Bourges, le blog de Roland NARBOUX


Roland NarbouxSite personnel sur Bourges avec des sujets comme les livres publiés par Roland Narboux, les sites internet, les blogs les conférences et des sujets comme les Alchimistes à Bourges, les souterrains de Bourges, Jacques Coeur et Agnès Sorel... etc

 RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL 

SOMMAIRE DU SITE

BIOGRAPHIE BLOG Roland LES ALCHIMISTES LES SOUTERRAINS JACQUES COEUR YEVRE ET MARAIS
AVERTISSEMENT
Dans cette page, j'ai placé tous les écrits que je place dans le blog, au cours du temps. Ce sont des petits articles, écrits souvent "à chaud", mais c'est une trace d'une certaine forme de pensée.
 
Retrouver
L'Année 2013

 

L'année 2012
 
L'année 2011
 
l'année 2010
 
l'année 2009
 
l'année 2008
 
l'année 2007
PRESENTATION

Roland Narboux est berruyer d'adoption, il a fait toute sa carrière professionnelle à l'Aérospatiale de Bourges (32 ans) .

Il s'occupe dès 1989 d'écriture (La Bouinotte) et donne des conférences à l'Université Populaire. Il a écrit plus de 25 'ouvrages sur Bourges et le Cher les derniers étant consacrés à l'Histoire de Bourges au XXe siècle en trois volumes et aux souterrains de la cité de Jacques Coeur .

AUTEUR DE LIVRE
LES LIVRES DE ROLAND NARBOUX
LES SITES GERES Par Roland Narboux
Site Encyclopédie de Bourges
 
Site des Amis de jacques Coeur
 
Site Bourges-Info.com

Blogs :
Roland Narboux

Les Conférences
de Roland Narboux
Une douzaine de conférence par an, la dernière sur "l'influence d'Agnès Sorel sur la politique de CharlesVII".
Et "Bourges au féminin"

.

ELU DE BOURGES
Maire Adjoint de Bourges depuis 1995 ayant en charge aujourd'hui :
l'écologie
le chauffage urbain

ANNEE 2014 Les écrits du blog de Roland Narboux de Bourges
 
 
22 décembre 2014 : halte à la délation
Je reçois assez régulièrement, de la part d'individus, des E mail qui sont à la fois injurieux et plein de haine à mon égard. C'est vrai qu'il y a toujours eu des personnes qui ne sont que de "pauvres personnes" sans éthique ni morale.
Il est vrai aussi que ce sont toujours les mêmes, je les appelle "des malades", mais ce qu'ils déversent, la haine, ce n'est pas simple à soigner.
Mais hormis pendant une période tragique, il y a un peu plus de 70 ans, les gens qui voulaient discuter signaient leur propos. Et aujourd'hui, ce n'est plus le cas, chacun, avec Internet, et sous couvert d'anonymat peut écrire n'importe quoi, insulter son voisin, son patron ou son boulanger ... et sans qu'il ne lui arrive quoi que ce soit.
Comme ils auraient été heureux sous l'Occupation, ces courageux auteurs de 2014 de mails anonymes à pouvoir écrire les lettres de délations qui étaient reçues à la Kommandantur !
L'espèce humaine n'a pas changé, capable du meilleure et parfois du pire. Alors, un dernier mot, dans les Mails d'insulte, je n'en ouvre qu'un chaque mois, les autres vont directement à la corbeille, c'est à dire où est leur place, la poubelle.
Messieurs les auteurs anonymes, ne vous fatiguez plus...
10 décembre 2014 : Arbres de Séraucourt et Maison de la Culture.
Un conflit comme il y en a rarement a Bourges. On a connu les arbres de Lahitolle ou la polémique fit rage, entre les partisans de la mairie qui voulaient tout couper, les deux rangées et les écologistes qui ne voulaient couper que ceux qui étaient malades et conserver les arbres sains.
Finalement, le maire, avec l'avis et le soutient de l'ABF, Architecte des Bâtiments de France va l'emporter, et tous les arbres seront coupés puis replantés en trois phases.
Aujourd'hui, plus personne n'en parle et plus personne ne remet en cause le choix de Serge Lepeltier et de ses adjoints de l'époque.
Second conflit, plus lointain, la construction de la CCI a la place d'un garage, devant la cathédrale et a l'emplacement actuel de l'espace Victor Hugo. Les amis de la cathédrale vont agir, pour sauvegarder la vue que l'on avait sur le prestigieux édifice.
Et bien, les "Amis" ont gagné et la CCI est parti route d'Issoudun.
A la place, des bâtiments dont la laideur est redoutable ont été implantés.
Aujourd'hui la Maison de la Culture avec une multiplication des difficultés, des arbres a couper, des fouilles archéologique, des financements a trouver et une opposition des écologistes et d'une petite partie du milieu de gauche présent et actif pour s'opposer au maire de droite, donne le tournis.
Il faut remarquer que les présidents du Conseil général et de la Région sont objectivement très favorables au projet, et les grandes réalisations de Bourges ne se font jamais dans l'opposition entre Ville, CG et CR.
Comment s'en sortir ? Les oppositions sont inconciliables, mais les yeux s'ouvrent et si certains écologistes et autres gauchistes poursuivent leur action, ils seront vite très minoritaires. Le sérieux des Buisson, Parnet et autres "Double Coeur" avec les élus de tout bord sensiblement d'accord devrait pouvoir remettre le projet concrètement sur les rails.
Il faut encore expliquer et concerter, mais relativement vite et décider, oui, il faut agir, dans le cadre de la loi, comme cela s'était fait avec les ronds point devant la Maisons de la Culture et Séraucourt. Et bien les arbres qui gênaient ont été coupés contre l'avis de la préfète de l'époque et de quelques écologistes (peu nombreux). Mais le maire l'avait emporté, car il avait décidé, c'était technique. Des arbres ont été replantés et ils sont aujourd'hui magnifiques.
 
 
 
 
 

1 er décembre 2014 : Les Arbres de Séraucourt
 
Arbres de Séraucourt et Maison de la Culture.
Un conflit comme il y en a rarement a Bourges. On a connu les arbres de Lahitolle ou la polémique fit rage, entre les partisans de la mairie qui voulaient tout couper, les deux rangées et les écologistes qui ne voulaient couper que ceux qui étaient malades et conserver les arbres sains.
Finalement, le maire, avec l'avis et le soutient de l'ABF, Architecte des Bâtiments de France va l'emporter, et tous les arbres seront coupés puis replantés en trois phases.
Aujourd'hui, plus personne n'en parle et plus personne ne remet en cause le choix de Serge Lepeltier et de ses adjoints de l'époque.
Second conflit, plus lointain, la construction de la CCI a la place d'un garage, devant la cathédrale et a l'emplacement actuel de l'espace Victor Hugo. Les amis de la cathédrale vont agir, pour sauvegarder la vue que l'on avait sur le prestigieux édifice.
Et bien, les "Amis" ont gagné et la CCI est parti route d'Issoudun.
A la place, des bâtiments dont la laideur est redoutable ont été implantés.
Aujourd'hui la Maison de la Culture avec une multiplication des difficultés, des arbres a couper, des fouilles archéologique, des financements a trouver et une opposition des écologistes et d'une petite partie du milieu de gauche présent et actif pour s'opposer au maire de droite, donne le tournis.
Il faut remarquer que les présidents du Conseil général et de la Région sont objectivement très favorables au projet, et les grandes réalisations de Bourges ne se font jamais dans l'opposition entre Ville, CG et CR.
Comment s'en sortir ? Les oppositions sont inconciliables, mais les yeux s'ouvrent et si certains écologistes et autres gauchistes poursuivent leur action, ils seront vite très minoritaires. Le sérieux des Buisson, Parnet et autres "Double Coeur" avec les élus de tout bord sensiblement d'accord devrait pouvoir remettre le projet concrètement sur les rails.
Il faut encore expliquer et concerter, mais relativement vite et décider, oui, il faut agir, dans le cadre de la loi, comme cela s'était fait avec les ronds point devant la Maisons de la Culture et Séraucourt. Et bien les arbres qui gênaient ont été coupés contre l'avis de la préfète de l'époque et de quelques écologistes (peu nombreux). Mais le maire l'avait emporté, car il avait décidé, c'était technique. Des arbres ont été replantés et ils sont aujourd'hui magnifiques.
Et puis :
" Merci monsieur Saulnier pour votre prise de position courageuse ! Enfin vous préconisez une étude par le ministère de la culture. Ça va tout résoudre, puisque ce type d'études, ça doit bien mettre deux ou trois ans a sortir ! Si on me demande un jour à moi, madame Michu, qui fut le fossoyeur de la Maison de la Culture, j'aurai un nom a donner."

