Bourges, le blog de Roland NARBOUX


Roland NarbouxSite personnel sur Bourges avec des sujets comme les livres publiés par Roland Narboux, les sites internet, les blogs les conférences et des sujets comme les Alchimistes à Bourges, les souterrains de Bourges, Jacques Coeur et Agnès Sorel... etc

 RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL 

SOMMAIRE DU SITE

BIOGRAPHIE LES ALCHIMISTES LES SOUTERRAINS JACQUES COEUR YEVRE ET MARAIS
AVERTISSEMENT
Dans cette page, j'ai placé tous les écrits que je place dans le blog, au cours du temps. Ce sont des petits articles, écrits souvent "à chaud", mais c'est une trace d'une certaine forme de pensée.
 
Retrouver
L'année 2017
 
L'année 2016

 

 
L'année 2015
 
L'année 2014
 
L'Année 2013
 
L'année 2012
 
L'année 2011
 
l'année 2010
 
l'année 2009
 
l'année 2008
 
l'année 2007
PRESENTATION

Roland Narboux est berruyer d'adoption, il a fait toute sa carrière professionnelle à l'Aérospatiale de Bourges (32 ans) .

Il s'occupe dès 1989 d'écriture (La Bouinotte) et donne des conférences à l'Université Populaire. Il a écrit plus de 25 'ouvrages sur Bourges et le Cher les derniers étant consacrés à l'Histoire de Bourges au XXe siècle en trois volumes et aux souterrains de la cité de Jacques Coeur .

AUTEUR DE LIVRE
LES LIVRES DE ROLAND NARBOUX
LES SITES GERES Par Roland Narboux
Site Encyclopédie de Bourges
 
Site des Amis de jacques Coeur
 
Site Bourges-Info.com

Blogs :
Roland Narboux

Les Conférences
de Roland Narboux
Une douzaine de conférence par an, la dernière sur "l'influence d'Agnès Sorel sur la politique de CharlesVII".
Et "Bourges au féminin"

.

ELU DE BOURGES
Maire Adjoint de Bourges depuis 1995 ayant en charge aujourd'hui :
l'écologie
le chauffage urbain

ANNEE 2018 Les écrits du blog de Roland Narboux de Bourges
1 er Août 2018
 
Pour le redémarrage des Nuits Lumière, il faut saluer la franchise, de Philippe Mercier :
" je présente au nom de la municipalité mes excuses , aux personnes blessées, perturbées, et ... ce que vous verrez n'est sans doute pas à la hauteur ni de ce qui a été, ni de ce que ce sera, même si c'est vraiment très intéressant."
Ces explications et les excuses de Philippe Mercier c'est bien.
Bravo monsieur l'adjoint.
Inversement, le maire de Bourges absent ce soir là, il a bien le droit de prendre des vacances, mais il a comme à son habitude, fustigé ceux qui avaient moyennement apprécié cette première phase des Nuits Lumière avec ces mots :
"A part quelques esprits grincheux et les éternels insatisfaits, la très grande majorité des personnes présentes a apprécié cette première phase des Nuits Lumière numérisées".
Et bien non, j'y étais, c'était très mitigé, et depuis j'y suis retourné deux soirs, c'est souvent l'accablement, ne vous en déplaise !
 
Pas de spectacle, une animation sans bande sonore de quelques minutes, (5) sans magie.
Pas d'explication, pas d'histoire. On ne sait pas ce qu'est Bourges, ni d'où on vient.
Plus d'ambiance bleutée qui donnait à la nuit profondeur et magie
Une technique nouvelle, plus animée, certes, mais dénuée de sens.

Sur les deux premières scénographies, on pouvait s'attendre à mieux, à l'archevêché, sans texte et sans une licence d'histoire c'est le plus souvent incompréhensible, merci tout de même de'évoquer Geoffroy Thory que personne ne connait, mais il y a des images, parfois belles et surprenantes, sous forme d'un film et c'est très tendance.
Au Palais Jacques Coeur, hormis une belle image dégoulinant de pièces d'or, c'est mal centré, et un peu pauvre. Mais la scénographie d'avant n'était pas terrible, je suis le premier à le reconnaître, seulement, ce n'est pas mieux aujourd'hui, et l'image numérisée n'est pas de meilleure qualité que les "vieilles diapos du siècle dernier".
 
