrait donner le nom de "Hypatie, philosophe - 370 - 415 - " à une rue de Bourges.19:17 | Ajouter un commentaire | Lien permanent | Ajouter au blog | Actualités et politique8 janvier
L'encyclopédie de Bourges
J'ai passé ces jours de fêtes de fin d'année avec ma famille et mes cinq petits enfants, et c'est bien ce qu'il y a de plus fort, et cela donne aussi quelques pistes pour traduire la lecture des ouvrages sur l'écologie, Copenhague et la planète à l'horizon 2050, ils auront entre 30 et 40 ans, et c'est pour eux que nous devons agir.
J'en ai aussi profité pour écrire quelques articles dans l'Encyclopédie de Bourges qui en est à sa huitième année et en 2009, ce site, très personnel, mais très apprécié de ceux qui veulent en savoir plus sur Bourges, a eu plus de 200 000 visites, avec des pointes journalières à plus de 800 visites, ce qui est considérable pour un site qui ne bénéficie d'aucune aide de personne, d'aucune publicité médiatique, mais qui est à la portée de chacun, quelque soit son niveau d'instruction.
Pour la première fois, de chez soi, gratuitement et très simplement, il est possible de savoir comment a été construite l'église saint Henri, quels furent les noms des maires de Bourges depuis la nuit des temps, ou ceux des archevêques de Bourges.Que signifient les caissons de l'Hôtel Lallemant, ou encore les biographies de Jean Lejuge, ou de Jean Christophe Rufin et ses liens avec Bourges sa ville natale.
Le seul regret, c'est la faiblesse des apports des Berruyers dans des domaines qu'ils pourraient traiter, c'est le sport, assez pauvre, ou encore l'article sur l'université, qui reste à améliorer. Cela fait 40 ans que je me lamente sur la pauvreté des apports des Berruyers pour améliorer la connaissance de leur ville, sur tous les plans, certains sont capables d'écrire des thèses très savantes, et élitistes, mais incapables de les vulgariser pour tous les publics.
Avec près de 500 articles, l'Encyclopédie de Bourges, si largement visitée et bien relayée par Google est à tous, et c'est particulièrement agréable.

6 janvier 2010
 
J'ai passé ces jours de fêtes de fin d'année avec ma famille et mes cinq petits enfants, et c'est bien ce qu'il y a de plus fort, et cela donne aussi quelques pistes pour traduire la lecture des ouvrages sur l'écologie, Copenhague et la planète à l'horizon 2050, ils auront entre 30 et 40 ans, et c'est pour eux que nous devons agir.
J'en ai aussi profité pour écrire quelques articles dans l'Encyclopédie de Bourges qui en est à sa huitième année et en 2009, ce site, très personnel, mais très apprécié de ceux qui veulent en savoir plus sur Bourges, a eu plus de 200 000 visites, avec des pointes journalières à plus de 800 visites, ce qui est considérable pour un site qui ne bénéficie d'aucune aide de personne, d'aucune publicité médiatique, mais qui est à la portée de chacun, quelque soit son niveau d'instruction.
Pour la première fois, de chez soi, gratuitement et très simplement, il est possible de savoir comment a été construite l'église saint Henri, quels furent les noms des maires de Bourges depuis la nuit des temps, ou ceux des archevêques de Bourges.Que signifient les caissons de l'Hôtel Lallemant, ou encore les biographies de Jean Lejuge, ou de Jean Christophe Rufin et ses liens avec Bourges sa ville natale.
Le seul regret, c'est la faiblesse des apports des Berruyers dans des domaines qu'ils pourraient traiter, c'est le sport, assez pauvre, ou encore l'article sur l'université, qui reste à améliorer. Cela fait 40 ans que je me lamente sur la pauvreté des apports des Berruyers pour améliorer la connaissance de leur ville, sur tous les plans, certains sont capables d'écrire des thèses très savantes, et élitistes, mais incapables de les vulgariser pour tous les publics.
Avec près de 500 articles, l'Encyclopédie de Bourges, si largement visitée et bien relayée par Google est à tous, et c'est particulièrement agréable.
 

Tous les sites de Roland NARBOUX sont hébergés par ID WEB

  

  Ecrivez vos remarques, vos demandes de renseignements : roland.narboux@wanadou.fr
  Ajouter un commentaire