20 novembre 2014 : La recherche est notre salut
 
Sur le mois d'octobre je ne dirais pas grand chose, une certaine déception car je suis persuadé, pour avoir travaillé pendant 13 ans avec Véronique Fenoll, et même si sur certains points nous n'étions pas toujours d'accord, qu'il était possible de s'entendre.
Ce qui s'est passé est bien dommage.
Puisse la sagesse revenir chez tous les protagonistes, la ville de Bourges n'a pas mérité cette pantalonade.
Aussi Je vais traiter d'un autre problème, après avoir appris que le prix Nobel d'économie,avait été attribué a un français totalement inconnu de 99% de la population Jean Tirole.
Cela veut dire aussi que nos sources d'information sont désastreuses.
Nabilla ou Steevy plus connus que Jean Tirole ou même que Patrick Modiano autre prix Nobel de l'année.
J'avais cru comprendre que notre économie, donc la croissance qui permet de créer des emplois évolue si les entreprises ont des commandes, fabriquent et vendent..
Pour cela il faut trouver des gens qui achètent, et ce qui vient a l'esprit, c'est d'augmenter le pouvoir d'achat. C'est une belle théorie, mais aujourd'hui, elle ne fonctionne plus car la mondialisation est telle que le français moyen acheète des produits fabriqués en Chine ou au Bangladesh, cela ne génère aucun emploi en France. l'essai a été fait en 1984 par le pouvoir socialiste et ce fut un échec.
Il faut chercher un autre modèle, celui d'Airbus est intéressant, il faut concevoir un produit qui a un marché mondial, mais être les premiers dans ce domaine, et pour cela innover et être créatifs.
Ensuite, fabriquer dans notre pays ce qui est de haute valeur technologique, sans hésiter toutefois a sous traiter, même en Chine certains éléments. C'est aussi une nécessité pour avoir des commandes, cela s'appelle la compensation. Je l'ai pratiqué pendant 20 ans.
En résumé, la solution a mon sens, c'est la recherche. Recherche fondamentale et recherche appliquée, et nous en sortirons si nos laboratoires et centres de recherche sont performants, et si l'Etat doit aider, c'est dans ce domaine.
Les emplois actuels dits "aidés", c'est du social, pas de l'économie au sens de l'entreprise. Ce sont nos Ateliers Nationaux du XVIII ieme siècle.

10 octobre 2014 : Tempête sur la ville.
 
Gros temps a Bourges, mais pas celui de météo france, mais de la politique locale.
Pascal Blanc se sépare des 4 adjoints qui n'ont pas voté 3 délibérations au dernier Conseil municipal de septembre 2014.
Du jamais vu a Bourges et une situation pour le moins inconfortable.
Il sanctionne ceux qui ne veulent pas le suivre.
Les forces en présence :Le maire avec une majorité UDI plus quelques UMP ce qui fait 29 élus de sa liste Bourges Passion peut gérer la ville.
La majorité au Conseil municipal est de 25, il a encore 4 voix d'avance.
A gauche, une division PS et PC mais qui peuvent se retrouver, ils ne sont que 11, pour mettre le maire en difficulté.
A droite, les frondeurs ou insurgés de Véronique Fenoll sont 9, très soudés, qui vont mener la vie dure a leurs ex amis.
Le maire dirige avec 29 élus et les oppositions représentent 20 élus.
Il reste théoriquement, une majorité et de vraies marges de manœuvre.
Alors y a t-il un problème ?
Oui, il est politique, car désormais Pascal Blanc dirige avec 24 % des électeurs.
Ensuite, même si il y a quelques UMP avec Pascal Blanc, la grosse machine UPM départementale ne va pas en rester là. Et en face l'UDI ne fait pas le poids.
J'ai connu ce type de situation lors du premier mandat avec Laurent Van Dame débarqué par Serge Lepeltier, mais il était seul, sauf que lors des Conseil municipaux, il prenait la parole sur chaque délibération ou presque pour la critiquer, et c'était une vraie galère.
Mais 6 ans dans cette ambiance, bonjour les dégâts....
Demain sera un autre jour.
Mais pour l'image de Bourges et de la politique en général, ce n'est pas très beau.
Le malaise est sérieux, et même dans " sa " majorité, devant une unanimité de façade, pour la photo, on entends déjà quelques fissures. Pas encore dangereuses mais qui pourraient le devenir.
Comme je suis heureux de ne plus être aujourd'hui dans ce qui, ressemble à un marigot, et de manière volontaire je le rappelle on pourrait penser que je l'avais senti.
8/10/2014
 
Juste une question sur laquelle je reviendrais : connaissez-vous Louis Moinet ? Et comme cet homme est né à Bourges, dans quelle maison a-t-il vu le jour ?
A suivre

30 septembre 2014 : taxe d'habitation et promesses non tenues
 
Impôts, finances, promesses tenues ou non tenues, pensez-vous que les Berruyers suivent ces informations heure par heure ?
Non, la taxe d'habitation qui augmente de 83 euros, on la verra en octobre 2015, d'ici la d'autres taxes et impôts auront augmenté.
Ce qui est important, bien que je ne minimise pas les aspects financiers et l'argent public, C'est ce qui est fait avec cet argent. Il faut expliquer et penser en terme de besoins pour,tous, et non pour telle catégorie de concitoyens.
Sans soupoudrer, il,faut penser autant a la culture qu'au sport, et encore plus,au social ou a l'économique qui débouche sur l'emploi.
J'ai toujours été partisan d'augmenter les impôts en début,de mandat, a condition de ne pas avoir dit le contraire dans la campagne électorale car cela donne des marges de manoeuvre et permet de lancer des programmes ambitieux.
Alors aujourd'hui, il faut parler projets, études et réalisations, sans précipitation et avancer pas a pas. L'imagination et la compétence sont les seules voix possibles.