Et que dire de ces pavés scintillants qui nous font regarder le sol plus que les bâtiments, qui empêchent de se perdre et de flâner le nez en l'air ? Imaginerions-nous les allées de Versailles plantées de leds solaires ?

Quelle déception ! pourquoi changer ce qui plaît et faisait la fierté des Berruyers ?
La grande règle du succès, c'est qu'on ne change pas ce qui marche.
Qui s'est cru plus intelligent, plus sensible que les équipes qui avaient participé à cette magnifique ambiance ?
Mais cela peut s'améliorer à condition d'accepter les critiques.
Sur le circuit, c'était prévu, mais c'est calamiteux, des rues sombres, plus de lumières bleues sinon ce fil que l'on trouve le plus souvent sur les pistes à Orly.Oh les grincheux !
Bourges mérite mieux, il est temps de de ressaisir.
2018 est ratée, on verra 2019, mais patience,
Souhaitons que l'équipe qui sera élue en 2020 à la mairie de Bourges retrouve l'importance du Tourisme dans notre Ville et remettent la lumière (bleue !).
En conclusion, c''est pas encore terrible mais il n'y avait plus rien en juillet pour les touristes, mais vous allez améliorer tout ça.
Nous avions en l'an 2000, 20 ans d'avance, nous avons aujourd'hui 20 ans de retard, nous avons les mêmes images que toutes les villes qui ont réalisé des parcours lumière.
Les scènes avaient toutes été numérisées. certains ont visionné les films qui ont été proposés.


juillet 2018
Chaleur, Tour de France et la victoire des Bleux en football, que demander de plus ? Un beau mois de juillet sauf une toute petite affaire...
Il était le Premier de la classe, puis le premier de cordée, monsieur Macron, mais comme le dirait madame Michu "la roche tarpéienne est proche du Capitole", ça veut dire, pour un élu, national ou local : après les honneurs, la déchéance.
Et après un an de pouvoir, M. Macron affronte sa première grosse crise, mais il s'en sortira.
En fait, tout ça c'est une Histoire de bande, on connaissais la "Bande a Bonnot" mais aussi la "Bande a Ruquier" et depuis 15 jours "La bande a Macron", et chaque fois c'est une découverte, avec un patron et autour des fidèles, généralement de la même génération capables de tout, d'une manière irrationnelle.
Vouloir autour de soi des inconditionnels, mais chacun sait que le Pouvoir avec un grand P, d'un côté et la nature humaine d'un autre, et c'est un mélange explosif, il vous "Pète à la gueule" sans que l'on s'en aperçoive.
Il faut renouveler le personnel politique, et c'est ce qui s'est passé avec les Elections présidentielles, il y a un an déjà, mais pourquoi ne pas utiliser, à faible dose quelques "anciens", et ne pas faire de ces goldens boys, des demi-dieux qui se croient tout permis, et méprisent la presse.
Il faut un équilibre et surtout arrêter d'être toujours " sur de soi et dominateur" pour reprendre une formule célèbre.
Un peu d'humilité et ne pas rejeter par principe tout individu qui a atteint la cinquantaine.