août 2014 : la rentrée
 
Reprise du blog avec trois niveaux que je vais développer, le monde et les guerres d'aujourd'hui , le national et le gouvernement remanié, enfin, la ville de Bourges et les nouveaux élus.
Une remarque, je reçois des réponses, et remarques et des critiques que je publie lorsque les sont signées. Les pseudos, l'anonymat qui permet de se défouler sur Internet ne sont pas les bienvenus.
Le monde et une seule remarque sur la guerre en Syrie ou en Irak. J'ai toujours pensé que lorsqu'une situation politique dans un pays est insupportable pour notre mentalité d'occidentaux, vis a vis de pays qui ont une autre culture et une autre religion, il faut rester prudent et pense que le pire peut encore arriver.
C'est ce qui se passe en Syrie et en Irak.
Et il y a quelques mois, il était question de livrer des armes aux "rebelles" sans trop savoir qui ils étaient, sinon qu'ils voulaient chasser Bachar el Hassad ... Lequel les bombardait avec des armes chimiques.
Mais ces rebelles que l'on voulaient aider étaient les mêmes que ceux que l'armée française combattait au Tchad !
Aujourd'hui, chacun se rend compte que ces rebelles sont des islamiques, qui veulent instituer un pouvoir a eux.
Et en Irak, on va aider et armer des troupes pour faire face a ces islamiques qui l'on voulait armer il.y a six mois !
Second point sur le national, et le gouvernement qui ne se sort pas de ses contradictions. Une popularité en dessous de tout, et c'est le résultat des promesses faites, souvent démagogiques et intenables. Les français n'avaient donc pas encore compris ce qu'est une élection au suffrage universel. Le "Moi President " a peut être fait gagner M Hollande, mais aujourd'hui il le plombe.
Mais une chose est certaine, le pays va mal, l'opposition de droite ou du centre n'a pas beaucoup de solution, et la gauche qui gouverne n'en a pas plus. Toute initiative aujourd'hui vis a vis des entreprises pas exemple ne peut donner des résultats que dans 3 ou 4 ans.
Mais nous ne sommes pas dans une politique d'austérité, les salaires stagnent les retraites baissent de manière relative, les impôts augmentent, mais le tout d'une manière disons raisonnables. L'austérité, ce n'est pas ça, ce sont les salaires des fonctionnaires qui baissent de 30%, ce sont les dotations aux collectivités qui sont proches de zéro.
Troisième point, le local et les décisions de la suite du mandat vont se prendre en septembre.
Pascal Blanc a bien pris la mesure de sa fonction, il est très présent, et il doit travailler avec ses équipes sur le plan des finances de la ville.
Pour l'avenir, et compte tenu de ce qui s'est fait depuis 20 ans, ( et plus), les Berruyers ne comprendraient pas que la ville se comprime et ne se lance pas dans des projets nouveaux. Pour l'instant, il faut finir la Halle au Blé, le Palais des Sports ou encore la Maison de la Culture, dossier oh combien délicat sur le plan financier mais qui sera attribué totalement au nouveau maire, Pascal Blanc, même si les délais sont un "peu coulés".. Et puis les PRU a poursuivre.
Alors pas de démagogie comme la fausse balise des indemnités des élus, pas de décision a l'emporte pièce comme la fin du FIFE ou de la Biennale. La aussi il faut de la transparence, la qualité de la Com, très professionnelle ne dure qu'un temps, attention, il ne faudrait pas que s'abatte a nouveau sur la ville ce que j'appelle "le syndrome Chouard", les plus anciens comprendront, les autres chercheront, car ce serait mortel pour notre cité.
Tout fonctionne bien, urbanisme, travaux, scolaire, sports, rien à dire sur ces 100 premiers jours, à une exception près, la culture.
A suivre

7 juillet 2014 : quelques réflexions du moment : football, Bac, Sarkozy.
 
Il s'en passe des choses en ce mois de juillet 2014, en particulier sur le plan national plus que local.
Le football et une équipe de France de bonne tenue et un retour en France dans l'ordre des choses, une équipe prometteuse qui a fait jeu égal avec l'Allemagne.
Mais c'est du sport et si la joie ou la peine sont concevables et respectables, les exactions de quelques individus a Bourges tentant de brûler un drapeau algérien tient de la bêtise, cela montre juste qu'il n'y a plus de limite a l'outrance.
Chacun peut écrire ce qu'il veut sur internet, chacun peut insulter une collectivité ou une institution, chacun peut dénoncer son voisin sous couvert d'anonymat....
Il n'y a plus de sens moral,
Le bac, et comme les années précédentes, plus de 80% de reçus, ce qui surprend les gens de ma génération, et quitte a passer pour un ancien combattant un peu réact, je voudrais apporter quelques éléments.
"de mon temps" il n'y avait que 3 bac, le philosophie, le mathématiques, le sciences ex, et le mathématique et technique, ce dernier devant a terme former des Ingénieurs.
Nous étions 80 000 a passer l'examen, nos petits enfants sont aujourd'hui plus de 700 000... Et si il y avait 60 % de réussite vers 1960, a mon époque, ce taux est de 85% aujourd'hui.
C'etait dur, très dur, et les professeurs emmenaient au bac peu d'élèves, mais l'avoir, c'était prometteur pour la suite, alors qu'aujourd'hui, le bac est facile, ce n'est qu'un ticket d'entrée vers le supérieur, mais quelle galère que la première année en fac, en prepa ou en première année d'IUT ou BTS... et que d'échecs.
Un mot sur le feuilleton et le "spectacle médiatique" qui oppose M Sarkozy avec la justice, je ne suis pas très compétent en connaissance des lois, mais tout homme dans notre pays aurait réagit ainsi après des heures de garde a vue et un passage devant deux juges qui vous inculpent a 2 heures du matin, sur des faits pas très clairs, surtout dans la partie "divulgation du secret de l'instruction", alors que depuis des mois, tout ce qui se passe chez un juge est retranscrit dans la presse, sans que cela émeuve qui que ce soit, pour tout individu, plombier ou President, c'est dégradant.
La justice depuis , Outreau puis après le " mur des cons" n'a plus la confiance de nombreux français. il faut les comprendre.
Dites monsieur le policier ou madame le juge, on ne peut pas faire plus simple dans ce type de procédure ?
On m'a toujours dit " pourquoi faire simple lorsque l'on peut faire compliqué".
1 er juillet 2014: l'emploi industriel
 
 
Le mois dernier, quelques chiffres sur l'emploi ont été donnés pour Bourges et son agglomération, et même si il y a lieu d'être prudent et parfois dubitatif sur un accroissement du nombre d'emploi, il faut en étudier la répartition.
En effet, la chute des emplois industriels, de l'ordre de 6000 depuis 1990 est préoccupante, même compensé et un peu plus par "le tertiaire".
Ce phénomène n'est pas propre à Bourges, toutes les villes industrielles en sont au même point.
Mais c'est grave, très grave car c'est la fin programmée de l'industrie à Bourges, et sauf miracle, rien ne changera cette évolution.
pour l'instant, la situation n'est pas visiblement critique, sauf que ceux qui partent en retraite à un âge parfois peu avancé, des Etablissements militaires, de MBDA ou de Michelin ne sont pas remplacés et leur retraite est financée par en moins de salariés...
Ce sera dans 10, 20ou 30 ans un drame effroyable.
Remplacer un tourneur sur métaux par un opérateur de centre téléphonique, ce n'est pas la même chose, et si c'est pas un artiste plus ou moins intermittent, c'est encore plus délicat dans une économie normale.
La solution passe par l'innovation technologique, par la recherche et c'est le moyen de redevenir compétitif.
Pour l'instant nous n'en prenons pas le chemin.
 
 
Mai 2014 : élections européennes
 
Au soir des résultats des élections européennes, je suis surpris de voir les hommes politiques et les commentateurs surpris.
"vous vous attendiez a quoi ?".
L'Europe est dénigrée par toute une fraction de la classe politique, pour les uns, c'est une idée périmée et pour les autres, tous nos malheurs viennent de l'Europe et de ses technocrates.
Mais les français ont aussi voté par rapport a leur ressenti de tous les jours, et la il n'y a pas photo.
C'est une nouvelle claque pour F. Hollande et le PS, et c'est dans l'ordre des choses. Tout ce que dit Hollande sur le chômage, sur l'économie, le redressement, la croissance, tout est faux. Le pouvoir est lamentable et les électeur l'ont dit pour la seconde fois en 2 mois...
Quant a la droite, empêtrée dans ses problèmes internes et surtout sans programme ni solution, il faut bien être convaincu pour voter UMP.
Quant a voter UDI, Borloo a manqué, même si Bayrou comme souvent dans ce type d'élection est assez bon, mais ce ne fut pas suffisant.
Enfin, les Verts, avec les dogmatiques à la Bové, ils sont en train de faire perdre des années de recherches agronomiques à la France. ils sont miieux au Larzac qu'à Bruxelles.
Alors le FN a gagné. Les français ont voté FN comme on crie son désespoir, son ras le bol. Dans le passé, on se tournait vers un homme.providentiel, il n'y en a pas actuellement, alors on va n'importe où, vers celui qui dénigre le plus, vers celui ou celle qui fait le plus de démagogie sachant que le "pseudo rationalisme" des hommes politiques ne donne rien.
Ces dernières semaines, la croissance a été à zéro, le chômage a augmenté, et les déclarations des impôts ont montré pour l'ensemble des classes moyennes une hausse a laquelle ils ne s'attendaient pas, et vous vouliez que ces gens votent pour le pouvoir actuel ? Alors ils ne sont pas allé voter ou ils ont voté FN.
En pendant ce temps la , le PS nous amusait avec la lutte contre la fraude fiscale et le rapatriement de l'argent venu de Suisse.
Le plus inquiétant, c'est que nous n'avons pour l'instant pas beaucoup de solution, encore trois ans avec F. Hollande ?
Pas simple a gérer sur le plan politique, car la droite et le centre sont encore trop fragiles.
 

28 avril 2014 : Les élus de Bourges : au travail !
 
La page est bien tournée à Bourges, après les élections municipales et la victoire de Pascal Blanc. Il faut désormais se mettre au travail et les élus et adjoints découvrent la vie municipale, ses joies et ses contraintes. Certains sont déjà étonnés des courriers reçus par leurs concitoyens, lettre de demande de subvention, lettre de plainte, lettre d'insulte, lettre de récrimination ... jamais ou rarement lettre de félicitation ou d'encouragement.
L'élu, une fois un peu connu peut être accroché dans la rue, et c'est le "bureau des pleurs", c'est la sempiternelle demande de reboucher le trottoirs devant chez lui, alors que madame Michu trouve que le bar de la rue d'
àa côté fait trop de bruit la nuit, alors que monsieur bidule estime que l'on ne peut pas se garer à Bourges, ça manque de places de parking !
Enfin, les dossiers vont réapparaître , et si certains ne poseront aucun problème majeur, le Palais des Sports du Prado est dans sa phase construction spectaculaire, d'autres seront des soucis permanents pendant plusieurs années.
Ce sera le cas du seul grand projet de la mandature : la maison de la Culture.
Elément positif, les élections ont permis d'assurer un consensus sur la réalisation future, et la défaite d'Irène Félix qui voulait rediscuter et remettre à plat tout le projet et concerter avec toute la population donne un légitimité au projet du maire Serge Lepeltier et de Pascal Blanc aujourd'hui.
Une grande victoire pour l'ancien maire de Bourges.
Mais il reste encore des obstacles, qui sont de plusieurs ordres :
les fouilles archéologiques, à Bourges nul ne sait ce que l'on peut trouver dans le sous-sol, car sur les pentes de Séraucourt, comme je l'ai toujours dit, il y a les remblais de monsieur de Séraucourt au XVIII ième siècle, mais dessous, vers l'ex église Saint Paul, que pouvons nous trouver ? Nul ne sait aujourd'hui.
Second soucis, les finances, car le coût estimé, supérieur à 25 millions d'euros est considérable, et même si les collectivités participent activement au financement, rien ne dit que l'on pourra boucler, car ... l'Etat diminuera sa participation, comme l'a dit la ministre la semaine dernière, ce qui n'est pas une surprise.
mais il faut rester optimiste et voir que dans les semaines a venir, les 4 architectes retenus en short liste vont donner leur projet au jury, et là, on devrait avoir 4 grands projets, compte tenu de la qualité des architectes sélectionnés.
Alors, espérons.
 

15 avril 2014 : enfin libre... de la mairie
Cette fois je suis libre. Depuis une semaine, après 19 ans passé comme adjoint a la mairie de Bourges, je n'ai plus aucune contrainte par les fonctions électives que j'avais sollicité, et aussi plus de ce travail passionnant dans cette cité si attachante.
Oui, je peux reprendre les conférences, l'écriture de livres, la mise a jour de sites internet et la poursuite de l'Encyclopédie de Bourges ou la vie de Jacques Coeur qui commence a se préciser dans le site des Amis de Jacques Coeur.
Et puis le jardin, un plaisir dans ces jours ensoleilles, un vrai bonheur.
Enfin bon courage aux nouveaux élus de la liste de Pascal Blanc. Les blessures de campagne vont se refermer, l'équipe est jeune, vaillante, sans trop d'expérience, mais après un temps de mise au point, nul doute que Bourges sera entre de bonnes mains.
Je voudrais revenir sur le plan national dans ce blog, avec deux sujets , la nouveau gouvernement et la mort de Dominique Baudis.
Le gouvernement de Manuel Vals est intéressant, non par les ministres, ce sont les mêmes, mais par la personnalité du premier ministre. Il en veut, il est actif, super actif, et presque hyperactif, un "Sarko" de gauche avec des idées un peu a droite.
Souhaitons qu'il réussisse, car le pays en a besoin, et puis il peut faire ce que l'indécision et les "menteries" de François Hollande ont empêché.
Le Président n'est plus crédible. Son discours "moi Président" calamiteux.... Et les nominations a la caisse des dépôts est a l'opposé de ce qu'il avait dit. Même M. Sarkozy n'avait pas fait autant. Et ne parlons par de M. Désir. Quel naufrage !
Il ne reste que Valls pour sauver la gauche, mais n'est pas sauveur qui veut. Il faut du courage et ça n'est pas inné. Mais pour l'instant, ce sont des paroles, chacun attend des actes.
Un mot sur Yann Galut, "notre" député, il n'est pas secrétaire d'Etat. Ce sera pour plus tard peut être. Quant a sa prestation télé sur France 2, face a Marine Le Pen, il a été bon, mais s'imposer dans ce genre d'exercice, même pour un avocat, ce n'est pas facile. Comme souvent avec le FN, elle l'a baladé, dans un dialogue confus, dont il n'est rien sorti.
Sur la mort de Dominique Baudis, Une forte personnalité que je ne connaissais pas, mais j'avais suivi l'Affaire Allègre, un moment troublé par les révélations du journal Le Monde et de Canal Plus, et je me souviens m'être interrogé. Il n'y a aucune preuve, que des rumeurs, et cela peut arriver a chacun d'entre nous, a condition que des médias qui semblent sérieux s'en mêlent et c'est la catastrophe.
J'ai vu a un degré moindre, le mal que peuvent faire quelques phrases assassines dans un journal local, sans recherche de la vérité, simplement pour que le journaliste existe.
Oui, j'en veux terriblement au Monde, c'était je crois Edwy Plenel et a Canal Plus avec Karl Zéro, et ils ont joué un jeu dangereux, non, un jeu indigne.
Se sont ils excusé ? Ont ils reconnu s'être trompé ? Non, pas a ma connaissant et de manière franche. Et quel courage pendant des mois de Dominique Baudis, calomnié jeté a terre, et qui a tenu. 13 avril 2014