1 er juin 2018
 
Dans un superbe ouvrage sur l'Hôtel Lallemant richement illustré, l'auteur a pris le parti d'ignorer le poids de l'alchimie dans l'iconographie, par méconnaissance, par paresse ou par bêtise, on ne sait pas. En tout cas, à Bourges une fois encore les intégristes du patrimoine ont frappé.
Ils n'admettent aucune discussion, ils ont toujours raison, point. Des intégristes de la pire espèce. Ils ont la vérité et toute idée en dehors de leur schéma universitaire est une hérésie, ils auraient été à l'aise sous l'inquisition.
L'alchimie traitée d'élucubration, c'est faire fi des savants comme Fulcanelli / Violle, ce grans savant, maos aussi de Bottger , de Paracelse ou de Newton.
C'est aussi ne jamais douter, dominateur dans la pensée unique et jetant aux chiens ceux qui auraient quelques idées différentes, avançant des hypothèses.
Pour le plafond de l'Hôtel Lallemant nous avons eu un bel exemple de l'obscurantisme des professeurs et autres pseudos chercheurs ou rats de bibliothèque.
Deux exemples de la lutte continue contre ces Ayatollah de la culture, à Bourges, mais ailleurs c'est la même chose. Lorsqu'au début des années 1990, je me suis intéressé au sous-sol de Bourges et aux galeries souterraines, beaucoup me prirent pour un original et un illuminé. Les souterrains n'existent pas, sauf dans les romans, ou alors il s'agit d'une petite et simple carrière de pierres.
Depuis 30 ans, j'ai accumulé des plans, des photos, fait visité nombre de galeries souterraines sous la ville de Bourges, et toujours dit que la légende du souterrain qui allait de Bois-Sir-Amé à Mehun, serait une réalité le jour où nous retrouverions des éléments, ce qui n'est pas encore le cas, mais il faut rester ouvert et ne pas jouer les poncifs, sûrs et dominateurs.
Je me souviens en l'an 2000, pour les 600 ans de la sans doute naissance de Jacques Cœur, j'avais demandé au Musée du Berry la mèche de cheveux d'Agnès Sorel. Ce fut un refus ferme et sans appel, puisque l'intelligentsia berruyère n'avait pas la certitude que c'était des cheveux de la dame de Beauté et puis, ce sont des élucubrations que l'institution ne peut cautionner.
5 ans plus tard, Philippe Charlier à la recherche des causes de la mort d'Agnès Sorel, avec 18 laboratoires authentifiera cette " relique ". J'aurais alors la " victoire " modeste.
Ce mot utilisé par l'auteur de cet ouvrage : " élucubrations " à propos d'alchimie le déconsidère, et montre que si tel élément n'est pas prouvé, il n'existe pas et il ne faut pas en parler. C'est une honte et il faut toujours avancer avec davantage de prudence et de discernement.

1 er mai 2018
 
Au plan national, le pouvoir d'achat baisse de manière faible mais très régulière depuis 10 ans pour les anciens, ce n'est pas raisonnable. Il faut trouver des systèmes de redistribution plus cohérents, et qui servent vraiment aux plus jeunes.
Créer un système de dons volontaires vers les plus jeunes, famille ou autres, comme pour ce qui est donné aux œuvres d'intérêts publiques, je crois que ce serait plus acceptable que de donner à l'Etat de l'argent qui s'en va dans une grande bassine sans savoir si cela servira aux jeunes ou à certains qui n'en ont pas besoin.

Sur le rapport Borloo, je rappelle que le PRU Plan de Renouvellement Urbain de Bourges a permis de résoudre une grande partie du problème des banlieues et chez nous Chancellerie et Gibjoncs, mais j'ai toujours affirmé lorsque j'étais adjoint à l'urbanisme que le PRU était indispensable et que loger dans de bonnes conditions, était la première action a faire, mais qu'ensuite il fallait trouver du travail à ces habitants et là, c'était un nouveau plan à mettre en œuvre.
 
A Bourges, pour 2050, j'attire l'attention sur :
- les bâtiments à rénover ou à entretenir, comme l'ancien Hôtel Dieu, l'ancienne Maison de la Culture, mais aussi l'Eglise Notre Dame, le couvent des Augustins et la Maison des Forestines dont les 3 ans pour faire une expertise est un véritable scandale.
- les communications, qui sont la condition première pour créer de l'activité et de l'emploi, d'où des liaisons routières de type 4 voies pour aller à Moulin et surtout à Châteauroux, avec l'espoir qu'enfin l'aéroport de Déols devienne un vrai aéroport.
Mais régler aussi l'entrée de Bourges avant qu'il y ait une catastrophe routière. Je suis de ceux qui, si par malheur un grave accident mortel intervenait, iraient crier sous les fenêtres de la mairie, du conseil départemental ou de Cofiroute : Assassins Assassins ! Car vous le saviez.
 