1 er avril 2014 : Pascal Blanc élu maire de Bourges
 
Belle victoire de Pascal Blanc, et finalement tout est bien qui fini bien ! Mais si les chiffres sont confortables, que de péripéties, que de petites phrases, que de sondages plus ou moins fiables ont donné des sueurs froides a beaucoup de monde.
Mais victoire aussi de Serge Lepeltier, critiqué par beaucoup a droite, il a maintenu le cap, "son cap" et il a gagné. C'est l'exemple d'un grand stratège.
Il a fait ce qu'aucun maire n'avait jamais fait : imposer et faire élire un homme de son choix.
Mais il aurait été possible de s'affranchir de bien des moments stressants, car la liste élue, avec les mêmes personnes l'aurait été dès le premier tour.
Enfin, pas de regrets, l'essentiel est de maintenir Bourges en mouvement avec une liste renouvelée.
Je me souviens, d'une réunion Bourges Plus fort, et Serge Lepeltier qui avait annoncé quelques semaines auparavant qu'il ne se représenterait pas, me demanda mon avis sur la suite, un peu comme "historien" et bon connaisseur de la politique locale au XX e siècle, et je répondis, ayant depuis déjà pas mal de mois annoncé que je quittais la politique locale a l'issue de trois mandats :
Pour gagner, il faut renouveler notre équipe a 75% et 3 élus sur 4 ne devraient pas se représenter et avoir une entente entre les différents partis politiques et une liste unique, pour ne pas se retrouver comme en 1977.
Et j'ai eu peur jusqu'au bout qu'Irène Félix ne gagne, peur pour Bourges car le programme du PS local et le passé politique de la tête de liste n'étaient pas très engageant, son refus de tout projet, le PRU, les cinémas du Prado, la Maison de la Culture .... Bref, rien n'avait sa faveur, elle était globalement contre tout. Alors je suis heureux du vote des Berruyers.
Serge Lepeltier va manquer a Bourges c'est certain, mais la nouvelle équipe va commencer a prendre les dossiers en cours, puis progressivement insuffler une autre façon de voir les choses en liaison avec la population, même dans un contexte national délicat et des finances qui ne vont pas aller en s'arrangeant.
Serge Lepeltier se hausse au tout nouveau niveaux des grands maires de Bourges avec un avantage, il est le seul a avoir réussit sa sortie, en imposant envers et contre tout et tous, son successeur. Chapeau monsieur le Maire.
Quant a moi, je vais poursuivre l'écriture de livres sur Bourges (trois sont sortis ces dernières semaines...) que je signerais ou sous forme de pseudo, et surtout je poursuivrais mes sites comme Bourges info qui va devenir un mensuel interactif et évolutif, et surtout l'Encyclopedie de Bourges.
 

26 mars 2014, Un maire pour Bourges et dernier Bourges-info.com
 
Semaine importante pour Bourges avec dimanche l'élection d'une nouvelle municipalité et donc d'un nouveau maire.
Droite et gauche sont au coude a coude, tout va dépendre des reports, les communistes voteront ils pour une socialiste dans un contexte national difficile pour le pouvoir en place, et réciproquement, le poids de la division au premier tour de la droite sera-t-il préjudiciable au second tour ?
Nul ne sait, mais il y a une différence entre les militants et les électeurs.
 
C'est aussi le dernier numéro de Bourges-info.com qui s'arrête dans sa forme actuelle, celle d'un hebdomadaire après 8 ans d'existence, et quelques combats épiques pour mieux renaître sous forme d'un magazine mensuel sur le web, toujours et exclusivement consacré a Bourges.
Il sera en ligne le premier jour du mois et comprendra des rubriques sur la politique locale, l'économie, mais aussi le sport et la culture. Il y aura de l'Histoire et du people et le tout gratuit et sans publicité.
J'espère que nous pourrons avoir des rubriques des internautes sur Bourges et les coups de gueule que chacun a envie un jour de lancer a la population ou au pouvoir local.
Mais ce Mag ne sera pas totalement figé sur le mois, et chaque fois qu'un fait important surviendra, il sera ajouté sous forme d'une mise a jour, mais globalement ce sera un mensuel.
J'espère que ce Mag aura le même succès que l'hebdomadaire.
Il faut enfin que chacun sache que ce Mag, comme Bourges info.com ou encore l'Encyclopedie de Bourges ne bénéficie d'aucune subvention de la part des pouvoirs publiques ou d'aide quelconque des collectivités. D'ou son indépendance totale.
Par contre nous pouvons accueillir des collaborateurs bénévoles sur des textes ou des photographies.
Alors faites le meilleur accueil au Mag de Bourges-info.com.
 
19 mars 2014 : derrniers propos après 19 ans comme maire adjoint
 
Ceci est le dernier courrier signé ainsi, que je me permets de poster sur le blog car dans quelques jours, je ne serais plus un élu de Bourges, après 19 ans ( pas 20) passé comme maire-adjoint, avec des délégations aussi différentes que le tourisme, l'écologie, le développement durable, ou l'urbanisme et les 3 à la fois sur un mandat. En outre j'ai assuré durant une dizaine d'années la présidence de Lig'Air qui suit la qualité de l'air en région Centre, et la présidence sur 12 ans environ du Syndicat de la Vallée de l'Yèvre.
Ce fut passionnant et je souhaite a ceux qui vont poursuivre cette tache beaucoup de réussite et de persévérance pour notre ville de Bourges.
Pour cette ultime communication, j'aimerais remercier mes collègues, ayant eu de bons rapports avec la quasi totalité d'entre eux et je conserverais le souvenir de ces années riches de réflexions, .d'actions et de rapports humains.
Passionné par le tourisme, j'ai eu la chance de pouvoir œuvrer avec l'accord de M le Maire afin de donner les moyens financiers et humains a l'Office de tourisme, devenu très professionnel, alors qu'avec André Margottin, nous avons tout fait pour que naissent les Nuits lumière de Bourges.
Dans un tout autre domaine, l'urbanisme, je suis fier d'avoir été responsable du PLU qui remplaçait le POS, dans ce cadre, j'ai, avec l'aide des services augmenté les zones constructibles d'une manière significative avec 400 hectares supplémentaires.
C'est comme adjoint a l'urbanisme que j'ai commencé deux projets majeurs, le PRU, Plan de Renouvellement Urbain et le Centre commercial Avaricum et ses nombreuses réunions avec riverains et commerçants.
Au niveau de l'écologie, je citerais l'action sur les liaisons douces, initiative voulue par le maire en commençant par le lac d'Auron, puis le vélo et les marais, avec des résultats inégaux. Pour les marais et leur gestion, c'est même un échec.
Enfin, avec plus de modestie, je suis intervenu avec la délégation qui m'avait été donnée par M le Maire aboutissant a la chaufferie urbaine au bois, un vrai pari écologique, parfaitement réussi grâce à la qualité des services techniques de la ville.
Tout ceci ne fut possible que par la cohésion de l'équipe municipale, qui fut délicate au premier mandat et bonne dans les deux suivants.
La clé de la réussite tient dans un maire visionnaire pour sa ville et des services qui savent où ils vont, une confiance dans l'avenir est indispensable, et puis l'environnement de tous les jours avec des assistantes efficaces et de grande qualité.
19 ans comme adjoint, c'est beaucoup, avec des contraintes parfois pesantes, mais faites de joies et de vrais bonheurs lorsque l'on voit l'aboutissement et la concrétisation d'une idée.
Si j'avais une image forte à retenir, ce serait la nuit du passage de l'an 2000 avec la première des Nuit lumière. Magie et rèves.
Enfin, je dirais pour conclure, aux futurs élus que vous ne disposez que de peu de temps pour lire ces lignes, que lorsque l'on est élu, il faut aimer sa ville et ses habitants, tous ses habitants, et ce n'est pas toujours facile, mais il faut aussi être curieux de tout ce qui la touche et en particulier de son passé, c'est la clé pour un futur utile et passionnant.
Je terminerai en soulignant deux types d'activités qui m'ont passionnées, la première c'est d'avoir proposé des noms de rues, étant membre de la commission de dénomination des voies, le second ce fut dans la célébration des mariages et autres " baptêmes " républicains.
Voila ce que je pouvais et voulais vous dire.
Merci a tous mes collègues, et a Monsieur le Maire, quelque soit la suite des événements je souhaite beaucoup de courage et de persévérance à tous dans vos futures activités comme Elu de notre cité ou simple Berruyer.
Roland Narboux

12 mars 2014 : Affaires, écoute et "menterie" de Mme Taubira
 
Comme j'attends les élections municipales avec les 7 listes, sans pouvoir faire le moindre pronostique, comme tout le monde d'ailleurs, je vais faire cette chronique hebdomadaire sur le national et la semaine passée.
La folle semaine.... Avec trois événements qui arrivent de manière simultanée sans que cela ait un lien, sinon que l'on est a 2 semaines des municipales. Les analystes pensent que cela ne va profiter qu'au Front National et aux abstentionnistes.
1/ Copé et ses comptes avec des facturations peut être un peu fortes, mais c'est juste une affaire entre Copée et ses adhérents, car si le prix de la campagne a été dévoyé dans des sur-facturations vers des amis organisateurs de meeting ce qui a nécessité le "Sarkoton" et l'appel aux militants pour 11 millions d'euros, c'est presque une affaire privée que intéresse l'UMP dans toutes ses composantes et pas moi !
2/ Buisson et ses enregistrements pirates, la encore, rien d'intéressant dans les enregistrements diffusés a ce jour. Une remarque, on pouvait être un intime de Sakozy et se comporter comme un voyou, le président n'a pas toujours eu de flair dans le choix de ses collaborateurs.
Et puis, l'Elysée apparaît comme une passoire, on y entre avec un magnétophone, on enregistre, on repart et on se fait "piquer" les enregistrements.
Le PS ne,réagit pas trop, car sur les écoutes réunion avec magnétophone furent le fait d'un président de la IV e République et c'était Vincent Auriol de la SFIO ( le PS des années 1950).
3/ Sarkozy mis sur écoute depuis un an, cela me semble très différent, c'est grave car il y a deux éléments qui font que la démocratie telle que je la conçois est une caricature. Il y a deux raisons a mon sens, sans être un spécialiste du droit français, la première c'est cette manie de toute écouter, depuis que Mitterrand a mis le tout paris sur écoute, c'est devenu un sport national.... dans lequel le PS a la médaille d'or. L''écoute des avocats, je croyais que c'était interdit... mais il y a des conditions et ça me semble très opaque à entendre les différentes parties prenantes.
La seconde c'est un peu de l'acharnement, M Sarkozy, si un quidam français ou étranger dit que l'ancien président a fait des choses répréhensibles, alors les juges accourent et cherchent... pendant 1 mois, 1 an et pourquoi pas 10 ans en le mettant sur écoute. C'est insupportable.
Et puis comment expliquer que l'on retrouve toutes ces informations dans la presse, et cette fois, les juges ne s'offusquent pas, on dirait que c'est normal....
Un juge a quelque chose a reprocher à M Sarkozy, ils enquêtent, font venir le présumé innocent, l'interrogent, peuvent le mettre en garde à vue, et ainsi de suite mais pourquoi tout est dans la presse ?
Depuis Outreaux, une partie de la population n'a plus aucune confiance dans la justice de notre pays.
Enfin, le mensonge de Mme Taubira sur sa connaissance du dossier des écoute est dans la ligne de Cahuzac, elle nous a dit "les yeux dans les yeux " qu'elle ne savait rien, démentie le lendemain par le Premier ministre.
 
5 mars 2014 : Jane ou Jeanne Dieulafoy
 
C'était la semaine dernière, un journaliste du Berry Républicain me téléphone et me signale que la ville a fait une erreur dans la dénomination d'une rue. En effet, me dit-il, vous avez orthographié Jeanne Dieulafoy, au lieu de Jane Dieulafoy.
Je lui signale alors plusieurs éléments qui ont poussé la commission municipale a adopter Jeanne et non Jane :
- Sur le médaillon du lycée Marguerite de Navarre, qui en comporte 40, c'est Jeanne qui est sculpté, et je ne me voit pas avoir deux orthographes différentes en deux lieux de la ville pour une même personne.
- De plus, pour ce médaillon, œuvre de Jean et Jacqueline Lerat, des personnes de grande qualité, il n'est pas possible qu'ils aient fait une erreur. surtout a une époque très stricte sur le respect de l'orthographe.
- J'avais aussi vérifié que la ville de Montpellier avait donné son nom a une rue Dieulafoy et le prénom de la plaque est Jeanne, tout comme à Concarneau ou à La Roche surYon….
- Enfin, l'argument du journaliste du Berry Républicain " c'est un contact avec un archéologue toulousain … qui a vérifié dans wikipedia ". Cela m'a laissé de marbre...
Aussi, l'article du Berry Républicain, une fois encore voulait mettre le doigt sur une erreur de la ville et de votre serviteur.
Après la lecture de cet article, j'étais chagriné, car certains livres de Mme Dieulafoy sont effectivement signés Jane, cela vient sans doute d'une volonté d'angliciser ce nom et de permettre des ventes de l'ouvrage dans le monde entier et dans le milieu des archéologues. Sur un autre plan, on pouvait s'interroger de manière très primaire, : une fille née dans la région de Toulouse, pourquoi se serait-elle appelée Jane, et non pas Jeanne, son second prénom était Paule et le troisième Henriette, des prénoms fort anciens eux aussi.
Alors, avec Christophe Gratias des Archives municipales, nous avons fait des recherches ... Et la semaine dernière, nous avons obtenu la photocopie de l'acte de naissance de madame Dieulafoy, née Magre et sur ce document le prénom est JEANNE !
Or, sur une plaque de nom de rue, le prénom, qui doit être écrit, c'est celui qui apparaît sur l'acte de naissance. Ainsi nous avions raison, contre le BR et wikipédia !
Donc désolé, mais le métier de journaliste c'est de vérifier ses sources, et d'éviter de toujours chercher à mettre un élu, quelque soit le sujet en accusation. Le comble c'est que dans Internet, sur ce thème, on lit dès la première page de Google, " Une faute sur le panneau de la rue Jeanne-Dieulafoy "- Le Berry… ", et bien il faudra 10 ans pour que cette ligne soit effacée !
26 février 2014 ; programme des municipales :
 
Il n'est jamais simple de construire un programme électoral, les promesses du président Hollande lors des dernières présidentielles en est l'exemple, le MOI PRESIDENT que l'on nous repasse parfois a la télé est terrible. Et les promesses du candidat sur le chômage, sur la crise !..
Et a Bourges, j'ai lu les premiers programmes, et j'ai trouvé assez peu de raison d'être enthousiaste.
On peut tout prendre ou tout critiquer.
Mais je délivrerais le pompon a Irene Felix sur un sujet que bien peu de Berruyers ont perçu, il s'agit du projet,du canal de Berry a vélo, sur l'exemple de la Loire a Vélo.
Il faut savoir que c'est Iréne Felix qui était a la tête du syndicat du canal et aussi vice présidente du Conseil général.
Une étude a été faite par le Conseil général au titre du tourisme du département du Cher. Une étude bien faite et la ville de Bourges avait donné son accord sur ce projet, j'en ai été témoin ...
mais Mme Felix depuis 10 ans n'a jamais trouvé le financement qui devait émaner du Conseil général.
Ce projet de canal a vélo comme adjoint de Bourges, je l'ai toujours défendu et cela fait 10 ans que cela dure...
Alors quand je lis dans le programme de Mme Felix :
" inscrire Bourges dans le grand projet de canal a vélo"
Je crois rêver
Incapable de le faire depuis 10 ans Mme Félix ose mettre ce projet dans son programme.
Et c'est typique de sa façon de fonctionner : on étudie, on concerte, on remet a plat, on se rencontre et au bout de 10 ans, on a une étude et rien d'autre.... pas un chapeau d'vendu !
Je suis outré par Mme Felix sur le canal de Berry, qui est pour elle un échec personnel, alors que sur le reste du programme il y a beaucoup de choses à prendre et à faire.
 