Printemps de Bourges
 
A priori, le Printemps devient et c'est un paradoxe, plus parisien, mais aussi plus étendu dans la Ville de Bourges. Je ne suis pas certain depuis le départ de Tina qu'il reste des éléments locaux aux responsabilités.
Cela donne un aspect à la fois stricte et parfois surréaliste comme l'annonce du début du festival le 24 alors que les portes des Rives d'Auron étaient fermées… et un programme quelque peu éloigné du Berry, avec des artistes peu connus ici, mais célèbres ailleurs, comme à Paris ou aux Victoires de la Musique.
Les spectacles, bien adaptés aux jeunes (et quelques moins jeunes), ont fait le plein. Il faut dire que le Printemps qui dura parfois 11 jours au milieu des années 1980, est réduit en réalité à 4 jours plus 2 concerts pour faire semblant d'être à 6 jours.
La durée ne signifie rien mais c'est un signe.
En tout cas, les grands spectacles W et Palais d'Auron ont sensiblement fait le plein, et les spectateurs étaient ravis.
Enfin, jeudi, vendredi et samedi, il y avait des chapiteaux presque plein et un monde fou dans les rues, le temps incertain était resté sans trop de pluie.

1 er avril 2018 : génération "dorée" ?
 
Sommes nous une génération "dorée " ? Telle est la question.
Depuis 10 ans, j'en suis persuadé , ce qui ne veut pas dire qu'il faut accepter toutes les mesures de M Macron qui rogne progressivement le pouvoir d'achat des retraités.
Il y a d'autres solutions qui pourraient être plus justes, comme une hausse modérée de la TVA, ce qui permet de taxer les produits qui arrivent de Chine.
Mais sur notre génération, c'est vrai, nous avons été épargné par beaucoup d'éléments, contrairement à la génération de nos parents et à celle de nos enfants.
Je m'explique.
Nés à la fin de la seconde guerre mondiale, nous n'avons que peu ou pas souffert de l'Occupation allemande, et même si la toute petite enfance était difficile, ce n'était pas catastrophique, surtout que les parents avaient un revenu, salaire ou autre sans doute faible, mais ils vivaient bien, toute chose égale par ailleurs.
Puis nous avons fait des études difficiles, au Mérite avec beaucoup de concours et autres examens, cela a forgé un caractère et un comportement : il fallait travailler dure pour arriver à quelque chose, c'est à dire un emploi.
Nous avons, de justesse évité la guerre d'Algérie, et un service militaire dans le djebel de 27 mois....
Puis ce furent des études, certes difficiles et éprouvantes, mais qui permettaient d'avoir un horizon qui se dessinait de belle manière.
La vie active diplôme en poche, du CAB au BTS ou au titre envie d'ingénieur était bien bornée, car il n'y avait pas de chômage, trois mois avant ma sortie de l'école des Arts et Métiers, j'avais trois propositions d'embauche, chez Renault, Potain et Nord-Aviation.
Je choisirais cette dernière entreprise.
De l'emploi et de bons salaires, lesquels étaient indexés sur l'inflation, laquelle pouvait être à deux chiffres. Cela permis à beaucoup de famille d'acquérir une voiture puis une maison où un appartement.
Par contre le travail était dur, en nombre d'heures, ce n'étaient pas les 35 heures, mais un cadre travaillait au moins 55 heures par semaine et dans une entreprise, il fallait se bouger !
Notre génération, après " la petite révolution bourgeoise de mai 68" va bénéficier d'un sentiments de liberté, dans les mœurs, dans la façon de se comporter.
Enfin, nous avons évité des phénomènes comme le Sida, qui a empoisonné la vie de nombreux jeunes gens depuis 30 ans.
Et pour terminer la retraite est venue, parfois très toute, mais dans de bonnes conditions financières, conformément à ce qui était prévu et surtout par rapport à ce que nous avions verse, aussi bien dans les caisses de retraite de lEtat, que des caisses complémentaires.
Avoir une baisse du pouvoir d'achat alors que les années avancent, c'est acceptable à condition que cela serve à quelque chose, ce qui n'est pas du tout certain, et puis, les anciens aident beaucoup les enfants et petits enfants,
1 er mars 2018 : Bourges dans 30 ans
 
Quand on ne sait plus quoi dire, on parle du temps, et en ce premier mars, il n'y a rien a dire ou plutôt, si, beaucoup car nous avons enfin un bel hiver. De la pluie, il en fallait, de la neige, un peu mais pas trop, c'est joli et on redécouvre les batailles de boules de neige des enfants, et puis le froid que l'on avait un peu oublié…. Enfin, c'est bon pour le jardin.