19 février , la politique, le progrès technique et la recherche
 
J'attends les listes des candidats pour Bourges dans l'ordre si possible et ensuite les programmes même si ils n'engagent que ceux qui les écoutent. mais ces deux éléments doivent permettre de faire un choix, j'y reviendrais la semaine prochaine. En attendant quelques remarques sur l'actualité nationale.
On voudrait se battre contre Google car cette firme américaine ne paie pas ses impôts en France mais en Irlande et tout cela part aux Bermudes.
C'est pas bien, mais pendant que nous cherchons a contrer Google sur le plan juridique comme dans une pièce de Molière, Google continue a être utilisé journellement par des millions de français.
Ne ferions nous pas mieux de chercher au lieu de plaider ? Car nous n'avons en France et en Europe été incapable de faire il y a 20 ans un moteur de recherche... Et pourquoi avons nous été si nuls ?
Je me souvient d'un temps lointain où a Bourges nous avons travaillé et mis au point des systèmes experts que certains dirigeants au début des années 2000 ont enterré.
Dans notre pays, nous sommes toujours a vouloir conserver nos industries même si elles sont en perte de vitesse par manque de clients. Le fabriquant de carrosse a un moment donné a dû manifester pour que l'Etat se préoccupe de leur situation.
Il faut être des visionnaires et aller de l'avant et travailler sur des sujets qui feront la vie de demain.
Autre sujet, le gaz de schiste, et je salue les ministres Montebourg et Fabius qui commencent a se dire que nous faisons fausse route, par dogmatisme.
dans ce domaine le principe de précaution est une imbécilitè majeure. Selon ce principe, comme je l'ai déjà écrit, le chemin de fer n'aurait pas vu le jour, la pomme de terre serait restée aux Amériques, et Pasteur n'aurait pas pu utiliser le vaccin contre la rage, il a d'ailleurs eu des problèmes.
non il faut faire de la recherche et c'est le cas pour les procédés d'extraction du gaz de schiste... Il s'améliore dit-on, mais le plus ubuesque, c'est que l'on ne sait pas si, en France on a un peu, beaucoup ou des quantités phénoménales de gaz de schiste. On parle peut être pour rien en France tant que l'on ne sait pas si notre sous sol en possède ou pas et de quelle type ou qualité.
Et bien même cela les dogmatiques qui nous gouvernent n'en veulent pas...
 
12 février 2014 : PABB et deux livres sur les Missiles.
 
Voici les propos que j'ai prononcé lors de l'Assemblée Générale des retraités de l'Aerospatiale devenue MBDA.
Bonjour a tous, merci Francis. J'en ai pour 2 minutes 35.
Comme président de l'association PABB, Patrimoine Aérospatiale Bourges Berry, je voudrais commencer par avoir une pensée pour notre ami, Alain Bougelot qui nous a quitté le mois dernier et dont les obsèques se sont déroulés dans la plus stricte discrétion.
Trois points rapides :
- 1/ Le premier sur AMPE, et j'excuse Jacques Millereux, qui suit bien les activités de l'AMPE, Aerospatiale - Matra - Patrimioine - d'EADS dont le rôle consiste à faire connaître nos racines et notre patrimoine ainsi que la culture aéronautique.
Il y a une revue, j'en ai quelques exemplaires à votre disposition.
Et puis un site internet avec de l'information et des photos anciennes. Il s'étoffe avec une évolution qui s'appelle " Airitage pour les " Nuls " ".
- 2/ Second, plus proche de nous, avec PABB, et nous poursuivons à Bourges la mémoire écrite de notre Etablissement avec je rappelle 4 ouvrages déjà publiés :
Le Transall
l'Epopée avec des centaines de photos
Un siècle d'histoire des avions à Bourges
Marcel Haegelen un authentique héros de l'aviation.
Et pour les trois premiers, il n'y a plus aucun livre, alors qu'il nous reste encore quelques Haegelen.
Mais il reste encore les missiles, et à la fin du mois de février 2014, nous publions l'Histoire des missiles à Bourges en 2 gros volumes de 320 pages chacun, au format A4 et largement illustrés.
Cela a nécessité 3 ans de travail avec les contributions d'un certain nombre d'entre vous. Merci a vous.
Les 2 volumes seront disponibles dans 4 semaines, vous pourrez vous les procurer a l'Arcab et au CE au prix préférentiel de 50 Euros les 2, prix spécial MBDA et Anciens.
J'ai des fiches qui peuvent être données.
- 3/ La suite et fin de notre action, avec un ouvrage, le dernier que nous allons écrire, c'est celui des relations sociales dans notre usine de 1930 à 2015.
On parlera des CE, des syndicats, des grèves, des accords usine, des conflits et des directeurs et syndicalistes.
Sortie prévue dans 2 ans en 2016, et chacun peut apporter sa contribution sur un sujet qui est aussi assez passionnel.
Voilà ce que je pouvais vous dire.
Bonne suite et bon accueil à notre Histoire des missiles à Bourges de 1950 à 2013.
merci à vous.
 
5 février 2014 : Quel programme municipale
 
Je suis comme beaucoup, l'avancement des programmes des candidats, même si les listes ne sont pas figées, et certaines têtes de liste non dévoilées.
Mais sur les esquisses de programmes, on commence a voir clair, mais ce n'est pas encore très probant.
Les grandes intentions, comme la gratuité de tel service public sont semées d'embûches, la concertation avec les habitants sur tous les sujets se heurtera assez vite a un besoin de trancher et de décider, de même la diminution du nombre d'élus ou la baisse de leurs peut apparaître comme plus démagogique qu'efficace.
Il faut se demander par exemple comment Raymond Boisdé avec 4 maires adjoint faisait ? alors qu'aujourd'hui il y en a ' fois plus….
En résumé, je n'ai pas encore trouve LA ou LES éléments du programme qui seront à la fois réalistes, financièrement possibles et qui feront rêver les Berruyers.
J'ai remarqué aussi que tous les candidats veulent un maintien et donc un gel des impôts…ce qui ne va pas permettre de grandes marches de manœuvres.
Mais c'est sans doute sage, car le français et le berruyer sont saturés d'impôts… Et puis désolé de le dire, mais il faudra finir ce qui est commencé, ne pas laisser la pelle dans le mortier, et le Palais des Sports, la Halle au Blé, les liaisons douces ou encore la halle saint Bonnet devront être terminés…. Sachant que Avaricum est dans le secteur privé.
Finir et bien sur le plan financier ce ne sera pas simple…
 