Sur le Bourges de 2050, c'est un bel exercice et il y a longtemps, cela fait plusieurs années, après avoir vu les aquarelles de Jean Chen, j'avais dit " il faudrait faire le Bourges gallo-romain comme Jean a fait celui de la renaissance ".

Et puis en allant plus loin, je lui avait parlé d'un vieux projet que j'avais : représenter le Bourges dans 50 ou 100 ans, et comme il n'y a aucun élément objectif, il faut faire preuve d'imagination.
Et puis reprendre des idées et projets avortés des anciens :
- à la fin du XIX e siècle, la municipalité Ducros avait un super projet pour relier le haut de la rue d'Auron avec la rue Moyenne, et de vastes escaliers dans une perspective magnifique.
- la place Séraucourt a fait l'objet d'une pré-étude pour un mail dégagé des voitures avec des allées, quelques rangées d'arbres et des jets d'eau. Les voitures étant remises en sous sol sous la moitié de la place Séraucourt.
- un centre ville piéton dans le périmètre du rempart gallo romain dans lequel il sera possible de se déplacer à pied, à vélo et … la technique évoluant des voiturettes électriques sans chauffeur et disponibles aux entrées.
- les marais, centre de loisir et de tourisme, un grand parc naturel, géré par la ville et le muséum, avec des promenades sur l'eau, des expériences écologiques.
Conserver aussi des zones marais du haut et marais du bas avec les cultures du XX e siècle, pour garder ce que faisaient les anciens.
- l'évolution de l'urbanisme avec la suppression des grands immeubles remplacés par de petits immeubles comme cela a commencé. Rien au-dessus de 3 étages.
- réhabiliter l'Auron du lac jusqu'à sa jonction avec l'Yèvre vers le Prado, un système dont les plans existent (sur l'exemple de Perpignan), et avec un bord de rivière piéton et de haute qualité environnementale, comportant des thèmes sur Bourges et le Berry, avec des " stations " sur l'art contemporain a tendance écologique.
- une ville de loisirs et d'animation continue
- des liaisons avec Châteauroux, par une route 4 voies, pour rejoindre l'aéroport international de Déols…
- mettre la gare en souterrain en creusant, busant et recouvrant la gare de la butte d'Archelet jusqu'à la rue Henri Laudier , la technique le permettra. Cela ferait une belle esplanade.
A suivre .

janvier 2018
 
Un mois de janvier difficile, sans doute à cause du temps, pas ou peu de soleil, de la pluie et une température douce. On peut penser que le réchauffement climatique ou que le dérèglement climatique commencent à se faire sentir, il y a eu du vent en permanence ou presque.
Pour la première fois depuis des lustres, les pensions de retraite ont été baissées, oh, ce ne sont pas des sommes énormes et beaucoup de retraités aisés ne le verront pas ... mais c'est un principe. Si cela permet de faire redémarrer la machine "France" au niveau de l'emploi, alors ce sera très positif. C'est d'autant plus désagréable que le gouvernement ne fait aucun effort pour diminuer la dépense publique, la politique actuelle met toujours en avant la communication, très bien faite, mais il est urgent d'attendre pour les résultats, d'autant que la vie économique est cyclique, et nous remontons la pente, comme le dit la revue des Ingénieurs Arts et Métiers, l'activité économique du pays remonte et la désindustrialisation semble pour l'instant stoppée.
Sur le projet de vitesse à 80 Km/h, ok, mais sans doute de manière moins continue, dans notre Berry, sur une grande partie des routes le 80 km/h est nécessaire, sur d'autres non.
La solution est technique, une caméra dans la voiture lit les panneaux et met la vitesse de la voiture à ce qui est indiqué sur le panneau, comme un limiteur de GPS intelligent.
Sinon, j'ai vu deux films magnifiques, "les heures sombres" sur Churchill en 1940 et "les promesses de l'aube" sur une partie de la vie de Romain Gary.
 
A suivre
 

 

 

 

  Ecrivez vos remarques, vos demandes de renseignements : roland.narboux@wanadoo.fr
  Ajouter un commentaire