29 janvier 2014 : les langues régionales
 
Depuis un certain temps, les médias nationaux évoquent de plus en plus fortement l'enseignement des langues régionales, comme le Basque, le Breton le Corse, l'Alsacien.
D'une manière générale, comme le dirait ma crémière, "ça peut pas faire de mal !" et comme beaucoup je ne voyais pas de mal a cela.
Et puis j'ai entendu des professeurs dirent que ces langues devaient être enseignées dans le cadre de l'Éducation Nationale et surtout j'ai entendu un jeune enfant dire a la télévision Dans un reportage sur ce sujet " oui, je veux apprendre le Breton (ou l'Alsacien), car cela va m'aider plus tard ....
Et là, je me suis demandé si je ne rêvais pas.
que ces langues soient apprises, comme on apprend la danse ou la peinture le soir après l'école, dans une association, comme le font les groupes folkloriques qui maintiennent un passé et une tradition, et c'est bien. c'est le cas des danseurs du XIX eme siècle,ou des Amis de Jacques Coeur, mais c'est du loisir, du plaisir et du rêve...
Mais que certains pensent que l'Education Nationale soit obligée d'enseigner ces langues régionales avec l'argent du contribuable c'est trop fort . Et en plus on va nous faire croire que cela servira ces jeunes qui parleront ces langues comme le basque dans le futur... A l'époque de la mondialisation, comment peut on être aussi décalé de la réalité avec une mondialisation galopante.
Alors si vous voulez apprendre une langue, après avoir bien maîtrise le français, je pense que l'Anglais sera utile et pourquoi,pas le Chinois. et si vous êtes doués en langue, l'espagnol n'est pas mal non plus, mais pour dialoguer avec les reste de la planète, je ne suis pas certains que le Breton soit très utile.
Comment pouvons nous êtres si mauvais ?
 
22 janvier 2014 : 4 nouvelles salles au Musée du Berry
 
J'ai assisté a l'inauguration des salles du Musée du Berry, qui a permis de remplacer des présentations intéressantes sur le Berry par une quarantaine de tableaux sortis des réserves de Bourges et qui ont fait l'objet d'une réfection lourde et coûteuse.
Pourtant, c'est une bonne initiative de Philippe Gitton et de la conservatrice des musées Agnès Delanoye, car il faut que notre population puisse bénéficier des trésors enfouis dans nos caves municipales.
Pourtant, si les nombreuses personnes qui sont venues a l'inauguration ont communiqué leur satisfaction, il faut rester réalistes, d'abord, les salles sont au premier étage dans un lieu datant du XVI siècle, sans ascenseur ni escaliers roulants.... Aussi pour les personnes âgées, pas simple l'accès et je ne parle pas des personnes handicapées.
Quant aux touriste, c'est un plus, mais ne rêvez pas, ce ne sont pas 40 tableaux, même avec un Greuze, un Fragonard ou un Poussin ne fera pas venir un touriste de plus a Bourges, juste peut être une bonne image chez les amateurs de peintures du XVII e siècle !
Il fallait faire cela mais sans illusion sur les résultats, car c'est un domaine très difficile et malheureusement, des millions de personnes veulent dans leur ville et même villages, et bien peu y vont.
J'étais a Shanghai il y a maintenant quelques semaines, et dans le grand Musée de cette ville il y avait bien peu de monde sur 3 étages immenses qui présentaient des collections chinoises. Mais à un étage, il y avait une drôle de collection temporaire américaine sur ... les peintres français de l'école de Barbizon, avec Renoir, Pissarro, Berthe Morisot, Monet et quelques autres... Et là, ils étaient des centaines à se presser devant les toiles françaises de cette collection Clark.
Comme quoi, dans un musée, il faut une bonne scénographie des collections permanentes, un accès facile et une exposition temporaire. C'est cela la clé du succès, et à Bourges nous avons le Muséum, et les autres musées de la ville doivent faire la même chose.
Celui du Berry peut-il faire la même chose, en tout cas il a fait un premier pas.
 

15 janvier 2014 : Moi Président , je serais exemplaire !
 
Moi, Président, je serais exemplaire dans mon comportement….
Et je passerais mes soirées avec une copine à jouer au scrabble afin de me détendre,
Pas très bon en économie, mais là, ce n'est pas très simple, pas bon sur le front du chômage, et on savait que sa vie personnelle n'était pas à enseigner dans les cours de catéchisme.
Même si l'on sait, depuis Félix Faure que les présidents de la République peuvent avoir quelques incartades conjugales, et les derniers présidents, avec comme toujours l'exception du général de Gaulle, n'ont pas été de petits saints dans ce domaine, Hollande semble tous les battre.
Une compagne, Ségolène, et ils ont 4 enfants, puis une maîtresse qui devient Première dame de France, avec des collaborateurs payés par nous autres contribuables, et en prime, pour ses escapades nocturnes comme un vulgaire Giscard, il se trouve une belle jeunette, actrice de surcroit, battant à plate couture Berlusconi et arrivant presque a la cheville de Strauss Khan…
Comme on le dit avec malice, vous voyez, il est normal notre président, une ex, des enfants, une compagne et une maîtresse, et on ne sait pas tout .
Et bien non, ce n'est pas ma conception de la normalité.
Lamentable, même pour des français moyens et tolérant dans les moeurs des grands de ce monde, car enfin, Monsieur Hollande, vous n'avez rien d'autre au faire le soir que d'aller batifoler avec une jolie actrice ?
Vous avez oublié que vous avez été élu pour donner du travail aux français, pour traiter les difficultés sociales des français, pour que la France garde son rang de grande puissance, et monsieur s'adonne a des coucheries entretenant, comme un simple Mitterrand, aux frais de la république une maîtresse et une copine ;
Français moyen, payant ses impôts recherche un président de la République qui soit exemplaire, qui travaille, qui sorte le pays de l'ornière,
8 janvier 2014 : Voeux de François Hollande
 
J'ai écouté les voeux de M. François Hollande, avec un premier gros changement de route. Il vient enfin de comprendre que l'emploi était la première des préoccupation des français mais que cet emploi ce n'était pas l'Etat qui était capable de créer de vrais emplois, mais les entreprises. Et voilà qu'il; va se réconcilier avec les chefs d'entreprise et demain avec la finance !
Bien sûr, les emplois aidés ne sont pas critiquables, et mettre le pied à l'étrier des jeunes dans telle ou telle collectivité est un moyen qui est intéressant pour les jeunes et pour diminuer le chiffre du chômage, mais ce sont les Ateliers nationaux de la révolution.
Le lundi, on creuse un grand trou avec des dizaines de personnes et le mardi, ces mêmes personnes le rebouchent, et c'est aux frais de l'Etat.
Je ne dis pas que certains emplois occupés par ces jeunes sont inutiles, mais ce n'est pas de l'emploi "marchand", c'est de l'aide sociale, et sur ce plan, c'est bien, mais croire que l'on va résoudre le problème de l'emploi avec ces TUC, emplois jeunes, emplois aidés ... est un leurre. Dire que nos dirigeants ont fait l'ENA et qu'ils n'ont pas compris que l'emploi, c'était le fait des entrepreneurs, alors ils n'ont rien compris.
Enfin, sur l'inversion du chômage, c'est un gag, et surtout un manque de courage politique, Hollande a échoué, et je ne suis pas certain que Sarkozy aurait réussit, mais le Président devrait dire honnêtement, nous allons dans le bon sens avec nos emplois aidés, mais ce n'est pas suffisant. Et de conclure : "je suis un éternel optimiste, mais n'avons pas gagné la guerre contre le chômage, mais nous avançons, alors courage !".
 

 

 

 

  Ecrivez vos remarques, vos demandes de renseignements : roland.narboux@wanadou.fr
  Ajouter un commentaire